Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

23 mai 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

11 août 1965

Déclenchement d'émeutes raciales dans le quartier Watts, à Los Angeles

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Émeute à Watts

À la suite d'une altercation avec les forces policières, des émeutes raciales éclatent dans Watts, un quartier majoritairement noir de Los Angeles. Les six jours de violence qui suivent se soldent par un bilan désolant : 35 morts, plus de 1 100 blessés et des dégâts matériels évalués à 35 millions de dollars.

Pendant la première moitié des années 60, des percées importantes sont effectuées aux États-Unis dans le domaine des droits civiques, notamment grâce au Civil Rights Act de 1964. Malgré ces progrès, des tensions importantes continuent de tenailler le pays, particulièrement en milieu urbain où les Noirs expriment avec de plus en plus d'insistance leur mécontentement face à la discrimination (logement, emploi, pauvreté, relation avec les forces de l'ordre, etc.) dont ils sont victimes. Le 11 août 1965, une altercation entre policiers et membres de la communauté éclate à Watts, un quartier de Los Angeles dont la population est très majoritairement noire. Les émeutes qui suivent, et qui durent six jours, révèlent à l'Amérique l'ampleur de la grogne qu'illustre le slogan informel des événements : Burn, Baby Burn ! Au cours des années qui suivent, d'autres grandes villes (Cleveland, San Francisco, Chicago, Newark, etc.), seront déchirées par des émeutes dont les tensions raciales sont également le détonateur. Une des pires survient à Détroit, en juillet 1967. La Garde nationale et l'armée sont déployés afin de faire cesser les hostilités qui causent 43 morts, 1 189 blessés et des dommages matériels qui s'élèvent à plusieurs dizaines de millions de dollars. Les émeutes raciales des années 60 laisseront une empreinte durable dans la conscience collective américaine. Elles auront aussi une influence déterminante sur l'évolution des politiques sociales adoptées par la suite en milieu urbain.

Pour en savoir plus: Discours du président des États-Unis à la suite des émeutes de Watts

Dans les médias...


François Dupuis et Jean-François Kahn, «On va vous tuer, Mister !»

«...Par une tragique ironie, l'émeute a éclaté le lendemain même du jour où les Noirs allaient s'inscrire en masse sur les registres électoraux de Georgie, d'Alabama ou de Louisiane. La charte des droits civiques venait d'être signée par le président Johnson. L'espoir naissait. Le problème semblait en voie d'être résolu (...) L'époque de la non-violence n'est-elle pas dépassée ? La pasteur Martin Luther King a dû reconnaître son impuissance. C'est qu'il se battait au nom de l'égalité raciale, du droit pour le Noir de fréquenter le même cinéma et le même autobus que son voisin blanc. Il ne s'agit plus de cela. Les Noirs d'aujourd'hui, ce sont les prolétaires d'hier. C'est une lutte de classes où les antagonistes auraient teint leur peau. Inconsciemment, ces masses qui hurlent et pillent vont bien plus loin que les foules calmes et belles de Selma. Ce qu'elles remettent en cause, c'est une certaine inadaptation de l'Amérique à sa richesse. C'est ce que, avec beaucoup de courage, a souligné M. Robert Kennedy : «Je ne crois pas qu'en prêchant l'ordre et la loi sans aller au fond des problèmes qui sont à la base de ces émeutes, nous puissions faire beaucoup de progrès.»

L'Express (France), 23 au 29 août 1965, p. 17.

S.A., «Du désespoir à la révolte»

«...alors qu'indéniablement l'adoption de la loi sur le droit de vote des Noirs constitue une importante victoire pour les intégrationnistes qui militent dans le Sud, elle ne change en rien le sort de la moitié environ des Noirs américains. Pour la plupart de ceux qui vivent dans les États du nord ou de l'ouest du pays, la question à résoudre est, en effet, toute différente : quotidiennement ils peuvent comparer l'étendue de leur détresse à la prospérité qu'ils côtoient sans jamais espérer y atteindre. Cette confrontation de la richesse et de la pauvreté se mesure en chiffres : chômage deux fois plus important chez les Noirs que chez les Blancs, revenus largement inférieurs, logements insalubres, vie en ghetto, éducation au rabais. Mais elle se mesure aussi en termes psychologiques : un immense complexe de frustration allant du désespoir à la révolte. Après ceux de Harlem l'an dernier, c'est dans cette révolte désespérée que sont tombés les Noirs de Los Angeles.»

Le Monde (France), 15 et 16 août 1965, p. 1.

Jean-Marc Léger, «Les Noirs américains entre l'impatience et le désespoir»

«...À partir des commentaires de ces sociologues et de l'évolution de l'attitude des Noirs américains depuis une décennie, on peut estimer que des événements comme ceux de Los Angeles vont vraisemblablement se reproduire fréquemment aux U.S.A. dans les prochaines années. Car il y a une autre dimension : le caractère militant des jeunes organisations noires, le durcissement même de la vieille NAACP, la politisation croissante des milieux noirs et l'influence, difficilement mesurable mais certaine, de la libération de l'Afrique noire (...) Ce n'est pas au moment où toutes les issues paraissent fermées et où la tradition de résignation entretenue par l'esclavage pèse sur lui que l'opprimé est le plus enclin à la révolte : c'est, davantage, à partir de l'instant où l'espoir lui est permis, où il a davantage de moyens intellectuels et matériels, où des comparaisons avec l'autre deviennent possibles, où la route est ouverte vers une dignité et une égalité trop longtemps refusées. Il entend alors la parcourir très vite et tout entière. Chez les peuples ou les communautés longtemps opprimés, les réformes n'assurent pas l'économie de la révolution, elles la provoquent ou la précipitent souvent. Le problème noir continue de se poser intégralement aux États-Unis, encore que sa formulation se modifie. Et le plus dur n'est vraisemblablement pas passé; il est plutôt à venir.»

