17 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

29 octobre 2006

Réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Lula da Silva

Le président sortant, Luiz Inacio Lula da Silva, remporte facilement l'élection à la présidence du Brésil. Lors du second tour, il obtient 58 295 042 votes (60,8%) contre seulement 37 543 178 (39,2%) pour son adversaire, Geraldo Alckmin du Parti de la social démocratie brésilienne.

L'élection de Lula da Silva, en 2002, s'accompagne d'attentes considérables. Malgré une situation économique plutôt favorable, le nouveau président voit son mandat obscurci par un scandale de corruption qui affecte sérieusement sa popularité. À l'approche de l'échéance électorale, Lula da Silva retrouve cependant un nouvel élan. Lors du premier tour, il obtient 46 662 365 votes (46,6%), ce qui lui assure à toutes fins pratiques une réélection au deuxième tour prévu pour le 29 octobre. Son rival est le surprenant candidat du Parti de la social démocratie brésilienne, l'ex-gouverneur de Sao Paulo, Geraldo Alckmin. Il obtient 41,6% des voix, ce qui laisse loin derrière les quatre autres candidats sur les rangs lors du premier tour. Des débats télévisés opposent Lula da Silva et Alckmin au cours du mois d'octobre. Ils ne parviennent pas à renverser la vapeur. Favori dans les sondages, celui que les Brésiliens appellent familièrement Lula confirme son avance en récoltant près de 61% des votes. Malgré cette victoire éclatante, Lula da Silva devra composer avec une opposition majoritaire, tant à la chambre basse qu'au Sénat. Selon ses dires, les priorités du président réélu seront la croissance économique, la redistribution des revenus et une éducation de qualité.

Pour en savoir plus: Discours du président brésilien après sa victoire électorale

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Lamia Oualalou, « Brésil : les atouts de Lula pour son second mandat »

«...Si Lula veut vraiment changer le Brésil, il a aujourd'hui beaucoup plus de marge de manoeuvre qu'en 2002. Le président n'a plus rien à prouver aux marchés financiers : son gouvernement a dégagé des excédents historiques, les réserves sont au plus haut et Brasilia a remboursé toutes ses dettes au Fonds monétaire international. Bien qu'il ait été mis en ballottage au premier tour, Lula jouit d'une légitimité que l'opposition ne peut lui contester. (...) À l'Assemblée, la coalition regroupe 303 députés sur 513, soit 59 %. C'est moins que dans la chambre sortante (330), mais ce groupe ne repose plus, comme en 2002, sur une myriade de petits partis, sinon sur un solide bloc de gauche autour du PT, et sur le PMDB, une formation hétérogène mais bien implantée dans les régions. Ce pacte devrait permettre au gouvernement d'éviter les errements du passé, quand il a été accusé de verser des pots-de-vin à des députés pour acheter leur vote. La loyauté des députés sera d'autant plus importante que chacun d'eux dépend, pour se maintenir, du gouverneur de son État. C'est la principale nouveauté de ces élections : en 2002, Lula ne pouvait compter que sur les trois gouverneurs du PT, à la tête d'États dépeuplés. À partir du 1er janvier, le PT en dirigera cinq, dont Bahia, l'un des plus importants du pays. »

Le Figaro (France), 31 octobre 2006, p. 4.

Françoise Crouïgneau, « Lula et la « baleine » »

«...Après lui avoir refusé un blanc-seing au premier tour, les Brésiliens se sont ralliés au panache de Lula. Une façon de lui signifier une sourde inquiétude, à la mesure de la question qui les taraude : devenu un acteur incontournable sur la scène internationale, l'ancien syndicaliste aura-t-il les moyens de conforter les avancées de son premier mandat, pourra-t-il tenir les promesses d'une croissance mieux répartie et surtout plus solide ? Les Brésiliens en sont les premiers conscients. Leur pays, l'une des étoiles montantes de l'économie mondiale, n'a rien d'un « tigre » ou d'un « dragon ». Il tient plutôt de la « grosse baleine », comme ils l'ont affectueusement surnommé. Avec tout ce que cela comporte de puissance... et de pesanteurs. (...) Faire bouger la « grosse baleine » prendra du temps. Les plus fervents admirateurs du Brésil en sont persuadés. Il faudra à Lula tout son charisme, son sens du compromis et son doigté politique pour y parvenir. Car les maladresses de son premier mandat ont pu être mises sur le compte de la découverte des pièges du pouvoir et de la difficulté à gouverner un géant aussi complexe que le Brésil. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. »

Les Échos (France), 30 octobre 2006, p. 14.

