Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

9 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

22 septembre 1976

Adoption du premier plan d'austérité de Raymond Barre en France

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Raymond Barre

Le 25 août 1976, le premier ministre français Jacques Chirac démissionne de son poste. Le président Valéry Giscard d'Estaing nomme Raymond Barre pour lui succéder à la tête du gouvernement. Sa principale tâche sera de ralentir l'inflation qui affecte la France.

L'économie française connaît une série de déboires depuis le premier choc pétrolier de 1973. Le 22 septembre 1976, le conseil des ministres adopte le premier plan d'austérité du premier ministre Raymond Barre. Sa priorité est la même que dans plusieurs autres pays occidentaux : la lutte à l'inflation et au chômage. Pour y arriver, Barre propose de freiner la hausse des salaires, de geler pour trois mois les prix à la consommation, de réduire la taxe à la consommation et d'augmenter l'impôt sur le revenu ainsi que les prix de l'alcool et de l'essence. Il mise sur l'appui du patronat pour le maintien du pouvoir d'achat moyen, la création d'emplois et une meilleure compétitivité sur le plan international. En 1977, le premier ministre français lance un deuxième plan d'austérité. Malgré le fait que Raymond Barre soit l'ancien vice-président de la Commission européenne et qu'on le surnomme « le meilleur économiste de France », le premier ministre français ne réussit à juguler ni l'inflation ni le chômage. La réussite de son plan est hypothéquée, entre autres, par le second choc pétrolier de 1979. Les résultats des plans Barre n'aideront pas la situation de la droite lors de l'élection présidentielle et des législatives de 1981 qui se solderont par des victoires de la gauche.

Pour en savoir plus: Dévoilement du plan d'austérité du premier ministre français

Dans les médias...


R.P., « Le pari de M. Barre »

«...Bonnes ou mauvaises, les mesures de M. Raymond Barre risquent de se heurter à des difficultés politiques majeures, qui n'ont d'ailleurs même pas besoin de s'exprimer dans des votes du Parlement. Le franc risque de rester faible et les industriels risquent de persister à ne pas investir, dans l'attente de connaître qui gouvernera la France après l'échéance de 1978... ou de 1977. Autrement dit, M. Barre sait que, malgré les bons atouts personnels dont il dispose, le risque est grand pour lui de ne pas parvenir à rétablir la confiance. La marge étroite dans laquelle se meut le nouveau Premier ministre apparaît bien dans la nature même de son plan d'assainissement, dont des observateurs qualifiés, tel Jean Denizet, ont pu dire qu'il était finalement moins dur qu'il ne cherchait à le paraître. Dosant habilement des mesures nombreuses et diverses, il s'efforce d'aller dans la bonne direction tout en prenant le moins de risques possible. Sans nul doute, M. Barre marche sur des oeufs. »

Esprit (France), novembre 1976, p. 620.

Pierre Drouin, « L'« effet » et les effets »

«...L'art du présentateur (Barre) fut précisément non pas d'enrober dans le miel des pilules telles que la forte hausse du prix de l'essence, l'arrêt de la croissance du pouvoir d'achat, la hausse de l'impôt sur le revenu, la majoration des cotisations de sécurité sociale, etc., mais de les présenter tout naturellement comme des remèdes inéluctables, qu'on ne pouvait pas plus discuter que l'ordonnance du spécialiste qu'on consulte pour une maladie de coeur. Était-il sage de garder pour la fin, mais de laisser...sur leur faim, les téléspectateurs avec l'énoncé bien maigre des mesures destinées à lutter contre le chômage et les inégalités. Sur ce dernier point, la meilleure connaissance de tous les revenus et le combat contre la fraude fiscale ont été noyés dans l'habituel flou, très peu artistique. Mais quel beau clin d'oeil au Français moyen déjà entraîné par la propagande à l'usage des municipales et des législatives que cette profession de foi : « Je ne céderai à aucune considération d'intérêt particulier, même électoral ! » Peut-être était-ce déjà fait, avec l'abandon de l'impôt sur les fortunes... »

Le Monde (France) 24 septembre 1976, p. 3.

Ivan Guay, « Les économistes au pouvoir »

«...pour fonctionner, toutes les mesures anti-inflation ont besoin de l'appui de la population. Et cet appui ne peut être acquis que dans la mesure où les citoyens ont la conviction que l'effort d'austérité qui leur est demandé est équitable; c'est-à-dire que les sacrifices sont répartis avec équité. Or, c'est là où la France est défavorisée (...) De tous les pays occidentaux, la France est, en effet, celui où les écarts entre les revenus sont les plus grands et les plus flagrants. Cette disparité est le talon d'Achille du plan anti-inflation de la France. Rien n'est prévu par M. Barre pour contrôler les revenus des non-salariés et, surtout, pour réduire la fraude fiscale qu'on évalue à plusieurs dizaines de milliards de francs. Tant que les gouvernements ne sauront pas, ou ne voudront pas imposer les revenus des non-salariés dans la même proportion que ceux des salariés, leurs mesures anti-inflation ne recevront de la masse des citoyens qu'un appui mitigé. Quand ce ne sera pas une authentique rebuffade. Les salariés ordinaires ne sont pas dupes, en effet, des privilèges des non-salariés dont une partie importante des revenus est soustraite à l'impôt... (...) Aucune théorie économique ne saurait donc prévaloir sur une certaine équité sociale. »

La Presse (Québec, Canada), 25 septembre 1976, p. 3.

Gouvernance et gouvernement [ 22 septembre 1976 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

France
IntermédiaireValéry Giscard d'EstaingRaymond Barre

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1971 - 1981



décembre
1971
Création de l'organisation Médecins sans frontières

mars
1973
Tenue d'élections législatives en France

mars
1973
[Résultats] Élections législatives

avril
1974
Décès du président français Georges Pompidou

mai
1974
Élection de Valéry Giscard d'Estaing à la présidence de la République française

mai
1974
[Résultats] Élection présidentielle

janvier
1976
Premier vol commercial de l'avion supersonique Concorde

septembre
1976
Adoption du premier plan d'austérité de Raymond Barre en France

mars
1978
Échouement de l'Amoco Cadiz et marée noire sur les côtes de la Bretagne

mars
1978
[Résultats] Élections législatives

mars
1979
Création du système monétaire européen

avril
1981
[Résultats] Élection présidentielle

mai
1981
Élection de François Mitterrand à la présidence de la République française

juin
1981
[Résultats] Élections législatives

octobre
1981
Abolition de la peine de mort en France


Dans l'actualité


octobre
2018
Donner du sang, oui, mais pas pour toute la France...

septembre
2018
Le président français devant le Congrès américain : séduction ou critique ?

janvier
2018
Le populisme sous la loupe du Forum mondial de la démocratie de Strasbourg

octobre
2017
Des élections désastreuses pour le Parti socialiste en France

juillet
2017
Nostalgie ou changement sans dérangement

février
2017
Présidentielle française: entre espoir et dépit

février
2017
Des États-Unis à la France, Donald Trump ne laisse personne indifférent

février
2017
Benoît Hamon : une victoire inattendue aux primaires de la gauche

janvier
2017
Les réfugiés de Calais : le Royaume-Uni et la France face à l'immigration illégale

janvier
2017
Présidentielle française : le débat sur la politique des 35 heures reprend


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016