20 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

1 juillet 1997

Rétrocession de Hong Kong à la Chine

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Jiang Zemin

Après plus d'un siècle et demi sous contrôle britannique, l'île de Hong Kong est rétrocédée à la Chine. Ce geste fait suite à une entente conclue entre Londres et Beijing en 1984.

La domination britannique terminée, Hong Kong prend le statut de région administrative spéciale de la République populaire de Chine. Une disposition de l'entente lui permet toutefois de conserver un modèle de développement capitaliste, selon le concept « un pays, deux systèmes ». Un Conseil législatif provisoire gouvernera cet État insulaire de 6,3 millions d'habitants dont le dirigeant (« chief executive ») sera Tung Chee Hwa. Ce dernier a été choisi par un comité de sélection électoral spécial qui, comme le conseil législatif provisoire, a reçu l'aval de Beijing. Cette procédure, qui est contestée par le Royaume-Uni et les États-Unis, suscite des inquiétudes relativement à l'avenir de la démocratie dans l'île. Le dernier gouverneur britannique de Hong Kong, Chris Patten, et le prince Charles, fils de la reine Elizabeth II, assistent aux cérémonies marquant cette rétrocession. Des milliers de soldats chinois entreront dans Hong Kong par la suite, alors que le président Jiang Zemin se réjouit de l'événement qu'il perçoit comme un présage à une éventuelle réunification avec Taïwan.

Pour en savoir plus: Discours prononcé lors de la rétrocession de Hong Kong à la Chine

Dans les médias...


Catherine Chatignoux, « Le retour de Hong Kong à la Chine : la revanche de Pékin »

«...La Chine sait qu'elle joue très gros dans cette affaire : sa crédibilité internationale au moment où elle tente de rentrer dans le concert des grands pays industrialisés, ses relations avec les États-Unis et avec l'Europe, ses projets de réunification avec Taiwan, et la satisfaction de sa propre opinion publique. Mais le tragique exemple de Tiananmen rappelle qu'une jeunesse un peu trop remuante peut provoquer chez de vieux idéologues marxistes un coup de sang irrépressible. Un tel comportement n'est pas à exclure à Hong Kong si le clan prodémocrate apparaissait comme un trop grand danger pour le régime de Pékin. Un autre écueil, moins immédiat, menace Hong Kong : la lente dérive du système. Les hommes d'affaires du territoire craignent par-dessus tout la contagion de la corruption très répandue sur le continent, et la montée en puissance du trafic d'influence, en vogue à Pékin, ouvrant des brèches dans l'Etat de droit qui règne aujourd'hui dans la colonie. Ces dérives, alliées à la montée en puissance d'autres ports chinois comme Shanghai, pourraient, un jour, marquer le début du déclin de Hong Kong. »

Les Échos (France), 30 juin 1997, p. 6.

Caroline Puel, Pierre Haski, « La Chine mise en examen »

«...Car, de fait, les cérémonies de Hong-kong sont avant tout symboliques de l'émergence spectaculaire de la Chine, événement majeur du tournant de siècle, qui pose de très nombreuses questions - encore sans réponse - au reste du monde. Quelle attitude adopter face à cette superpuissance économique, politique et militaire que devient rapidement la Chine? Les grands pays de la planète apportent jusqu'ici des réponses en ordre dispersé, encore sans cohérence. (...) L'attrait du marché chinois (1,2 milliard d'habitants, 8 à 9% de croissance économique par an...) brouille les cartes et les analyses. Mais, face à la dernière grande puissance communiste du monde, qui continue de bafouer les droits de l'homme et montre des signes d'inquiétant nationalisme, le reste du monde peut-il se contenter d'avoir une approche commerciale? Sans doute est-il possible d'accompagner la Chine dans son développement, dans son ambition à occuper une place à sa taille sur la scène internationale sans oublier pour autant une extrême vigilance face à tout dérapage. Notamment sur les droits de l'homme et les libertés. Et Hong-kong, de ce point de vue, constitue un véritable banc d'essai de la capacité de la Chine à respecter des engagements contenus dans des traités internationaux (...) , à se montrer un peu plus respectueuse d'une opinion pluraliste et d'une société civile émergente, d'un état de droit comme celui que les Britanniques laissent derrière eux dans l'ex-colonie. »

Libération (France), 30 juin 1997, p. 3.

