19 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

1 janvier 1999

Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Euro

La grande majorité des pays de l'Union européenne (UE) utiliseront désormais une monnaie unique pour l'ensemble des échanges économiques: prix, salaires, contrats, négociations. C'est le premier janvier 1999 que l'euro devient la monnaie officielle.

Décidée lorsque le Traité de Maastricht a été entériné (1993), l'adoption de l'euro a pour objectif de consolider le marché européen en accroissant la fluidité des échanges entre les pays membres. Tous les agents économiques sont concernés: individus, syndicats, entreprises, organismes, etc. Onze pays appartiennent au départ à la zone euro: la France, l'Italie, l'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Autriche, la Finlande, l'Espagne, le Portugal et l'Irlande. Quatre pays membres de l'UE n'adoptent pas l'euro, dont trois pour des raisons politiques: le Royaume-Uni, le Danemark et la Suède. Quant à la Grèce, elle restera à l'écart jusqu'en 2001 dans la mesure où elle ne peut, en 1999, satisfaire aux critères économiques du traité de Maastricht. La Banque centrale européenne dirige désormais la politique monétaire des onze pays ayant adopté la nouvelle monnaie. Les dix pays ayant adhéré à l'UE en mai 2004 exprimeront leur volonté de faire partie de la zone euro le plus rapidement possible. L'intégration monétaire constitue cependant un processus complexe qui exige des ajustements budgétaires et fiscaux en vue d'harmoniser les économies des différentes composantes.

Dans les médias...


Ignace Jeannerat, « Aujourd'hui l'euro, demain la solidarité »

«...Même si les anciennes monnaies garderont vie encore trois ans, depuis le 1er janvier 1999 tout a déjà changé. L'Europe est entrée dans une nouvelle histoire, par la volonté déterminée de quelques figures politiques sur la force des marchés financiers et face à une opinion publique méfiante. Le dessein n'est pas sans risque. Si l'enfance de l'euro s'annonce heureuse, comment se passera son adolescence? De quoi se nourrira-t-il? A-t-on mis la charrue avant les boeufs? Fallait-il donner jour à l'euro avant de mettre sous toit des règles de partage du pouvoir politique? Qu'adviendra-t-il si les Etats ne parviennent pas à harmoniser leurs politiques budgétaires, leurs fiscalités? Les questions sont aujourd'hui sans réponse. Mais l'importance du chemin parcouru augure d'une réelle capacité à surmonter les difficultés qui pourraient surgir. Ce que les onze pays de l'euro ont accepté de franchir ce 1er janvier, c'est bien davantage qu'un changement de monnaie. C'est un dépouillement supplémentaire, au nom de l'intérêt général supérieur. »

Le Temps (Suisse), 4 janvier 1999.

Martine Royo, « Avec l'euro, le Vieux Continent entre dans le XXIe siècle »

«...l'euro est aussi un espoir de renouveau pour une Europe frileuse, en mal d'adaptation à un monde où la suppression accélérée des entraves au commerce et l'ascension des pays émergents a débouché sur une concurrence sans merci. Car il ne s'agit pas seulement ce matin de troquer le franc, le mark ou la lire contre la monnaie unique, mais de faire de l'Europe une force nouvelle dans l'économie, le commerce et la finance mondiaux. Avec la réduction du coût des transactions, du risque de change et des incertitudes, une nouvelle puissance économique est-elle en train de se constituer sous le regard du reste du monde, qui n'a cru que tardivement à la naissance de l'euro ? La monnaie unique n'y suffira sans doute pas. Mais les restructurations bancaires, financières, industrielles qu'elle impose à l'Europe sont déjà bien entamées et la forcent à sortir de sa position défensive face à la mondialisation. »

Les Échos (France), 4 janvier 1999, p. 2.

Pascal Riche, « À armes égales avec le dollar »

«...Certains rêvent déjà de voir la monnaie européenne détrôner le dollar dans les échanges mondiaux. Ce n'est pas impossible: le billet vert n'a-t-il pas montré l'exemple en détrônant la livre sterling au début du siècle? Quel serait l'avantage? Sur le plan économique, il est mince. (...) L'avantage est surtout politique. La monnaie comme symbole. Ce n'est pas rien: « Le rôle politique dominant des Etats-Unis dans le monde est intégralement lié à la position dominante du dollar. C'est cette domination que menace l'euro », s'alarme déjà William Pfaff, éditorialiste au Los Angeles Times. C'est en France que le match euro-dollar est le plus souhaité. Normal: la France est, avec les Etats-Unis, la seule grande nation se sentant depuis toujours une mission « universaliste ». Hier matin, dans le discours qu'il a prononcé avant de quitter Paris pour Bruxelles, Dominique Strauss-Kahn a insisté sur ce thème. « L'euro équilibrera le dollar, a déclaré le ministre français de l'Economie, et [...] permettra à l'Europe de proposer un modèle alternatif à tous ceux qui, dans les années qui viennent, de plus en plus nombreux dans le tiers monde, commenceront à chercher la voie démocratique qui leur convient le mieux. » »

Libération (France), 1e janvier 1999, p. 3.

