Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

25 mai 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

6 décembre 1998

Élection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Hugo Chavez, Fidel Castro

La situation économique difficile du Venezuela favorise l'élection à la présidence de Hugo Chavez qui obtient 56,5 % des votes contre 39,5 % pour Henrique Salas Romer de la coalition « Project Venezuela ».

Un militaire de formation âgé de 44 ans, Chavez avait été arrêté et incarcéré après avoir participé à une tentative de coup d'État contre le président Carlos Andres Perez Rodriguez en février 1992. Gracié par la suite, il a fondé le « Movimiento Quinta Republica ». Chavez dénonce la corruption du régime au pouvoir sur toutes les tribunes et se prononce en faveur d'une meilleure démocratie et d'une répartition plus équitable des richesses du pays. Lors des élections législatives du 8 novembre 1998, il est à la tête de la coalition « Patriotic Pole » qui gagne 34 % des sièges. Moins d'un mois plus tard, le 6 décembre, Chavez accède à la présidence du Venezuela en défaisant Henrique Salas Romer. C'est la première fois depuis quarante ans que le chef de l'État n'est pas un démocrate chrétien ou un social démocrate. Malgré une situation économique qui demeure précaire, le président réussit à faire approuver son projet d'Assemblée constituante par une forte majorité lors d'un référendum tenu le 25 avril 1999. Des élections tenues le 25 juillet de la même année sont largement dominées par les candidats qui lui sont favorables.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Alain Abellard, «Hugo Chavez est largement élu huitième président du Vénézuela»

«...Aucun homme politique, depuis le retour de la démocratie en 1958, n'a bénéficié d'un tel soutien populaire et les adversaires d'Hugo Chavez sont les premiers étonnés par «cette victoire, la victoire d'un peuple», comme se plaît à l'indiquer le nouveau président du Venezuela. Il s'est livré, juste après l'annonce de son succès par le Conseil national électoral (CNE), à un inventaire non pas de son programme éventuel, mais des tares qui affectent son pays. Cela étant, le candidat des pauvres, des laissés-pour-compte et de tous ceux qui veulent en finir avec la corruption et la misère du pays s'est laissé aller à des positions qui risquent de fixer son opposition dans une rage peu propice à une évolution en douceur de la société du pays. Hugo Chavez a reformulé sans aucune nuance, dimanche, sa proposition «de désignation d'une Assemblée constituante», par le biais d'un référendum. Il «appartient au peuple de se prononcer sur les formes de l'avenir du pays», a-t-il déclaré pour écarter les objections de son opposition selon lesquelles sa démarche est anticonstitutionnelle.»

Le Monde (France), 8 décembre 1998, p. 7.

Irène Jarry, «Chavez, ancien putchiste et favori de la foule»

«...Ses ennemis se recrutent en grand nombre au sein des deux partis traditionnels, totalement déconsidérés : Action démocratique (sociaux-démocrates) et Copei (Comité d'organisation politique des élections indépendantes, démocrates-chrétiens). Depuis quarante ans, un pacte a permis à ces deux formations de se succéder au pouvoir pour, soi-disant, «renforcer la démocratie». En fait, cet accord n'a débouché que sur le clientélisme, la corruption, la gabegie et une grave crise économique. Depuis qu'Hugo Chavez est passé en tête des sondages, ces deux grands partis agitent la menace d'un coup d'État militaire au cas où l'ancien putschiste l'emporterait. «Ce ne sont que des spéculations infondées ; les forces armées sont unies et respecteront le résultat des urnes, quel qu'il soit», affirme le ministre de la Défense, le vice-amiral Tito Rincon Bravo. Il réclame cependant au futur chef d'État «le respect absolu» de la constitution. Une allusion nette à l'intention de Chavez de dissoudre le Parlement et de réunir une assemblée constituante pour en finir avec «des institutions corrompues et inefficaces, et établir une démocratie populaire et participative.» «C'est un dictateur, un Fidel Castro en puissance », clament ses ennemis politiques.»

