22 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

18 avril 1980

Proclamation de l'indépendance du Zimbabwe

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Robert Mugabe

Après plusieurs années de guerre civile et une déclaration de cessez-le-feu conclue en décembre 1979, le Zimbabwe, un État d'Afrique australe connu depuis 1965 sous le nom de Rhodésie du Sud, proclame son indépendance le 18 avril 1980.

La proclamation unilatérale d'indépendance de 1965 et la politique ségrégationniste de la Rhodésie du Sud lui attirent la réprobation de l'opinion publique mondiale. Une opposition politique et armée se manifeste au cours des années 60 et 70 dans ce pays où les Blancs ne forment qu'environ 5 % de la population. L'incapacité à en arriver à une solution politique viable fait perdurer une guerre civile qui coûtera la vie à des milliers de Rhodésiens. Des négociations qui se déroulent à Londres entre septembre et décembre 1979 aboutissent à un accord qui entraîne un cessez-le-feu et des élections que remporte le Front populaire en février 1980. Un homme de race noire, Robert Mugabe, est le premier ministre au moment où l'indépendance est proclamée, le 18 avril 1980. Des problèmes épineux guettent les premières années du nouveau gouvernement, dont la nervosité des Blancs par rapport aux réformes proposées, le retour des réfugiés et la difficile intégration des nouveaux soldats à l'intérieur de l'armée. Au moment de son indépendance, le Zimbabwe compte 7,3 millions d'habitants.

Dans les médias...


Augusta Conchiglia, «Premiers jours d'indépendance»

«...Disposant de l'écrasante majorité, les deux partis du Front patriotique peuvent graduellement promouvoir des mesures visant à l'augmentation générale du niveau de vie des populations -, notamment en milieu rural- et progressivement désengager l'État zimbabwéen de sa dépendance à l'égard de Pretoria. C'était d'ailleurs la raison principale de la réunion de Lusaka en mars dernier, réunion à laquelle Mugabe a participé avec beaucoup d'intérêt. Les neuf chefs d'État prévoyaient dans leur document de base que le développement de leurs pays respectifs se ferait dans une direction contraire à celle qu'avait déterminée l'Afrique du Sud dans sa politique de «satellisation» de la région. L'entrée du Zimbabwe dans le cercle des pays intéressés à changer le cours des choses est d'une importance vitale, notamment pour des pays comme le Malawi et le Mozambique qui ont de multiples intérêts communs et des liaisons géo-économiques (débouchés sur les mers, port de Beira, etc.). Entrant dans le concert des pays indépendants africains, le Zimbabwe jouera un rôle important, surtout s'il réussit à développer une politique -pour modérée qu'elle soit- indépendante.»

Afrique-Asie (France), 29 avril 1980, p. 23.

François Soudan, «La nouvelle «guerre» de Mugabe»

«...Robert Mugabe lui-même n'est pas incontesté au sein de son propre parti : la fraction «gauchiste» de la ZANU, menée par des hommes comme le chef guérillero Rex Nhongo ou le ministre du Travail Edgar Tekere, critique volontiers sa «timidité» en matière de réformes sociales. Ils acceptent mal -et avec eux bon nombre d'autres militants de la ZANU- les méthodes radicales employées par Robert Mugabe et son principal conseiller économique, l'ancien fonctionnaire de l'ONU Bernard Chidzero, pour étouffer les mouvements de grève du mois de mars : licenciements massifs et amendes. La thèse de Mugabe à ce sujet est très simple : aucun pays africain n'a accédé à l'indépendance avec des bases de développement aussi favorables que le Zimbabwe. Il importe avant tout de ne pas briser cet appareil de production, le socialisme -qui demeure l'objectif à long terme- ne pouvant se construire que très graduellement. Beaucoup en fait dépendra, dans les mois à venir, de la manière dont Robert Mugabe saura résister aux impatiences de sa «base», sans pour autant perdre son âme.»

Jeune Afrique (France), 30 avril 1980, p. 33.