Stéphane Gagné, « L'euro bouleversera les marchés d'actions européens »

«...En fait, l'arrivée de l'euro est perçue comme un pas de géant vers l'intégration des marchés boursiers européens. Jusqu'à maintenant, la fragmentation des marchés boursiers en Europe ne jouait pas en faveur des investisseurs. Jusqu'ici, ils devaient faire face à onze devises et des Bourses de taille très différente, parfois fort illiquides. La venue de l'euro apportera une plus grande liquidité du marché boursier à l'échelle européenne et la simplification des transactions boursières entre les pays de la zone euro. Dans le contexte de l'euro, les marchés nationaux perdront de leur importance. En revanche, la logique sectorielle montera en puissance. Dans un marché avec une seule monnaie, confronté à une politique monétaire commune et où les cycles économiques seront sans doute plus en phase, la logique d'investissement sera maintenant de choisir des actions les plus représentatives d'un secteur pour toute la zone euro qui a le vent en poupe ou qui profite d'un rebond de la conjoncture. Il s'agira maintenant pour les investisseurs de composer des portefeuilles en jouant la carte sectorielle. »

Le Devoir (Québec, Canada), 31 décembre 1998, p. C1.

Éditorial

«...The change is not entirely welcome for people who count the lira, franc, mark and other currencies as a part of a national character. Nor is it without substantive risks both politically and economically, as Britain's decision to opt out illustrates. (...) Difficult as it may be to embrace a change that robs countries of one more treasured distinction, the advent of the euro promises enough benefits to root for its success - for those both in and out of Europe. Already, the fiscal discipline imposed on those countries aiming for « Euroland » status has contributed to low inflation and stability in the European economy. When the euro becomes official on Friday, it should help make Europe a stronger trading partner by eliminating regional currency fluctuations as well as save untold sums and end inefficiencies of conversion cots. The switch to the euro cannot be minimized. It has the potential to create a mammoth, efficient, economic machine with one stable currency that will challenge the dollar as the world's reserve currency. »

San Francisco Chronicle (États-Unis), 30 décembre 1998.

Gouvernance et gouvernement [ 1 janvier 1999 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

France
ÉlevéJacques ChiracLionel Jospin

Italie
ÉlevéOscar Luigi ScalfaroMassimo D'Alema

Allemagne
ÉlevéRoman HerzogGerhard Schröder

Belgique
ÉlevéAlbert IIJean-Luc Dehaene

Pays-Bas
ÉlevéBeatrix Wilhelmina ArmgardWim Kok

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1994 - 2004



mai
1994
Inauguration d'un tunnel reliant la France et le Royaume-Uni

avril
1995
[Résultats] Élection présidentielle

mai
1995
Élection de Jacques Chirac à la présidence de la République française

mai
1997
[Résultats] Élections législatives

juin
1997
Tenue d'élections législatives en France

juin
1998
Adoption en France d’une loi d’orientation et d’incitation relative à la réduction du temps de travail

janvier
1999
Passage à l'euro pour onze pays de l'Union européenne

avril
2002
[Résultats] Élection présidentielle

mai
2002
Réélection de Jacques Chirac à la présidence de la République française

juin
2002
Tenue d'élections législatives en France

juin
2002
[Résultats] Élections législatives

août
2003
Canicule meurtrière en France


Dans l'actualité


octobre
2019
G7 2019 : un sommet qui sème la tension

mars
2019
Perquisition de l'opposition en France : Jean-Luc Mélenchon dénonce furieusement un abus de pouvoir

février
2019
Un climat politique orageux en France

octobre
2018
Donner du sang, oui, mais pas pour toute la France...

septembre
2018
Le président français devant le Congrès américain : séduction ou critique ?

janvier
2018
Le populisme sous la loupe du Forum mondial de la démocratie de Strasbourg

octobre
2017
Des élections désastreuses pour le Parti socialiste en France

juillet
2017
Nostalgie ou changement sans dérangement

février
2017
Présidentielle française: entre espoir et dépit

février
2017
Des États-Unis à la France, Donald Trump ne laisse personne indifférent


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019