Le Figaro (France), 4 décembre 1998, p.5.

Guy Taillefer, «Mutinerie au Vénézuela»

«...Scrutin de rupture au Venezuela. En élisant Hugo Chavez à la présidence du pays, les Vénézuéliens se sont mutinés contre un establishment pétrolier et des élites politiques qui n'ont pas cessé de les appauvrir, lentement mais sûrement. Reste à voir si et comment le nouveau président Chavez engagera les réformes profondes dont il a fait la promesse (...) On partagerait davantage l'enthousiasme de l'électorat vénézuélien si Hugo Chavez, dans ses élans nationalistes, ne s'était pas comporté en campagne comme s'il pouvait faire l'économie du monde extérieur; si son discours politique avait fait à l'électorat le cadeau de plus de cohérence. Or, il semble arriver au pouvoir sans programme politique précis. Dans ces conditions, les probabilités sont qu'il finira par agir comme le président sortant Rafael Caldera, qui avait lui aussi joué du populisme aux élections de 1993 pour ensuite entamer avec le FMI une lune de miel dont les Vénézuéliens paient aujourd'hui la note. Aussi, l'expression de changement radical manifestée aux urnes risque de demeurer lettre morte. Dommage pour les Vénézuéliens que comme solution de rechange aux vieux partis n'ait existé qu'un putschiste manqué, remodelé en candidat présidentiel.»

Le Devoir (Québec, Canada), 8 décembre 1998, p. A6.

Diana Jean Schemo, «Renegade Officer in Venezuela Election Today»

«...Both Mr. Chavez and Mr. Salas have been vague on economic plans, and both criticize the traditional party machinery. But Mr. Chavez's role in trying to overthrow the Government of President Carlos Andres Perez, his vitriolic oratory and his support for Cuba have terrified upper-class Venezuelans, who have been sending their money and other assets out of the country for fear of a Chavez victory. Wearing the black shirt and the red beret of the special forces, Mr. Chavez noted his record as a «warrior» at the rally. «Clearly, today I am a warrior for peace, fighting for true democracy,» he said, «but combatants we are. We are making this war for Venezuela. We do it in peace, but we are warriors.» As he has gained in popularity, Mr. Chavez has moderated his talk, in some instances contradicting earlier statements. He more recently said he is «neither for savage capitalism, or socialism, nor Communism,» but for a gentler kind of capitalism.»

New York Times (États-Unis), 6 décembre 1998, p. 3.

Gouvernance et gouvernement [ 6 décembre 1998 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Venezuela
IntermédiaireRafael Caldera Rodríguez

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 
retrouver ce média sur www.ina.fr

Chronologie 1993 - 2003



décembre
1993
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
1993
[Résultats] Élections législatives

janvier
1994
Émeute dans la prison de Maracaibo, au Venezuela

décembre
1998
Élection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

décembre
1998
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
1998
[Résultats] Élections législatives

décembre
1999
Pluies torrentielles et inondations au Venezuela

juillet
2000
[Résultats] Élection présidentielle

juillet
2000
[Résultats] Élections législatives

avril
2002
Tentative de coup d'État contre Hugo Chavez au Venezuela


Dans l'actualité


janvier
2018
Le leader de l'opposition Antonio Ledezma fuit le Venezuela

octobre
2017
Une Assemblée constituante sème l'inquiétude au Venezuela

novembre
2016
Impasse institutionnelle au Venezuela : suspension du référendum révocatoire

février
2016
L'économie du Venezuela: au fond du baril

octobre
2015
Une victoire progressive pour Leopoldo López au Venezuela

février
2015
Venezuela : après Chavez, la crise

novembre
2014
Le Venezuela de Nicolas Maduro: l'essoufflement d'une révolution

février
2014
Manifestations à Caracas : la ville divisée entre les rouges et les blancs

février
2013
Regard sur l'héritage de Chavez au Venezuela

novembre
2010
La violence au Venezuela : un constat fort inquiétant


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016