26 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

25 juin 1968

Élection au Canada du Parti libéral de Pierre Elliott Trudeau

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Pierre Trudeau

Le Parti libéral de Pierre Elliott Trudeau remporte les élections législatives avec 45,5 % des voix. Il fait élire 155 députés à la Chambre des communes contre 72 pour ses plus proches rivaux, les progressistes-conservateurs de Robert Stanfield.

Cette éclatante victoire libérale permet la formation d'un gouvernement majoritaire à Ottawa, ce que l'on avait pas vu depuis l'élection des progressistes-conservateurs de John Diefenbaker en 1958. Il s'ait d'un premier mandat pour le nouveau chef libéral Pierre Elliott Trudeau dont la personnalité a été au coeur de la campagne électorale. La presse parle même de « Trudeaumanie » pour décrire l'engouement que suscite cet ex-ministre de la Justice originaire du Québec qui a succédé à Lester B. Pearson à la tête des libéraux et du gouvernement quelques mois avant la tenue des élections. Pour le Parti progressiste-conservateur, dirigé depuis 1967 par Robert Stanfield, l'élection de 1968 marque un recul de 25 sièges, de 97 à 72, par rapport à celle de 1968. Les « Tories » devancent cependant le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Crédit social qui font élire respectivement 22 et 14 députés.

Pour en savoir plus: Discours du trône du nouveau gouvernement canadien

Résultats du scrutin

Dans les médias...


S.A., «Victoire libérale au Canada»

«...Si la Confédération sort indiscutablement renforcée du scrutin, celui-ci comporte cependant quelques ambiguïtés (...) Jeune, dynamique, compétent, anticonformiste, M. Trudeau a littéralement séduit les classes moyennes anglophones, qui ont vu dans ce Québécois d'origine, parfaitement bilingue, une réponse au problème que pose le particularisme québécois. Il est peu probable cependant que les habitants des provinces anglophones, en particulier ceux de l'ouest du pays, où le parti libéral a porté ses plus rudes coups aux conservateurs, manifestent le même enthousiasme face aux impératifs d'une intégration économique, sociale et administrative des Canadiens français. M. Trudeau s'est pourtant engagé à obtenir réparation pour les francophones des injustices qu'ils supportent mal depuis un siècle, en se ralliant aux récentes recommandations de la commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme. Or ces recommandations n'ont reçu qu'un accueil réservé par la communauté anglophone.»

Le Monde (France), 27 juin 1968, p. 1.

Claude Ryan, «Le scrutin de mardi et la tension entre les deux nationalismes»

«...Dans le cas du Canada anglais, nous avons l'impression qu'un sentiment de peur, accompagné d'un désir inarticulé de renouveau a joué en faveur de M. Trudeau. Depuis quelques années, le Canada anglais s'interroge avec anxiété sur les intentions du Québec. Il rêvait de trouver, au Québec, un chef politique capable de défendre auprès des siens l'idéal canadien comme le conçoit le reste du pays. Il voyait mal comment on arriverait un jour à concilier les exigences croissantes de souveraineté du Québec avec les impératifs de l'unité nationale (...) Le Canada anglais, en votant pour M. Trudeau, n'a pas nécessairement voulu voter contre le Québec. Il a plutôt voulu voter pour sa propre sécurité, pour une conception de l'avenir de ce pays qui lui est tellement naturelle qu'il la tient presque pour un dogme.»

Le Devoir (Québec, Canada), 27 juin 1968, p. 4.

Jean-Claude Halle, «La majorité embrasse la «Trudeaumanie»

«...Par beaucoup d'aspects, le succès de Pierre Elliot (sic) Trudeau rappelle le phénomène Kennedy. Alors que son adversaire conservateur, M. Robert Stanfield, 54 ans, incarne un Canada traditionnel, anglo-saxon, discret, sérieux, diplomatique, Pierre Elliot Trudeau, millionnaire, célibataire amateur de jolies femmes et de grosses voitures de sport, qui a étudié à la Sorbonne et à Harvard, incarne cette génération d'hommes neufs, dynamiques qui appellent un chat un chat, et qui tranchent sur le personnel politique habituel (...) Son programme, enfin, portait la marque du modernisme. Son combat pour une «Juste Société» a des échos de «Nouvelle Frontière». A ce «New Deal», l'électorat canadien a été sensible, sans que son choix ait été partout apprécié. Commentaire d'un homme politique canadien français : «De Gaulle aurait préféré Stanfield, mais Trudeau aurait préféré Mendès-France.»

L'Express (France), 1e au 7 juillet 1968, p. 24.

S.A., «Canada : The New Politics»

«...For most of the last decade, grumbling over the inadequacies of the nation's political leadership has been among Canada's most popular pastimes (...) Small wonder, then, that as this week's general election approached, Canadians could scarcely contain their euphoria at finding themselves in the midst of the most exhilarating political campaign in their country's history (...) Personal style apart, however, Trudeau has not so far displayed any great unconventionality. In terms of policy, he has emerged as a somewhat cautious progressive -so much so that in Alberta an opposition politician last week complained : «Trudeau is talking more conservative than the Conservatives.» And Trudeau himself bluntly tells crowds : «We don't intend raising taxes any more than we have to and therefore we are not making many promises.» His «Just Society», he says, would concentrate on such unexceptionable -and unoriginal- goals as regional economic development, improved housing and education and the defense of individual rights.»

Newsweek (Etats-Unis), 1e juillet 1968, p. 54.

Gouvernance et gouvernement [ 25 juin 1968 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Canada
ÉlevéRoland MichenerPierre Elliott Trudeau

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1963 - 1973



avril
1963
Élection au Canada du Parti libéral de Lester B. Pearson

avril
1963
[Résultats] Élections législatives

novembre
1965
Réélection au Canada du Parti libéral de Lester B. Pearson

novembre
1965
[Résultats] Élections législatives

avril
1967
Ouverture d'une Exposition universelle à Montréal

juillet
1967
Discours controversé du président français Charles de Gaulle à Montréal

juin
1968
Élection au Canada du Parti libéral de Pierre Elliott Trudeau

juin
1968
[Résultats] Élections législatives

octobre
1970
Déclenchement de la crise d'octobre au Québec

octobre
1972
Réélection au Canada du Parti libéral de Pierre Elliott Trudeau

octobre
1972
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


février
2019
Une opposition aux rêves de grandeur : les conservateurs canadiens sauront-ils faire mouche en 2019 ?

octobre
2018
Un avenir incertain dans les relations canado-américaines

septembre
2018
Markham : capitale canadienne des hautes technologies

février
2018
Une guerre de l'eau anticipée entre le Canada et les États-Unis

décembre
2017
La taxe carbone au Canada : les provinces de l'Ouest s'opposent

octobre
2017
Le GIEC à Montréal pour planifier son sixième rapport : est-ce suffisant?

octobre
2017
Un changement de couleur en Colombie-Britannique!

septembre
2017
Le Nouveau Parti démocratique du Canada à la recherche d'un nouveau chef

juin
2017
Le Canada pourrait devenir une nouvelle Silicon Valley

mars
2017
Remaniement ministériel au Canada : Trudeau se prépare à faire face à l'administration Trump


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016