16 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

26 avril 1986

Explosion d'un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Tchernobyl

L'explosion d'un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl, une ville de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), est à l'origine d'émanations radioactives anormalement élevées causant des morts et forçant l'évacuation de 135 000 habitants de la région.

Des mesures d'urgence sont prises afin de limiter les dommages, dont la cessation des activités agricoles et industrielles dans une zone de 30 kilomètres. Des évacuations massives ont également lieu dans la région de Tchernobyl, une ville située à 100 kilomètres au nord de Kiev. Malgré la gravité de l'incident, dont la portée reste inconnue au monde occidental, une catastrophe plus grande est évitée. Des questions sont cependant soulevées après la détection de taux anormalement élevés de radioactivité dans les pays de l'Est et en Scandinavie. L'affaire est rendue publique le 4 mai. Le 14, le leader soviétique Mikhaïl Gorbatchev explique la situation à la nation. Une Commission d'enquête, dont le rapport est déposé le 21 août, attribue l'incident à une erreur humaine, précisant que 135 000 personnes ont été évacuées et que la radioactivité, déjà responsable de quelques morts, causera des milliers de cas de cancer au cours des prochaines décennies. Le désastre de Tchernobyl relancera le débat sur les risques que pose le développement de l'énergie nucléaire pour la sécurité des populations.

Pour en savoir plus: Discours du secrétaire général du PCUS sur l'incident de Tchernobyl

Dans les médias...


Alain Besançon, « Éclair sur le Dniepr »

«...Que pouvait faire le gouvernement soviétique ? Évacuer la population, prendre des précautions à l'échelle de la catastrophe ? Il n'en avait pas les moyens matériels. Faire appel à l'aide charitable que l'Occident est toujours disposé à donner ? Il aurait fallu montrer aux ingénieurs étrangers l'état réel d'une installation nucléaire soviétique; aux médecins, la situation des hôpitaux; à tout le monde, l'allure de la campagne ukrainienne et le nombre des victimes. Il n'en était pas question. Le gouvernement a donc fait ce qu'il fait d'habitude en pareil cas. Il a donné un chiffre de victimes calculé non par rapport à la réalité, mais par rapport à ce qu'il était inévitable d'avouer. Il a attaqué l'Occident pour ses calomnies antisoviétiques. Quant aux irradiés, ils iront mourir dans des hôpitaux éloignés, et nul n'entendra plus parler d'eux. On attendra que l'Occident se désintéresse de l'affaire. Après tout, nos gouvernements sont inquiets pour leur propre industrie nucléaire : ils n'ont pas intérêt à insister. Le silence va donc se rétablir, comme il s'est établi sur la catastrophe atomique survenue à Kichtym, dans l'Oural, en 1957. C'est seulement vingt ans plus tard que le secret a été à demi percé sur ce désastre. Nous saurons un jour ce qui s'est exactement passé à Tchernobyl. »

L'Express (France), 16 mai 1986, p. 23.

Fabien Gruhier, « Nucléaire : que faire en cas de malheur ? »

«...On a pu accuser les services secrets américains de propagande catastrophiste, avec la fameuse estimation de « 2 000 morts » à Tchernobyl : mais à long terme, le bilan sera - hélas ! - beaucoup plus lourd. C'est inéluctable, mathématiquement programmé. Seul le « socialisme scientifique » s'obstine à réfuter les équations. Il n'y a pourtant aucun doute : les effets de la catastrophe soviétique se feront sentir dans les statistiques cancéreuses de l'Europe et d'ailleurs durant des décennies. Ils se feront également sentir dans la psychologie de l'opinion à l'égard du nucléaire : nos centrales - infiniment plus sûres que leurs homologues soviétiques - vont être mises en accusation. On va faire le procès du nucléaire, alors qu'il faudrait faire celui d'un système irresponsable : tandis que nous essuyons les effets de Tchernobyl, les pays démocratiques - dont les centrales n'ont jamais tué personne, ni irradié aucun Russe, pour la bonne raison qu'elles sont correctement conçues - vont ainsi, vis-à-vis de leurs opinions publiques, payer le prix de l'incurie soviétique. »

Le Nouvel Observateur (France), 16 au 22 mai 1986, p. 36.

