19 mars 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

2 avril 2005

Décès du pape Jean-Paul II

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Jean-Paul II

Le pape Jean-Paul II (Karol Wojtyla) décède au Vatican à l'âge de 84 ans. C'est un de ses proches, le cardinal allemand Joseph Ratzinger, qui lui succède le 19 avril.

La mort de Jean-Paul II ne surprend personne. Le souverain pontife, qui était à la tête de l'Église catholique depuis 1978, était miné par la maladie depuis plusieurs années. Une foule imposante, dans laquelle on remarque notamment la présence du secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, et le président américain, George W. Bush, assiste aux funérailles le 8 avril. Après quatre rondes de vote, le 19 avril, les 115 cardinaux éligibles à voter choisissent le cardinal Joseph Ratzinger pour succéder à Jean-Paul II. Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi depuis 1981, Ratzinger, qui était un proche de Jean-Paul II, est considéré comme un homme conservateur, peu ouvert à la dissidence. À 78 ans, il devient le pape le plus âgé à entrer en fonction depuis 1730 et le premier Allemand à accéder à la papauté depuis le XIe siècle. En hommage à Saint-Benoît et à Benoît XV, qui a été pape de 1914 à 1922, Ratzinger choisit le nom Benoît XVI. On estime qu'en 2006 l'Église catholique compte un peu plus d'un milliard de fidèles à travers le monde. (Voir : Foi, raison et Université, Mémoires et réflexions)

Pour en savoir plus: Homélie de la messe inaugurale du nouveau pape de l'Église catholique romaine

Dans les médias...


Gérard Leclerc, « Une théologie qui veut concilier la foi et la raison »

«...Si les cardinaux réunis en conclave se sont si rapidement accordés sur le nom du cardinal Ratzinger, c'est, sans aucun doute, à cause de son intelligence de premier ordre qui lui permet de dialoguer avec des représentants de la modernité la plus aiguë. On peut donc évoquer une « centralité de l'intelligence de la foi ». Pourquoi, en effet, avoir choisi cet homme de 78 ans alors que d'autres cardinaux plus jeunes auraient peut-être incarné plus de dynamisme à l'image de ce que fut la première partie du pontificat de Jean-Paul II ? Mais l'urgence des temps imposait cet homme précis qui avait tenu fermement la barre aux côtés du pape polonais et se trouvait capable de répondre, avec toutes les ressources de la foi et de la raison, aux défis dont est l'objet notre humanité même. N'est-ce pas Malraux qui posait la question : « Pourquoi aller sur la lune, si c'est pour s'y suicider ? »

Le Figaro (France), 21 avril 2005, p. 7.

Émile Poulat, cité dans l'article de Daniel Licht, « Il n'y a jamais eu de pape gauchiste ni intégriste »

«...Il est certain qu'il n'aura pas la stature de Jean Paul II. Jusqu'ici, il n'a donné aucun signe d'une dimension charismatique, mais il faut s'abstenir de préjuger. C'est tout de même un homme d'une vraie stature intellectuelle et morale, de surcroît affable, et sa rigueur doctrinale ne l'empêchera pas d'être un fédérateur. C'est un grand théologien. La question est de savoir quelle sera sa personnalité. (...) Avec Ratzinger, on est dans le cas d'une continuité, d'une exceptionnelle rencontre entre lui et Jean Paul II. C'est d'ailleurs pour cette continuité qu'il a été choisi. Reste à savoir comment il va gérer les dossiers. Car, finalement, tous les papes gouvernent au centre. Ils sont confrontés à la réalité, celle de l'Afrique noire, de l'Amérique du Sud..... Evidemment, de par sa fonction précédente préfet de la Congrégation de la foi, il incarnait déjà le contrôle de la doctrine. Il a aussi une grande expérience de la curie (l'ensemble des responsables du Vatican) car Jean Paul II préférait se consacrer à ses missions pastorales. (...) En fait, il risque de décevoir, à droite comme à gauche. En général, l'élection d'un pape fait l'unanimité mais, là, l'opinion est tellement chargée de préjugés d'un côté comme de l'autre qu'il va forcément diviser. »

Libération (France), 20 janvier 2005, p. 4.

