Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 janvier 2019

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

19 août 1991

Échec d'un putsch à Moscou

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Boris Eltsine

Les conservateurs du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS), fidèles à la tradition et critiques à l'endroit des réformes du secrétaire général Mikhaïl Gorbatchev, profitent de l'absence de celui-ci de la capitale pour prendre le pouvoir.

Parmi les conservateurs réunis dans un Comité d'État pour l'état d'urgence, on compte des responsables politiques de haut niveau : le responsable du KGB (les services de renseignements soviétiques), le ministre de la Défense et le ministre des Affaires étrangères. L'agence Tass, contrôlée par les putschistes, annonce que Guennadi Ianaëv, le vice-président de l'Union, exercera les fonctions de Mikhaïl Gorbatchev, incapable de les assurer pour des raisons de santé». Puis l'état d'urgence est décrété dans «toute l'Union pour une période de six mois». Ce coup d'État provoque très rapidement une résistance. Appuyés par des forces spéciales, les conservateurs tentent en vain de venir à bout de Boris Eltsine, alors président de la Russie, qui appelle à la grève générale. Bien qu'on ne compte que quelques morts, ce coup d'État avorté -qui prendra fin le 21 août par un refus des militaires d'attaquer les manifestants- aura des conséquences majeures. Aux yeux de plusieurs, Gorbatchev semble dorénavant incapable de contrôler les différentes factions de son propre parti : il promettra une purge contre les conservateurs puis démissionnera de son poste de Secrétaire général. Par après, le PCUS, qui dirige le pays depuis 1917, sera dissous et interdit. Dans les jours suivants, plusieurs républiques vont réclamer leur indépendance. L'Union des républiques socialistes soviétiques sera définitivement démantelée en décembre 1991.

Dans les médias...


Jean Daniel, «Un monde sans Gorbatchev»

«...L'une des images que nous garderons longtemps de cette journée du 19 août, quoi qu'il arrive désormais, c'est celle de Boris Eltsine sur son char, appelant à la résistance. Certains hommes sont hissés au-dessus d'eux-mêmes par des situations limites et ils s'y révèlent. Assuré de détenir son charisme du suffrage universel, décidant de ce fait de protéger la légalité, découvrant -mais il l'avait fait depuis six mois- , que Gorbatchev était son véritable allié contre les staliniens, Eltsine, président de la Russie, a réclamé le retour au pouvoir de Gorbatchev, président de l'Union soviétique. Tout commande -la morale comme le réalisme- la solidarité avec la nouvelle résistance incarnée, qu'on le regrette ou non, par Boris Eltsine. Le paradoxe veut que ce soit ainsi qu'on puisse le mieux payer son tribut à l'un des héros historiques du XXe siècle, Mikhail Sergueïevitch Gorbatchev. Mais il s'agit aussi et surtout d'assurer chacun de ces Soviétiques, sur qui, depuis soixante ans, semble peser une malédiction, qu'il est accompagné en pensée, chez nous, dans sa résistance, et d'avertir les aventuriers criminels et irresponsables de la nouvelle junte que le monde sera à leur égard intraitable.»

Le Nouvel Observateur (France), 22 au 28 août 1991, p. 23.

Alain Touraine, «Eltsine ou la fin de l'hyperlibéralisme»

«...Ce que l'échec du putsch a montré, c'est que le peuple russe était en avance, dans sa volonté et son courage au service de la démocratie, sur la vision que les dirigeants occidentaux ont de son avenir (...) Ce n'est pas la lente pénétration de l'économie de marché qui a dissous peu à peu l'ordre imposé par la dictature communiste; c'est le courage politique d'Eltsine et de dizaines de milliers de Moscovites qui a arrêté la tentative de gestion autoritaire de la libéralisation économique. Ce qui ne doit pas faire oublier les faiblesses propres de putschistes qui ont sous-estimé la décomposition du vieil appareil d'État sur lequel ils voulaient s'appuyer. On a dit avec raison que ce putsch marquait la fin du communisme. Ne peut-on pas dire aussi, avec autant de raison, qu'il marque la fin de la période hyperlibérale, en réintroduisant sur la scène de l'histoire, à côté des méthodes de gestion rationnelle de l'économie, la volonté politique, l'enthousiasme et le courage dans le mouvement populaire.»