Frédéric Wagnière, « Hong Kong dans le giron de la Chine »

«...Il serait catastrophique pour Hong Kong que la Chine lui impose ses moeurs commerciales. Et cela pourrait facilement se produire graduellement par le simple fait que les dirigeants de Hong Kong auront de plus en plus de liens avec des hommes d'affaires, des fonctionnaires et des politiciens chinois. Et qu'ils risquent de se laisser entraîner dans les réseaux de corruption qui émanent du Parti communiste. C'est ainsi que les tribunaux et d'autres institutions de Hong Kong pourraient perdre les qualités qui ont aidé la colonie à devenir une grande métropole mondiale. Le régime démocratique que Hong Kong a voulu se donner à la suite du massacre de la place Tiananmen, en 1989, aurait pu freiner la dégradation de ses institutions. Mais, en fin de compte, il n'y a que l'adoption de pratiques démocratiques dans l'ensemble de la Chine qui peuvent garantir la survie des institutions de Hong Kong et des liens avec les pays industrialisés. »

La Presse (Québec, Canada), 30 juin 1997, p. B2.

David E. Sanger, « There is (was?) no place like Hong Kong »

«...Though many have tried - from Singapore to Vancouver to Taipei - no one has ever managed to replicate the formula that transformed Hong Kong from a steep, humid, scarcely populated island into one of the world's capitals of commerce. But what exactly is the magic of Hong Kong? Its success, of course, is all about proximity - to the most complex, the most infuriating and now the fastest-growing emerging market on earth. The source of its dynamism, though, is far more complex. Hong Kong thrived precisely because it was on the edge of, but never mired in, the politics and turmoil of China. That separateness allowed it to create one of the world's most wired, global cities - a narrow, ridiculously crowded place where Western law, Asian culture, Japanese design, American financing and greed from seven continents all mixed together to make money. So China celebrates Hong Kong's return not only because it ends a century and a half of humiliation, but because the barren island it lost to gunship diplomacy returns to Chinese control tomorrow as the city of the future. The question is whether the magic can survive the transition. »

New York Times (États-Unis), 29 juin 1997.

Gouvernance et gouvernement [ 1 juillet 1997 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Chine
FaibleJiang ZeminLi Peng

Royaume-Uni
ÉlevéElizabeth IITony Blair

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1992 - 2002



janvier
1992
Déclaration de Deng Xiaoping incitant les Chinois à s'enrichir

octobre
1992
Début d’une visite historique de l’empereur japonais Akihito en Chine

septembre
1995
Ouverture d'une Conférence internationale sur les droits des femmes à Beijing

février
1997
Décès de Deng Xiaoping

juillet
1997
Rétrocession de Hong Kong à la Chine

septembre
1997
Ouverture du XVe Congrès du Parti communiste chinois

décembre
1999
Rétrocession de Macao à la Chine

décembre
2001
Adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du commerce

novembre
2002
Ouverture du XVIe Congrès du Parti communiste chinois


Dans l'actualité


avril
2019
Le nucléaire chinois avance à grands pas

mars
2019
La révolution sino-américaine et le piège de Thucydide

mars
2019
Persécution des musulmans en Chine

novembre
2018
Kim Jong-un et Xi Jinping : un partenariat sans faille?

octobre
2018
Le parti indépendantiste HKNP s'attire les foudres de Pékin

septembre
2018
La rencontre de Wuhan : un retour au calme entre l'Inde et la Chine?

avril
2018
La Route de la soie : un projet titanesque qui pourrait changer l'ordre mondial

mars
2018
Organisation de coopération de Shanghai : lorsque deux rivaux s'unissent

février
2018
Xi Jinping : ambitions et pouvoir

décembre
2017
La peine de mort en Chine : l'évolution d'un phénomène culturel


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016