20 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

8 avril 1963

Élection au Canada du Parti libéral de Lester B. Pearson

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Lester B. Pearson
Bibliothèque et Archives Canada

Le Parti libéral de Lester B. Pearson remporte les élections législatives avec 41,7 % des voix. Il fait élire 129 députés à la Chambre des communes contre 95 pour ses plus proches rivaux, le Parti progressiste-conservateur de John Diefenbaker.

Il s'agit d'un retour au pouvoir après six années d'absence pour le Parti libéral qui ne réussit toutefois pas à obtenir la majorité des sièges. Le gouvernement sera dirigé par le premier ministre Lester B. Pearson, un ex-diplomate âgé de 65 ans qui est à la tête des libéraux depuis 1958. Avec, 32,8% des votes, le Parti progressiste-conservateur de John Diefenbaker doit se contenter de 95 députés. Parmi les tiers partis sur lesquels repose la survie du gouvernement, on retrouve le Crédit social et le Nouveau Parti démocratique (NPD) qui ont fait élire respectivement 24 et 17 députés. Peu de temps après la tenue des élections, six députés du Crédit social s'engageront à appuyer le gouvernement, ce qui permettra au Parti libéral de se maintenir au pouvoir jusqu'en 1965.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


S.A., « Le pouvoir à M. Pearson »

«...Le fait que M. Pearson ne détienne pas la majorité absolue à Ottawa ne devrait pas l'encourager à éviter les prises de position controversées. Les autres partis craignent une nouvelle consultation électorale et ils n'ont pas intérêt à placer le gouvernement en minorité. Voilà un atout sur lequel le gouvernement ne manquera certes pas de tabler. (...) Quant à l'orientation de la politique gouvernementale en général, M. Pearson n'a pas le choix, il est poussé par les événements. Qu'il puisse ou non compter sur une majorité absolue aux Communes, il lui faudra agir pratiquement comme s'il la détenait afin de mettre un terme à la confusion et à l'instabilité de la politique canadienne depuis le 18 juin dernier. Le parti libéral, à quelques voix de la majorité absolue, peut se permettre de gouverner sans recourir à la coalition. Il lui appartient dès lors de réaliser le programme qu'il a mis de l'avant au cours de la campagne électorale, sans trop se laisser handicaper par la hantise d'une éventuelle mise en minorité. »

Le Soleil (Québec, Canada), 16 avril 1963, p. 4.

Claude Ryan, « Un congé pascal agité à Ottawa »

«...L'ancien ministre des affaires extérieures (Pearson) n'a pas encore réussi à s'imposer sur la scène canadienne. Sa victoire de lundi est attribuable au moins autant à l'impopularité de M. Diefenbaker qu'à ses propres mérites. (...) le Canada émergera peut-être enfin de l'immobilisme et de la confusion qui ont dominé, ces derniers mois, la scène politique. L'immobilisme, c'était M. Diefenbaker. Il a commencé à disparaître. La confusion, c'était le Crédit social. Ce parti périra probablement par où il a péché. Il reste une inconnue majeure : c'est Pearson. Il devra, à son tour, jouer ses cartes. Nous l'avons connu, ces derniers temps, indécis, erratique, opportuniste. Mais le fond paraissait naguère plus sympathique. Une vigilance active de l'opinion aidera peut-être ce fond à remonter à la surface. »

Le Devoir (Québec, Canada), 15 avril 1963, p. 4.

John T. McLeod, « Living in a House of Minorities »

«...There is no set theory of how to make minority government work, but the parliamentary system did not develop according to any set theory. It developed through what seemed most appropriate to the needs of the times and according to common sense. Common sense now demands that the Liberal government be given enough time to make its choices and pass its bills without fear of short-run defeat. Mr. Diefenbaker (Parti conservateur) will bray and bellow, while Mr. Thompson (Crédit social) attends to the schisms in his ranks, but the future of this Parliament and of Canadian politics will depend upon how wisely Mr. Douglas (néo-démocrate) uses his balance of power position to goad the Liberals into a decision on whether they will move to the right or to the left. Meanwhile, Canadian political scientists will have to re-think their old clichés about the two-party system. That system no longer exists. What sort of party system we are to live under will depend upon the decisions taken by Douglas and Pearson in the next two years. »

The Canadian Forum (Canada), juin 1963, p. 51.

John W. Holmes, « Canada in Search of Its Role »

«...The threat to the convention of the two major parties roused anxiety not so much because coalition government is impossible as because the governing party is expected to embrace all regions and is looked to, therefore, as the most important institution for holding the country together. The election this spring did not alter the pattern greatly, but the forces of disintegration were checked. It accentuated, in fact, a growing breach between the big cities, where the Liberals and Neo Democrats flourish, and the small towns and the countryside, dominated by the Conservatives and Social Credit. In that it counters the graver dangers of regionalism, this schism may even be healthy. The election's most important contribution to unity is that the governing party now has an equally solid base in Ontario and Quebec, and French Canada will have greater strength in the Cabinet than under the previous regime. The Canadian political instinct abhors a French party and an English party. At this of all times, such a division would be disastrous, because the most critical issue for the country arises from the new intransigence of French-Canadians. »

Foreign Affairs (États-Unis), juillet 1963, p. 664-665.

Gouvernance et gouvernement [ 8 avril 1963 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Canada
ÉlevéGeorges VanierJohn G. Diefenbaker

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1958 - 1968



mars
1958
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de John Diefenbaker

mars
1958
[Résultats] Élections législatives

juin
1962
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de John Diefenbaker

juin
1962
[Résultats] Élections législatives

avril
1963
Élection au Canada du Parti libéral de Lester B. Pearson

avril
1963
[Résultats] Élections législatives

novembre
1965
Réélection au Canada du Parti libéral de Lester B. Pearson

novembre
1965
[Résultats] Élections législatives

avril
1967
Ouverture d'une Exposition universelle à Montréal

juillet
1967
Discours controversé du président français Charles de Gaulle à Montréal

juin
1968
Élection au Canada du Parti libéral de Pierre Elliott Trudeau

juin
1968
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


octobre
2019
La planète s'invite… à la campagne électorale fédérale du Canada

septembre
2019
Élections ontariennes 2018 : défaite historique des libéraux et reconstruction

février
2019
Une opposition aux rêves de grandeur : les conservateurs canadiens sauront-ils faire mouche en 2019 ?

octobre
2018
Un avenir incertain dans les relations canado-américaines

septembre
2018
Markham : capitale canadienne des hautes technologies

février
2018
Une guerre de l'eau anticipée entre le Canada et les États-Unis

décembre
2017
La taxe carbone au Canada : les provinces de l'Ouest s'opposent

octobre
2017
Le GIEC à Montréal pour planifier son sixième rapport : est-ce suffisant?

octobre
2017
Un changement de couleur en Colombie-Britannique!

septembre
2017
Le Nouveau Parti démocratique du Canada à la recherche d'un nouveau chef


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019