6 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

2 décembre 1990

Élection en Allemagne d'un gouvernement dirigé par Helmut Kohl

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Discours de Helmut Kohl le jour de la chute du mur de Berlin
Gouvernement fédéral d'Allemagne

Avec 43,8% des votes exprimés, les chrétiens-démocrates (CDU-CSU) de Helmut Kohl obtiennent 290 sièges au Bundestag et arrivent en tête des formations représentées aux premières élections législatives tenues depuis la réunification de l'Allemagne. Ils devancent leurs plus proches rivaux, les sociaux-démocrates (SPD) d'Oskar Lafontaine, qui reçoivent l'appui de 33,5% des électeurs et font élire 239 députés.

La réunification de l'Allemagne, proclamée officiellement le 3 octobre 1990, est évidemment le thème central de la campagne. L'électorat s'interroge particulièrement sur les coûts et les conséquences sociales de cet événement historique dont on a encore peine à évaluer les répercussions. La participation de tous les Allemands à ces législatives entraîne un élargissement du Bundestag qui compte maintenant 662 sièges. La nouvelle donne profite aux chrétiens-démocrates du chancelier Kohl qui devront encore s'appuyer sur les 79 députés libéraux (FDP) pour gouverner le pays. Par contre, elle joue contre les sociaux-démocrates (SPD) qui se maintiennent à l'Ouest (35,9%), mais ne peuvent faire mieux que 23,6% des intentions de vote du côté de l'ancienne République démocratique d'Allemagne (RDA). De son côté, le Parti vert voit sa représentation au Parlement chuter à deux députés. Le premier président de l'Allemagne unifiée, qui compte 77 millions d'habitants, est Richard von Weizsäcker.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Jean-Marc Gouin, « Que la dette commence ! »

«...Sans enregistrer le triomphe grandiose que ses amis et lui espéraient secrètement, Helmut Kohl entame un nouveau mandat sur des bases solides. Il a renouvelé son score de janvier 1987. Et, surtout, ses partenaires du Parti libéral (FDP) ont dépassé les 10% grâce à la popularité de Hans-Dietrich Genscher. L'électorat allemand rend ainsi hommage aux talents de diplomate du ministre des Affaires étrangères, qui a réussi, en quelques mois seulement, à faire accepter l'unification aux quatre grands. En somme, plus que le chancelier, c'est sa coalition de gouvernement que l'électorat plébiscite, avec près de 55% des voix. Considérable capital de confiance, en ce début de législature. Après avoir approuvé l'unification, les Allemands pensent que l'alliance de centre droit, au pouvoir depuis 1982, est la plus compétente pour traiter l'énorme problème de l'ex-RDA. Car l'héritage catastrophique du communisme constituera sans aucun doute le casse-tête le plus ardu des quatre années à venir. Il s'inscrit déjà dans les négociations de coalition, cette semaine à Bonn, qui détermineront le plan de travail du nouveau cabinet Kohl jusqu'à la fin de 1994. »

L'Express (France), 14 décembre 1990, p. 16.

Daniel Vernet, « L'unification inachevée »

«...Historiques, ces premières élections libres dans une Allemagne unie depuis cinquante-huit ans, n'ont pas bouleversé le paysage politique, mais M. Helmut Kohl, le « chancelier de l'unité », va pouvoir gouverner avec une majorité renforcée et redonner la priorité à la politique intérieure, qui avait été jusqu'à l'année dernière son occupation préférée. Il aura fort à faire. Bien aidé par son ministre des affaires étrangères, le libéral Hans Dietrich Genscher, M. Kohl a réussi en quelques mois un exercice diplomatique de virtuose. Si l'attitude de M. Gorbatchev et le retrait soviétique d'Europe centrale lui ont ouvert la voie, il a su saisir les occasions pour faire avancer la cause de l'Allemagne, avec cet instinct tactique et ce tempérament de fonceur qui ont assuré son succès dans la politique fédérale. Il n'a sans doute pas le sens de l'Histoire, mais il a le sens du moment. Dans cette période cruciale, ses adversaire sociaux-démocrates n'ont eu ni l'un ni l'autre. »

Le Monde (France), 4 décembre 1990, p. 1.

