Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

4 février 1945

Ouverture de la conférence de Yalta

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Winston Churchill, Franklin Roosevelt et Joseph Staline à Yalta
Domaine public

Les dirigeants du Royaume-Uni, des États-Unis et de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) sont réunis à Yalta, en Crimée. À cette occasion, les futurs vainqueurs de l'Allemagne s'entendent pour un découpage de l'Europe qui sera en place pendant plus de quarante ans.

En Crimée, sur la côte de la mer Noire, se tient une conférence décisive entre les futurs vainqueurs de la Deuxième Guerre mondiale. Trois chefs politiques sont réunis : le président Franklin D. Roosevelt des États-Unis, considérablement affaibli par la maladie, le premier ministre britannique Winston Churchill, qui perdra le pouvoir peu de temps après, et le secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique (URSS), Joseph Staline, alors à l'apogée de son pouvoir. L'Allemagne n'a pas encore capitulé mais la progression des Alliés est telle qu'il est possible d'établir un plan pour l'après-guerre. Au moment où les négociations commencent, l'URSS est en position de force. Principale responsable de la défaite nazie à l'Est, l'armée de Staline est aux portes de Berlin. Les trois grands s'entendent à Yalta pour un découpage qui correspond globalement à la progression des forces armées sur le terrain. Dans le communiqué final de la conférence, on exprime la volonté de tenir des élections libres en Pologne et le principe suivant: « L'établissement de l'ordre en Europe et la reconstruction de la vie économique nationale devront être réalisés par des voies qui permettront aux peuples libérés de détruire les derniers vestiges du nazisme et du fascisme et de créer des institutions démocratiques de leur choix. » Les faits seront cependant différents : l'Europe de l'Est passera sous le contrôle soviétique, mais sans obtenir des régimes politiques démocratiques. Quant à la Pologne, elle ne connaîtra pas d'élections libres avant plus de quarante ans. En 1946, Churchill décrira la nouvelle donne politique par des mots devenus célèbres : « Un rideau de fer est descendu » sur l'Europe.

Pour en savoir plus: Accords de Yalta

Dans les médias...


Marcel Gimont, « De Yalta à San Francisco »

«...Nous l'avouerons, nos espoirs sont assez minimes, et l'on peut se demander si ce n'est pas de ce côté-là qu'est intervenu le compromis qui a amené les Russes et les Américains à faire, les premiers en ce qui concerne leurs voisins, les seconds en ce qui concerne le traitement réservé à l'Allemagne, un échange de concessions dont on a tiré au bout du compte un accord. Enfin, et d'un point de vue qui n'est pas celui où se placent à l'étranger les promoteurs d'alliances et les grands découpeurs de zones d'influence, nous continuons à considérer que les Trois ont commis une maladresse en écartant la France de débats qui ne peuvent trouver de solutions raisonnables qu'en sa présence. Pourquoi différer ce qu'il eût été sage et courtois d'accepter sans délai ? Tchang-Kaï-Chek lui-même si nous l'interrogions, serait probablement de notre avis, car, sans vouloir le désobliger en aucune façon, nous nous habituons difficilement à voir aujourd'hui la France et la Chine sur le même rang. »

Combat (France), 14 février 1945, p. 1.

Wladimir d'Ormesson, « Les décisions des « Trois » »

«...Les « Trois » ont fixé les principes qui régiront l'occupation de l'Allemagne. (...) En ce qui concerne la question polonaise et la situation en Yougoslavie, les « Trois » semblent avoir trouvé les seules formules qui fussent possibles. (...) Tels sont les principaux faits concrets qui ressortent de la déclaration de Yalta. Le reste relève plutôt de la littérature politique internationale. Il s'agit, en effet, des principes qui doivent régir et le maintien de la paix et l'organisation de la sécurité et le retour à l'ordre normal de l'Europe libérée. Ces principes sont justes et sages. Mais ils sont nécessairement théoriques. Or depuis vingt-six ans le monde a fait une telle consommation de principes justes et de sages théories - et tout cela a sombré dans une si abominable faillite - que l'on éprouve on ne sait quelle saturation à l'égard de certains mots. La sécurité sera très facile à assurer au lendemain de la guerre. Les choses deviendront plus difficiles dans les décades qui suivront. C'est à ce moment-là aussi qu'il ne faudra pas commettre la folie de prendre les mots pour de la sécurité. »

Le Figaro (France), 14 février 1945, p. 1.

