16 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

4 septembre 1984

Élection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Brian Mulroney

Le Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney remporte les élections législatives avec 50,0 % des voix. Il fait élire 211 députés à la Chambre des communes contre 40 pour ses plus proches rivaux, les libéraux de John Turner.

La crise économique du début des années 80 et la situation des finances publiques jouent contre les libéraux, au pouvoir depuis 1980. Successeur de Pierre Elliott Trudeau depuis quelques mois, le premier ministre John Turner est impuissant à freiner la poussée des progressistes-conservateurs. Dirigés depuis 1983 par Brian Mulroney, un Québécois âgé de 45 ans, ces derniers raflent 211 sièges, un record pour une élection générale au Canada. Alors qu'il avait fait élire 147 députés en 1980, le Parti libéral se contente pour sa part de 40 sièges, de loin le recul plus important de son histoire. Les libéraux sont même talonnés pour le statut d'opposition officielle puisque le Nouveau Parti démocratique (NPD) d'Ed Broadbent est parvenu à faire élire 30 députés. Une diminution du rôle de l'État et l'adhésion du Québec à la Constitution canadienne figurent parmi les objectifs que se fixe le premier ministre Mulroney au cours de son mandat, le premier d'un gouvernement progressiste-conservateur majoritaire depuis celui dirigé par John Diefenbaker entre 1958 et 1962.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Michel Roy, «Victoire massive des conservateurs»

«...Par son ampleur exceptionnelle, l'écrasante victoire des conservateurs dépasse toutes les prévisions. Bien plus que la «vague» annoncée et attendue depuis quelques jours, c'est un véritable torrent qui a balayé le pays, n'épargnant personne sur son passage (...) En bonne démocratie les majorités trop fortes risquent de pousser les gouvernements à commettre des abus que les oppositions trop faibles ne sont pas toujours en mesure de réprimer. C'est un premier danger pour celui qui deviendra premier ministre dans quelques jours. Il en est un deuxième : longtemps éloignés du pouvoir, les conservateurs sont avides de faveurs et d'honneurs, assoiffés de fonctions diverses et d'avantages matériels. Il faudra à M. Mulroney une grande fermeté pour résister aux multiples tentations qui l'assailleront. Tout au cours de cette campagne, comme durant sa conquête du leadership conservateur. M. Mulroney et ses collègues ont promis le renouveau et suscité un immense espoir dans le pays. Le défi est énorme et toute la société canadienne devra aider le nouveau gouvernement à le relever.»

La Presse (Québec, Canada), 5 septembre 1984, p. A6.

Jean-Louis Roy, «Un choix décisif»

«...La rencontre des électorats du Canada anglais et du Québec s'est effectuée au-delà de toutes les prévisions. Magistrale, cette rencontre rompt avec une longue tendance dans l'histoire contemporaine de la fédération. Le PLC a perdu l'hégémonie qu'il a exercée sur le Québec depuis un demi-siècle. Contrairement aux événements de 1958 qui avaient conduit M. Diefenbaker au pouvoir, la relève, cette fois, est assurée par un chef québécois; par un parti qui a fait élire au Québec des candidats dont la valeur moyenne dépasse largement la qualité de la récolte du PC à la fin du régime Duplessis. Ces faits sont majeurs. Ils pourraient faire la différence entre un simple appui circonstanciel et le renversement d'une alliance dont le PLC a profité depuis le début de ce siècle. Bref, le choix des électeurs québécois marque une véritable rupture, une espèce d'entrée dans l'inconnu, tant apparaît large la coalition rassemblée par M. Mulroney, tant apparaît neuve une forte présence francophone au sein de cette coalition. Il marque aussi la fin du règne des deux majorités politiques nettement distinctes, celle des conservateurs au Canada anglais et celle des libéraux au Canada français.»

Le Devoir (Québec, Canada), 5 septembre 1984, p. 10.

