23 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

21 mai 2006

Tenue d'un référendum sur l'indépendance du Monténégro

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Plus de 55% des habitants du Monténégro, une république des Balkans qui fait partie de l'État de Serbie-et-Monténégro, répondent favorablement à une question référendaire leur demandant s'ils souhaitent que leur république « devienne un État indépendant avec une pleine reconnaissance juridique et internationale ».

Ce référendum constitue une nouvelle étape dans le démantèlement de l'ex-République fédérative socialiste de Yougoslavie entrepris au début des années 1990. Il survient trois ans après la création de l'État de Serbie-et-Monténégro, pays au sein duquel les Monténégrins sont minoritaires sur le plan démographique et au niveau des institutions politiques. Une période probatoire de trois ans avait alors été prévue avant que cette situation ne puisse être remise en question. Lorsqu'elle expire, en 2006, la population du Monténégro, dont une importante minorité serbe, est appelée à se prononcer sur son statut constitutionnel. Le 21 mai, 55,4 % des électeurs éligibles tranchent en faveur de l'indépendance. Cette victoire est arrachée de justesse puisque l'Union européenne, à laquelle le Monténégro souhaite adhérer, a fixé à 55 % le seuil minimum pour légitimer la démarche d'indépendance. La Serbie exprime sa déception devant les résultats. Mais à l'instar des autres pays, elle reconnaîtra l'indépendance du Monténégro qui est proclamée le 3 juin 2006. Le nouveau pays, qui compte un peu plus de 600 000 habitants, fera son entrée à l'Organisation des Nations unies quelques semaines plus tard.

Dans les médias...


Christophe Châtelot, « Monténégro : référendum sur fond de balkanisation »

«...Dorénavant, la perspective d'une adhésion à l'UE ne tient plus de la fiction. L'avenir du Kosovo se négocie avec l'ONU depuis le début de 2006. A Skopje, les séparatistes albanais de Macédoine participent à un gouvernement qui joue la carte de la décentralisation depuis la fin des affrontements interethniques de 2001. Et les accords de Dayton (1995) autorisent certes la Republika Srpska - l'une des deux entités constitutives, avec la fédération croato-musulmane, de la Bosnie-Herzégovine (BiH) - à entretenir des relations privilégiées avec la Serbie mais pas à s'y rattacher. Courant 2005, l'UE a donc finalement endossé, à contre-coeur, le principe du référendum au Monténégro. Un résultat clair lèvera une hypothèque sur l'avenir du pays que chaque partie n'envisage pas autre part que dans l'Union européenne. »

Le Monde (France), 22 mai 2006, p. 1.

Jean-Arnaud Derens, « L'ex-Yougoslavie est morte au Monténégro »

«...En fait, la Serbie vit toujours largement dans l'illusion d'une survie de l'ancienne Yougoslavie, alors que celle-ci appartient pour de bon au passé. Il faudrait que la Serbie arrive à redéfinir sa propre identité, son territoire, et qu'elle normalise ses relations avec tous ses voisins, en rompant avec les rêves de « Grande Serbie » que cultive toujours l'extrême droite nationaliste. Cette dernière se tient cependant en embuscade, avec des intentions de vote dans les sondages qui atteignent 35% des inscrits. L'indépendance non choisie de la Serbie et la nécessité d'adopter au plus vite une Constitution pour le pays pourraient précipiter la tenue d'élections législatives anticipées, alors que le gouvernement de Vojislav Kostunica ne dispose que d'une majorité très fragile. Une déstabilisation de la Serbie - et une éventuelle victoire de l'extrême droite - pourrait alors avoir des conséquences très dangereuses pour la région des Balkans tout entière, dont Belgrade demeure toujours une pièce essentielle. »

Le Temps (Suisse), 23 mai 2006.

Serge Truffaut, « Le rejet »

«...La greffe balkanique souhaitée, pour ne pas dire imposée, par l'Union européenne (UE) aura duré trois ans. Il y a trois jours, un peu plus de la moitié des citoyens du Monténégro ont opté pour le divorce d'avec la Serbie. Leur principal objectif ? Rejoindre les rangs d'une UE peu pressée, en l'état actuel des choses, de lui ouvrir ses portes. Quand on y songe, le référendum tenu dimanche n'aura pas un impact profond sur les relations qu'entretenaient jusqu'alors le Monténégro et la Serbie. La province qui vient de faire sécession avait déjà son président, son premier ministre, son Parlement et une monnaie différente de celle qui a cours en Serbie, soit l'euro. Aux pouvoirs dont elle disposait déjà vont donc s'ajouter ceux des affaires étrangères et de la défense. Mais voilà, la population du pays totalisant à peine 650 000 personnes, il est écrit dans le ciel que la marge de manoeuvre sur les fronts de la diplomatie et de l'armée aura peu d'amplitude. »

Le Devoir (Québec, Canada), 24 mai 2006, p. A6.

Éditorial

«...No sooner had the results of Montenegro's referendum been confirmed than separatists in the Basque and Catalan regions of Spain hailed the event as a validation of their own campaigns for self-determination. Even German-speaking separatists in the Tyrol region of northern Italy were inspired by Montenegro's example to ask for their own referendum on choosing separation from Italy and annexation by Austria. Even more troubling is that the EU must now confront the demands of Kosovo's overwhelmingly Albanian population to achieve formal independence from Serbia. Unlike Montenegro, much blood has been shed over the issue of Kosovo's identity as a province of Serbia. Serbs are vehement about keeping Kosovo, and Albanian Kosovars are at least as determined to get free from Serbia. For the sake of Europe's future, EU leaders must find peaceful, lawful ways to resolve the Kosovo dispute, making Montenegro's democratic decision a prelude to Balkan stability rather than a catalyst for the narcissism of splintering nationalisms. »

The Boston Globe (États-Unis), 25 mai 2006.

Gouvernance et gouvernement [ 21 mai 2006 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Monténégro
Élevéinformation non-pertinenteinformation non-pertinente

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1996 - 2016



mai
2006
Tenue d'un référendum sur l'indépendance du Monténégro

juin
2006
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

septembre
2006
[Résultats] Élections législatives

avril
2008
[Résultats] Élection présidentielle

mars
2009
[Résultats] Élections législatives

octobre
2012
[Résultats] Élections législatives

avril
2013
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2016
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


février
2016
L'adhésion controversée du Monténégro à l'OTAN

novembre
2015
Désir d'un régime démocratique au Monténégro

septembre
2006
Victoire de Djukanovic : le Monténégro rêve toujours d'intégrer l'Union européenne


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019