Esprit (France), octobre 1991, pp. 131-132 (d'abord paru dans Le Monde, le 22 août 1991).

Agnès Gruda, «URSS : une thérapie de choc»

«...L'échec du putsch discrédite entièrement la thèse voulant que fatigué et désabusé, le peuple soviétique aurait accueilli avec un certain soulagement l'avènement d'une dictature, si seulement celle-ci devait permettre de remplir les étalages. Ce mythe d'un peuple prêt à courber l'échine pour peu qu'on lui donne à manger vient de voler en éclats. En résistant aux tanks, les Soviétiques ont montré qu'on ne peut pas les duper en approvisionnant artificiellement les magasins; qu'ils savent bien que seules des réformes en profondeur peuvent mettre fin à la misère; et qu'ils se rangent massivement et sans équivoque derrière ceux qui favorisent ces réformes. Étant donné que celles-ci ne pourraient jamais réussir sans leur participation, il s'agit là d'un atout majeur pour l'avenir.»

La Presse (Québec, Canada), 22 août 1991, p. B2.

Éditorial

«...The new, strengthened measure of political legitimacy now is popular democratic approval. But Mr. Gorbachev lacks this and does not seem to understand, and at any rate to accept, that increasingly this is becoming the first requirement of legitimacy in his country. It is something Boris Yeltsin has, and he does not have. And Mr. Gorbachev has not seen, as have his former government colleagues Alexander Yakovlev and Eduard Shevardnadze, that the old dispensation not only won't work but is the cause of the problem and must be abandoned, not fiddled with. Yesterday he insisted that he remains dedicated to working for the renewal of the Communist Party. He pronounced himself someone who wants a democratic opposition but who is a «true believer in the socialist idea.» The socialist idea, of course, or what was left of it in Soviet political life, is what the coup (...) finally and altogether swept out to sea. For the moment Mr. Gorbachev and Mr. Yeltsin will vie for the tempting opportunity to lead on a political field newly cleared of the hard-line opposition -or most of it- that previously inherited and sabotaged democracy and reform.»

The Washington Post (États-Unis), 23 août 1991.

Gouvernance et gouvernement [ 19 août 1991 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Russie
LimitéMikhail GorbachevValentin Pavlov

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1986 - 1996



février
1986
Ouverture du XXVIIe Congrès du Parti communiste de l'Union soviétique

avril
1986
Explosion d'un réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl

juillet
1990
Ouverture du 28e et dernier Congrès du Parti communiste de l'Union soviétique

juin
1991
[Résultats] Élection présidentielle

août
1991
Proclamation d'indépendance de l'Ukraine

décembre
1991
Création de la Communauté des États indépendants

décembre
1993
Tenue d'élections législatives et d'un référendum en Russie

décembre
1993
[Résultats] Élections législatives

décembre
1995
[Résultats] Élections législatives

juin
1996
[Résultats] Élection présidentielle

août
1996
Signature d'un accord de cessez-le-feu entre la Russie et la Tchétchénie


Dans l'actualité


novembre
2018
La Russie en quête d'influence au Moyen-Orient

octobre
2018
Bilan du Mondial 2018 : les Bleus ne sont pas les seuls gagnants

octobre
2018
Sommet à Helsinki : Poutine plait, Trump moins

septembre
2018
L'Union économique eurasienne sous le spectre de la Russie

mars
2018
Énergie marémotrice en Russie : révolution dans la production d'électricité?

février
2018
Ksenia Sobchak : opposante ou stratégie politique?

janvier
2018
La mer Baltique : la nouvelle zone de manoeuvres militaires russo-chinoises

septembre
2017
L'Europe à la rencontre des Russes

mars
2017
La réticence russe face à la COP 21

février
2017
Quand les traditions conservatrices l'emportent en Russie


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016