S.A., «Une nouvelle cohésion»

«...Nouveau venu sur la scène politique -son investiture à la tête de sa formation remonte juste à un peu plus d'un an- M. Mulroney a, ainsi, brillamment réussi son examen de passage. Jouant avec habileté de ses qualités de conciliateur et de ses origines d'Irlandais québécois, il a su récolter les fruits de la lassitude d'un électorat désireux de changement (...) Le changement de cap que va entraîner la victoire de M. Mulroney pourrait cependant, de façon quelque peu paradoxale, être davantage marqué en politique étrangère que sur le plan intérieur. L'ère des frictions entre le Canada et les États-Unis, qui a caractérisé le règne de M. Trudeau, devrait laisser place à plus de compréhension de la part d'Ottawa pour l'entrée d'investissements américains, de même que pour l'attitude intransigeante de M. Reagan à l'égard de l'URSS. Le futur premier ministre a déjà indiqué qu'il procéderait à une augmentation du budget de la défense et qu'il s'efforcerait de rétablir l'influence du Canada au sein de l'OTAN.»

Le Monde (France), 6 septembre 1984, p. 1.

Jacques Renard, «Canada : la grande vague bleue»

«...Cela va-t-il dire que le pays tout entier «bascule à droite», que le conservatisme reaganien est contagieux au nord de la frontière ? Pas du tout (...) Raffinement suprême : au Québec francophone, on mise tout sur le «p'tit gars de Baie-Comeau», sur le thème de la solidarité au-delà des partis, tout en flattant les nationalistes, écoeurés par le Parti libéral qui mettront à la disposition de Brian leur machine électorale dans plusieurs comtés. Au Québec anglophone, Brian ne manque pas une raison de rappeler qu'il était en première ligne dans la bataille pour le «non» lors du référendum sur la souveraineté-association du Québec en 1980. Et que la défense des droits des minorités linguistiques, dont il est partisan déclaré, s'applique évidemment aux anglophones du Québec. Sur les grands problèmes de l'heure -la récession, le chômage, le désarmement- Mulroney multiplie de séduisantes promesses en se gardant bien de se montrer trop précis et en ne s'écartant guère des programmes libéraux.»

L'Express (France), 14 septembre 1984, pp. 29-30.

S.A., «Deliberately Chosen»

«...Their new decision was not made suddenly this summer; it is more deeply rooted than that. It started in the fall of 1981 when pollsters described rising dissatisfaction with the Trudeau Government that brought the Tories even with the Liberals in public support. Through last fall, public disapproval of the Government grew steadily and the Tories enjoyed huge public favor, even though Canada was emerging from recession. Only Pierre Trudeau's resignation and the Liberal leadership convention this spring restored a modest Liberal lead -temporarily. In the absence of durable new reasons to stay with the Liberals, Canadians quickly reverted to a judgment they had held with growing fervor over the previous three years. This belies suggestions that voters were manipulated into changing superficial views by the «politics of style», or this or that conspiracy. It seems more reasonable to conclude that, despite dramatic events and enormous media focus on the Liberals in 1984, Canadians kept their convictions essentially intact, based on the Government's record. There is deliberation behind this morning's headlines.»

The Globe and Mail (Canada), 5 septembre 1984, p. 6.

Gouvernance et gouvernement [ 4 septembre 1984 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Canada
ÉlevéJeanne SauvéJohn Turner

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1979 - 1989



mai
1979
Élection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Joe Clark

mai
1979
[Résultats] Élections législatives

février
1980
Élection au Canada du Parti libéral de Pierre Elliott Trudeau

février
1980
[Résultats] Élections législatives

mai
1980
Tenue d'un référendum sur la souveraineté-association au Québec

avril
1982
Rapatriement constitutionnel au Canada

septembre
1984
Élection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

septembre
1984
[Résultats] Élections législatives

septembre
1987
Ouverture du deuxième Sommet de la Francophonie

novembre
1988
Réélection au Canada du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney

novembre
1988
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


février
2019
Une opposition aux rêves de grandeur : les conservateurs canadiens sauront-ils faire mouche en 2019 ?

octobre
2018
Un avenir incertain dans les relations canado-américaines

septembre
2018
Markham : capitale canadienne des hautes technologies

février
2018
Une guerre de l'eau anticipée entre le Canada et les États-Unis

décembre
2017
La taxe carbone au Canada : les provinces de l'Ouest s'opposent

octobre
2017
Le GIEC à Montréal pour planifier son sixième rapport : est-ce suffisant?

octobre
2017
Un changement de couleur en Colombie-Britannique!

septembre
2017
Le Nouveau Parti démocratique du Canada à la recherche d'un nouveau chef

juin
2017
Le Canada pourrait devenir une nouvelle Silicon Valley

mars
2017
Remaniement ministériel au Canada : Trudeau se prépare à faire face à l'administration Trump


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016