Albert Juneau, « La victoire d'Helmut Kohl »

«...Helmut Kohl et son allié libéral Hans-Dietrich Genscher ont donc gagné leur pari, celui de réaliser l'unification de l'Allemagne dans les délais les plus brefs possibles. Il aurait été difficile de faire mieux : les élections de dimanche ont eu lieu un an et 21 jours seulement après la chute du mémorable Mur de Berlin. Leur objectif était ambitieux, mais c'était le seul qui s'imposait dans les circonstances. Pour des raisons économiques tout d'abord, car tout retard dans le processus d'intégration ne pouvait qu'aggraver la situation. Il était impensable de laisser les Allemands de l'Est dans l'incertitude quant à la nature et au rythme des changements à venir. Pour des raisons politiques aussi : les Allemands devaient battre le fer pendant qu'il était chaud. L'unification impliquait l'accord des quatre puissances victorieuses de la dernière Grande Guerre, et plus spécifiquement de Moscou, c'est-à-dire de Gorbatchev. Or, la situation étant extrêmement précaire dans l'ensemble de l'URSS, l'Allemagne ne pouvait risquer de perdre l'appui du principal instigateur de l'unification, le président soviétique, dont le pouvoir est de plus en plus contesté.»

Le Devoir (Québec, Canada), 3 décembre 1990, p. 12.

Éditorial

«...After Germans trooped to the polls last week in their first real national election in more than 60 years, Western analysts observed the results and asked themselves, « Now what ? » Will the foreign policy of a united Germany look East, to Russia and Mitteleuropa, or West, to France, Britain, the European Community and the United States ? Will the German economy dwarf the others in the region or will the costs and problems of absorbing a poor and disheveled East Germany place a brake on German growth and prosperity ? Will Germany assume responsibility for helping stabilize the old communist empire, leaving the United States to provide a bulwark against threats elsewhere ? And, of course : Will Germany again emerge as a self-confident conqueror of weaker nations ? The Germany that has sprung alive over the past 12 months defines itself more in terms of questions than answers. The only things that seem certain are that Germans will rebuild their battered Eastern states and that the nation will help define the shape, politics and spirit of the new Europe. »

The Washington Times (États-Unis), 14 décembre 1990.

Gouvernance et gouvernement [ 2 décembre 1990 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Allemagne
ÉlevéRichard von WeizsäckerHelmut Kohl

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1985 - 1995



janvier
1987
Réélection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Helmut Kohl

janvier
1987
[Résultats] Élections législatives

novembre
1989
Chute du Mur de Berlin

octobre
1990
Réunification de l'Allemagne

décembre
1990
Élection en Allemagne d'un gouvernement dirigé par Helmut Kohl

décembre
1990
[Résultats] Élections législatives

juin
1994
Tenue d'élections au Parlement européen

octobre
1994
Élection en Allemagne d'un gouvernement dirigé par Helmut Kohl

octobre
1994
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


octobre
2019
Légalisation de la prostitution en Allemagne : une loi à revoir?

février
2019
L'Allemagne ouvre la porte au cannabis

octobre
2018
Allemagne : puissance économique n'est pas synonyme de puissance militaire

avril
2018
L'Allemagne de Merkel : Wir Schaffen Das

mars
2018
Grève historique en Allemagne

février
2018
Fin des négociations pour une coalition : le nouveau gouvernement allemand enfin formé

janvier
2018
Nord Stream 2 : une véritable saga autour d'un projet de pipeline en Europe

janvier
2018
Vers une étrange répétition de l'histoire ?

décembre
2017
Le plan Merkel : gage de prospérité pour l'Afrique?

novembre
2017
Le vieillissement démographique en Allemagne : une réalité alarmante


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019