Paul-André Comeau, « Le jour après Tchernobyl »

«...La théorie a maintenant cédé la place à la catastrophe. L'anxiété, si ce n'est la panique, s'est insérée dans le quotidien de populations établies à des milliers de kilomètres de Tchernobyl dont personne n'avait jamais entendu parler auparavant. Au delà des mises en garde contre les fruits et légumes, contre les produits laitiers, c'est toute la question de l'énergie nucléaire qui s'impose à chacun des individus et non seulement aux dirigeants politiques et aux décideurs économiques. Après l'incident voisin de Three Mile Island, on s'était plus ou moins laissé aller à l'insouciance habituelle. Ne venait-on pas de faire la preuve de la sécurité réelle de ces installations ? Erreur humaine ou non, la catastrophe de Tchernobyl oblige à un retour à la case départ. Les dirigeants des pays occidentaux - et pas seulement les Pays-Bas - devront accepter de rouvrir le dossier et d'engager un véritable débat public sur la place du nucléaire, tout pacifique qu'il soit, dans notre vie de tous les jours. »

Le Devoir (Québec, Canada), 9 mai 1986, p. 6.

Éditorial

«...Growing experience must surely improve the overall ability of society to build and manage these plants with confidence both in their safety and in the ability to respond to problems should they occur. Chernobyl is an important case - if the Soviets will cooperate - because the competence of plant operators should always be of primary concern. American nuclear operations, after the accident at Three Mile Island, were criticized for having inadequately trained personnel. That accident has helped upgrade the qualifications of those who must sit for hours watching the control panels. This issue transcends the question of whether American nuclear plants are different from Soviet plants (...) In considering a pause, evacuation and other safety measures must be studied rigorously. Chernobyl is not, however, the occasion for a total halt to nuclear development. Those with a fixation on this objective risk missing the more detailed lessons that have to be learned. Modern technology, which will not go away, demands no less. »

The Boston Globe (États-Unis), 1e mai 1986.

Gouvernance et gouvernement [ 26 avril 1986 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Russie
FaibleAndrei GromykoNikolay Ryzhkov

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1981 - 1991



novembre
1982
Décès du leader soviétique Leonid Brejnev

février
1984
Décès du leader soviétique Iouri Andropov

mars
1985
Accession de Mikhaïl Gorbatchev à la tête du Parti communiste soviétique

novembre
1985
Ouverture du Sommet de Genève entre Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan

février
1986
Ouverture du XXVIIe Congrès du Parti communiste de l'Union soviétique

avril
1986
Explosion d'un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl

juillet
1990
Ouverture du 28e et dernier Congrès du Parti communiste de l'Union soviétique

juin
1991
[Résultats] Élection présidentielle

août
1991
Proclamation d'indépendance de l'Ukraine

décembre
1991
Création de la Communauté des États indépendants


Dans l'actualité


avril
2019
La Russie devient le deuxième plus grand exportateur d'armes au monde... et après ?

février
2019
La lutte pour les droits humains se poursuit en Russie, malgré le décès d'une fervente militante

février
2019
La douce revanche de Vladimir Poutine

février
2019
Démonstration de la puissance russe à la frontière sino-mongole

février
2019
La traite humaine en Europe de l'Est : héritage de la chute de l'URSS

novembre
2018
La Russie en quête d'influence au Moyen-Orient

octobre
2018
Bilan du Mondial 2018 : les Bleus ne sont pas les seuls gagnants

octobre
2018
Sommet à Helsinki : Poutine plait, Trump moins

septembre
2018
L'Union économique eurasienne sous le spectre de la Russie

mars
2018
Énergie marémotrice en Russie : révolution dans la production d'électricité?


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019