François Brousseau, « Lula malgré tout »

«...Au Brésil, au cours des deux ou trois dernières années, ce fut une véritable pluie de reproches et d'accusations à l'encontre du nouveau pouvoir. À gauche, on l'a accusé de trahison économique - Lula et ses conseillers ayant appliqué une politique macroéconomique sévère, éloignée des pratiques socialistes classiques. À droite, on a crié à la trahison morale d'une gauche qui avait perdu sa virginité: il est vrai que les scandales de corruption ont atteint, entre 2002 et 2006, jusqu'aux cercles rapprochés du palais présidentiel. Pourtant le fait est là: après un premier mandat orageux et contesté, voici Lula qui réédite son exploit de 2002. Contre la gauche dogmatique, style Monde diplomatique (pro-Lula en 2002, anti-Lula en 2006), une gauche qui s'est exprimée dans la candidature d'Heloisa Helena (6,8 % au premier tour), les électeurs ont dit: « Lula quand même, parce que la pauvreté et l'analphabétisme reculent au Brésil, même lentement. » Et contre la droite moraliste, qui s'est réunie sous la bannière « social-démocrate » (un abus de langage, car Geraldo Alckmin, l'adversaire malheureux de Lula, est en réalité un authentique conservateur), une droite qui accuse presque Lula d'avoir inventé la corruption, elle répond: « Lula quand même, parce que vous n'étiez pas mieux lorsque vous étiez au pouvoir. » »

Le Devoir (Québec, Canada), 30 octobre 2006, p. b1.

Éditorial

«...It is a sign of a healthy democratic hunger for accountability that voters punished Lula for a scandal that obliged him to fire his campaign manager. (...) They can't help wondering where the $780,000 came from that was used to buy nasty secrets about Lula's opponents. And since this scandal comes after earlier disclosures about his colleagues buying the votes of legislators, Brazilians have good reason to hesitate before bestowing a second term on a president who has otherwise done a good job in difficult circumstances. Nonetheless, Lula's travails suggest that Brazil's political culture is resistant to any presidential monopoly of power. Unlike Venezuelan President Hugo Chavez, Lula does not try to intimidate the press or bully political opponents. Until now, he has defined the role of a progressive Latin American leader who combines a genuine devotion to social justice with budgetary discipline and a will to promote economic growth. But this role demands that he be truly accountable to the voters of Brazil. That's what it means to be a true progressive democrat. »

Boston Globe (États-Unis), 3 octobre 2006.

Gouvernance et gouvernement [ 29 octobre 2006 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Brésil
IntermédiaireLuíz Inácio Lula da Silva

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2001 - 2016



janvier
2001
Ouverture du premier Forum social mondial à Porto Alegre

octobre
2002
Élection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

octobre
2002
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2002
[Résultats] Élections législatives

mai
2006
Rébellion simultanée dans les prisons de Sao Paulo, au Brésil

octobre
2006
Réélection de Luiz Inacio Lula da Silva à la présidence du Brésil

octobre
2006
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2006
[Résultats] Élections législatives

octobre
2010
Élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

octobre
2010
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2010
[Résultats] Élections législatives

juin
2013
Manifestations d'envergure au Brésil

octobre
2014
Réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

octobre
2014
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2014
[Résultats] Élections législatives

août
2016
Ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro


Dans l'actualité


novembre
2018
Le Brésil paralysé par une grève des routiers

octobre
2018
Élection présidentielle au Brésil : un conservateur et misogyne au pouvoir

avril
2018
Inculpation de Luiz Inacio Lula da Silva : la déchéance d'un héros brésilien

septembre
2017
Mobilisation citoyenne au Brésil : la tête de Temer en jeu

avril
2017
Petrobras : toxique pour l'État brésilien?

novembre
2016
La situation amazonienne: un éternel débat entre environnement et économie

octobre
2016
Le Brésil au bord de la crise

septembre
2016
Des jeux Olympiques inoubliables et une facture salée

février
2016
JO Rio2016 : des Jeux olympiques à rabais

novembre
2014
Élections au Brésil : Dilma Rousseff réélue, mais il lui reste à faire ses preuves


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016