S.A, «Une stabilité fragile»

«...M. Mugabe, dont l'autorité n'était pas contestée même auprès des combattants de la ZANU, semble avoir pris le parti de jouer, s'il le faut, ses anciens adversaires contre ses anciens partenaires. En quête de stabilité, il a tout autant besoin de l'appui des sociétés multinationales, qui gèrent les immenses richesses minières de son pays, que de l'approbation des masses africaines. Il lui faut également rallier à sa cause les «grands colons» européens pour éviter l'effondrement d'un secteur agricole très dynamique. À plus court terme, il doit à tout prix prévenir ce qu'il qualifie lui-même, par euphémisme, de «frictions» entre ses partisans armés, ceux de M. Nkomo et les soldats du général Walls. La tâche est malaisée. L'atmosphère de chaleureuse réconciliation qui préside à Salisbury ne doit pas trop faire illusion.»

Le Monde (France), 19 avril 1980, p. 1.

René Backmann, «Les Sud-Africains dans le filet»

«...Après quatre-vingt-dix ans de colonisation, quatorze ans de rébellion de la minorité blanche et sept ans de guérilla, l'ancienne Rhodésie du Sud devient enfin indépendante l'année où le Zaïre, la Somalie, Madagascar, le Nigeria (entre autres) célèbrent le vingtième anniversaire de leur émancipation. Indépendance dive, indépendance grosse d'angoisse et d'espoir pour toute la région. En particulier pour l'Afrique du Sud où les deux communautés ne peuvent s'empêcher de considérer le Zimbabwe comme l'exemple de ce qu'il faut obtenir ou éviter. Retranchée dans son bastion d'opulence, d'injustice et de violence, la minorité blanche d'Afrique du Sud ressemble, aujourd'hui, en dépit de sa puissance militaire et économique, à une société en sursis. Il y a cinq ans, déjà, l'indépendance du Mozambique, puis de l'Angola, l'effondrement soudain du glacis colonial portugais, retombée africaine de la Révolution des Oeillets, avaient été pour les Blancs d'Afrique australe une première alerte et pour les Noirs un formidable souffle d'espoir, que la répression sauvage des émeutes de Soweto, en juin 1976, n'a pu étouffer. Aujourd'hui, voilà que la Rhodésie, si proche, si semblable, devient à son tour indépendante, avec à sa tête un président noir...»

Le Nouvel Observateur (France), 21 avril 1980, p. 33.

Éditorial

«...Will the cooperative spirit last ? That depends not only on Mugabe and his former colleagues in war -including the other guerilla leader, Joshua Nkomo- but also on the whites and blacks in Zimbabwe. The pace of change set by Mugabe may turn out to be too slow for the vast majority of the 7 million blacks who now expect economic gains along with the political victory. The pace may turn out to be too fast for the whites, whose skills are needed to keep Zimbabwe going but whose fears may be rekindled, leading to an exodus. Heavy doses of restraint and understanding will be needed for some time. It is a fine line for Mugabe, one more illustration that governing is more challenging and difficult than fighting. The stakes are high because, with its resources, Zimbabwe possesses the potential to become a model for black Africa.»

Los Angeles Times (États-Unis), 18 avril 1980.

Gouvernance et gouvernement [ 18 avril 1980 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Zimbabwe
TransitionCanaan Sodindo BananaRobert Gabriel Mugabe

Royaume-Uni
ÉlevéElizabeth IIMargaret Thatcher

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1970 - 1990



avril
1980
Proclamation de l'indépendance du Zimbabwe

août
1980
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)


Dans l'actualité


novembre
2018
De Mugabe à Mnangagwa : la crise économique du Zimbabwe s'éternise

janvier
2018
Départ de Robert Mugabe : un Zimbabwe enthousiaste face à une démission forcée

février
2016
État d'urgence au Zimbabwe : une sécheresse incontournable

février
2015
Vent de changement pour l'Union africaine

mars
2013
Fort appui à une nouvelle Constitution au Zimbabwe

février
2009
Vers une sortie de crise au Zimbabwe

septembre
2008
Robert Mugabe et Morgan Tsvangirai se serrent la main

février
2008
Une figure de la ségrégation raciale en Afrique est morte

janvier
2008
Sommet de Lisbonne : les relations Europe et Afrique changeront-elles?

avril
2007
Mugabe : l'autoritarisme se poursuit


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019