Paul Sauriol, « Succès de Staline sur la question polonaise »

«...Il est évident que M. Staline a remporté une victoire complète au sujet de la question polonaise. L'armée rouge a chassé les Allemands de la Pologne. Moscou a installé le gouvernement provisoire pro-soviétique, et MM Roosevelt et Churchill se sont trouvés devant un fait accompli. Sauf des atténuations dans la phraséologie, ils ont capitulé. Les trois chefs disent carrément que la frontière orientale de la Pologne suivra la ligne Curzon, avec quelques corrections de détail en faveur de la Pologne; cela veut dire que la Russie acquiert environ la moitié du territoire de la Pologne, tel qu'il était lorsque les Alliés - dont le Canada - ont déclaré la guerre pour défendre l'intégrité territoriale de la Pologne. Selon le projet préconisé par M. Staline, on promet des compensations territoriales à la Pologne au nord et à l'ouest. Toutefois, il est établi en principe que les questions de frontières ne seront résolues qu'après la guerre. Comment tout cela peut-il se concilier, c'est difficile à dire. Mais là aussi on aura un fait acquis, car le gouvernement provisoire de Varsovie a annoncé son intention de prendre immédiatement le gouvernement civil des territoires allemands qu'il veut garder, notamment tout ce qui est à l'est de l'Oder et de la Neisse. »

Le Devoir (Québec, Canada), 13 février 1945, p. 1.

S.A., « History at Yalta »

«...The past has seen nothing like the meeting at Yalta this month. In no previous war, hardly in any previous decade, could there have been such a meeting. Though distinguished characters arrived on battleships the transoceanic plane was essential. But the plane, the radio, all the apparatus of swift motion and communication, were not mere mechanisms making a beginning of world unity possible. We can think of them also as the expressions of the human desire for such unity. Without them it would still have been essential to any justified hopes for peace that Russia, Britain and the United States should not have fatally conflicting aims. The necessity and the instruments to deal with it fortunately developed together. (...) This was history of a sort. But the history made there this month is the history of the meeting of men from the ends of the world, of an attempt at reconciling ideas in many respects far apart. Perfection could not result. Beginnings never do yield perfection. It is the beginnings, just the same, that are often most vividly remembered...»

New York Times (États-Unis), 14 février 1945, p. 18.

Gouvernance et gouvernement [ 4 février 1945 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

États-Unis
ÉlevéFranklin D. Roosevelt

Russie
FaibleMikhail KalinineJoseph Staline

Royaume-Uni
ÉlevéGeorge VIWinston Churchill

Pologne
TransitionBoleslaw BierutEdward Osóbka-Morawski

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1944 - 1950



février
1945
Ouverture de la conférence de Yalta

avril
1945
Décès du président américain Franklin Delano Roosevelt

juin
1945
Signature de la Charte de l'Organisation des Nations unies

juillet
1945
Ouverture d'une conférence des alliés à Potsdam, en Allemagne

octobre
1945
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

décembre
1945
Création de la Banque mondiale

janvier
1946
Ouverture de la première session de l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies

novembre
1946
[Résultats] Élections législatives

mars
1947
Proclamation de la doctrine Truman

avril
1947
Intégration raciale du baseball majeur aux États-Unis

juillet
1947
Ouverture d'une conférence à Paris sur le Plan Marshall

septembre
1947
Création de la Central Intelligence Agency aux États-Unis

octobre
1947
Première télédiffusion d'un discours présidentiel de la Maison Blanche aux États-Unis

janvier
1948
Publication du livre « Sexual Behavior in the Human Male » d’Alfred Kinsey

mars
1948
Création de l'Organisation des États américains

novembre
1948
Élection de Harry S. Truman à la présidence des États-Unis

novembre
1948
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1948
[Résultats] Élections législatives

décembre
1948
Adoption de la Déclaration universelle des droits de l'Homme

avril
1949
Création de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord

novembre
1950
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


novembre
2018
Les États-Unis suffoquent sous la dette

novembre
2018
Le retour de Mitt Romney, républicain anti-Trump

octobre
2018
Charlottesville : un rassemblement suprémaciste blanc qui a fini en drame

octobre
2018
Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon

juin
2018
L'immigration : une stratégie de mi-mandat risquée des républicains

juin
2018
Le pacte faustien de Mike Pence

mai
2018
La seconde plus longue période de prospérité américaine

avril
2018
Les mémoires de James Comey

avril
2018
Une escalade dans les tensions commerciales sino-américaines

avril
2018
Un nouveau Tea Party aux États-Unis


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016