Robert Fleury, « Le pape pèlerin »

«...Centralisateur, Jean-Paul II ne fut pas un pape réformiste ni même progressiste, même s'il savait rassembler les jeunes et les inspirer malgré ses 80 ans passés. Homme de foi, de doctrine et de discipline, il n'était pas question pour lui de revenir sur l'ordination des femmes, le mariage des prêtres, le retour des divorcés-remariés devant la balustrade, ou même sur la contraception qui avait tant déchiré Paul VI, persistant à interdire l'usage du condom malgré les ravages du sida en Afrique. Aujourd'hui, bien des fidèles de chez-nous ne se retrouvent plus dans la morale sexuelle catholique et ils ont pris leurs distances de l'Église. Si elle accueille les homosexuels avec plus d'ouverture, sa croisade contre le mariage gai civil, en dépit de la séparation entre l'Église et l'État, pourrait les marginaliser davantage. L'heure n'est toutefois plus au bilan mais plutôt au recueillement, au silence. Voilà qu'on défile déjà devant le catafalque où est exposé, dans toute la splendeur de ses habits d'apparat, l'un des plus grands papes de l'histoire moderne. »

Le Soleil (Québec, Canada), 4 avril 2005, p. a14.

Éditorial

«...To capitalism and communism, conservatism and liberalism, John Paul II ever insisted that God's way was a different way, apart from the crass divides of human ideologies. In his view, God clearly did not favor totalitarian government, which enslaves human freedom as a means to an end. Yet, for him, God certainly did not smile on capitalism, in its selfish secularism. John Paul II critiqued all political creeds. He called on secular leaders to literally repent and reform. Thus he became the era's great world poet on the human rights of the poor, the elderly, and the very young, their right to education, dignity, protection from oppression. On these topics, he said much that riled both free-marketers and Stalinist holdouts. He instructed bosses on their duties to their workers. His greatest contribution to philosophical thought may be his concern for the reciprocal rights and obligations of laborer and superior. This theme, present in his pre-papal philosophical works, was declared for all time in the 1981 encyclical Laborem Exercens. There's a lot in that document that neither labor unions nor chambers of commerce would much like. Again, it was John Paul II, insisting on the way of God, a way different from the human way. »

The Philadelphia Inquirer (États-Unis), 3 avril 2005.

Gouvernance et gouvernement [ 2 avril 2005 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Italie
ÉlevéCarlo Azeglio CiampiSilvio Berlusconi

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2000 - 2016



mai
2001
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Silvio Berlusconi

mai
2001
[Résultats] Élections législatives

avril
2005
Décès du pape Jean-Paul II

avril
2006
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Romano Prodi

avril
2006
[Résultats] Élections législatives

avril
2008
Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Silvio Berlusconi

avril
2008
[Résultats] Élections législatives

novembre
2011
Démission du président du Conseil italien, Silvio Berlusconi

février
2013
Élections législatives en Italie

février
2013
[Résultats] Élections législatives

mars
2013
Élection du pape François

avril
2014
Canonisation de Jean XXIII et Jean Paul II

août
2016
Tremblement de terre dévastateur en Italie

décembre
2016
Tenue d’un référendum constitutionnel en Italie


Dans l'actualité


septembre
2018
Les 60 ans du décès du pape Pie XII : se souvenir ou oublier?

septembre
2018
L'Italie en voie de remonter la pente

février
2018
Mort de Salvatore Riina : la perte d'une figure emblématique de la mafia sicilienne

février
2018
Vatican : l'entrée au paradis du blanchiment d'argent

février
2018
Saint-Marin : d'un paradis fiscal prospère à un État endetté

octobre
2017
Victoire difficile pour le nouveau président du Parlement européen Antonio Tajani

mars
2017
Limogeage du grand maître de l'Ordre de Malte

février
2017
Crise de la dette publique : l'Italie rattrapée par les décisions du passé

octobre
2016
Élection de Virginia Raggi : renouvellement des élites italiennes?

septembre
2016
L'union civile sépare l'Italie


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016