Le Devoir (Québec, Canada), 18 août 1965, p. 4.

S.A., «Los Angeles : The Fire this Time»

«...The trouble in Los Angeles closely folowed the pattern of the riots of 1964, and the roots were just as easy to isolate : the men on the dole, the kids out of school and out of work, the broken families and blighted hopes, the smoldering resentment of the cops born long before the inevitable pamphleteering nationalists turned with their predictable «police brutality» leaflets. Les Angeles has long prided itself on its cool racial climate -but it has dawdled over proposals to set up a city human-relations commission to assure a continuing black-white dialogue. Police Chief William Parker, the city's tough cop, was sure the spark was lit indirectly by civil-rights militants : «You cannot tell people to disobey the law and not expect them to have a disrespect for the law. You cannot keep telling them that they are being abused and mistreated without expecting them to react.» But the answers lay deeper : the kindling had collected for years, now nothing more than an uncommonly hot night and a routine traffic arrest set it aflame.»

Newsweek (États-Unis), 23 août 1965, p. 17.

Gouvernance et gouvernement [ 11 août 1965 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

États-Unis
ÉlevéLyndon B. Johnson

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1960 - 1970



mai
1960
Approbation de la pilule contraceptive par la Food and Drug Administration aux États-Unis

septembre
1960
Présentation d'un premier débat télévisé entre candidats à la présidence des États-Unis

novembre
1960
Élection de John F. Kennedy à la présidence des États-Unis

novembre
1960
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1960
[Résultats] Élections législatives

mars
1961
Création du Corps de la paix (Peace Corps)

avril
1961
Débarquement d'exilés cubains à la baie des Cochons

juin
1961
Rencontre entre John F. Kennedy et Nikita Khrouchtchev à Vienne

août
1961
Création de l'Alliance pour le progrès

septembre
1961
Début des travaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques

septembre
1962
Publication du livre « Silent Spring » de Rachel Carson

novembre
1962
[Résultats] Élections législatives

juillet
1963
Création de l'École militaire des Amériques

août
1963
Marche pour les droits civiques à Washington

novembre
1963
Assassinat du président américain John F. Kennedy

juillet
1964
Adoption du Civil Rights Act aux États-Unis

octobre
1964
Contestation étudiante à Berkeley

novembre
1964
Élection de Lyndon B. Johnson à la présidence des États-Unis

novembre
1964
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1964
[Résultats] Élections législatives

avril
1965
Intervention de troupes américaines en République dominicaine

août
1965
Déclenchement d'émeutes raciales dans le quartier Watts, à Los Angeles

septembre
1965
Grève des travailleurs agricoles en Californie

octobre
1965
Discours du pape Paul VI à l'Organisation des Nations unies

novembre
1965
Publication du livre « Unsafe at any speed » aux États-Unis

juin
1966
Création de la National Organization for Women

novembre
1966
[Résultats] Élections législatives

janvier
1968
Manifestations du mouvement chicano

avril
1968
Assassinat du pasteur Martin Luther King à Memphis

juin
1968
Assassinat de Robert Kennedy

juillet
1968
Présentation des premiers Jeux olympiques spéciaux à Chicago

août
1968
Ouverture de la convention du Parti démocrate américain à Chicago

octobre
1968
Protestation aux Jeux Olympiques de Mexico par deux athlètes américains

novembre
1968
Élection de Richard M. Nixon à la présidence des États-Unis

novembre
1968
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
1968
[Résultats] Élections législatives

juin
1969
Déclenchement d'une émeute dans le bar gai Stonewall Inn de New York

juillet
1969
Incident tragique impliquant le sénateur américain Edward Kennedy

août
1969
Présentation d'un festival musical historique à Woodstock

novembre
1969
Manifestation d'envergure à Washington contre l'intervention américaine au Viêt-nam

avril
1970
Tenue du Jour de la Terre aux États-Unis

novembre
1970
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


mai
2017
La gouvernance antidémocratique de Trump

mai
2017
Graves lacunes dans le leadership de Trump

avril
2017
L'échec du leadership présidentiel de Donald Trump

avril
2017
Rivalités au sein de l'administration américaine

avril
2017
Une tare importante dans la démocratie américaine

avril
2017
États-Unis : lorsque étudier signifie s'endetter

avril
2017
L'effacement du secrétariat d'État sous Trump

avril
2017
Des motifs raciaux liés à l'échec de la loi sur la santé

mars
2017
Les options américaines devant la menace nord-coréenne

mars
2017
Pence n'est pas une alternative à Trump


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016