16 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

30 octobre 1956

Crise du canal de Suez

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Suez

Une offensive militaire israélienne en Égypte sert de prétexte à la France et au Royaume-Uni pour occuper le canal de Suez. Des pressions exercées par les États-Unis et l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) mettront un terme à cette intervention.

Afin d'aider à financer la construction du barrage d'Assouan, sur le Nil, le président égyptien Gamal Abdel Nasser annonce le 26 juillet 1956 que son gouvernement nationalise la Compagnie du canal de Suez. Même si des versements d'indemnités sont prévus, les gouvernements français et britanniques expriment leur insatisfaction. Des négociations sont entreprises afin de trouver une solution diplomatique au différend, mais sans succès. Le 29 octobre, une offensive israélienne, encouragée par les Français et les Britanniques, fait une percée en territoire égyptien. Aussitôt, les premiers ministres Guy Mollet (France) et Anthony Eden (Royaume-Uni) émettent un ultimatum réclamant que les troupes se retirent à une distance de 16 kilomètres du barrage. Ils lui donnent suite en envoyant des soldats prendre le contrôle du canal. Le dénouement de ce que l'on appellera la «crise de Suez» se réalise grâce à des pressions américaines et soviétiques, lesquelles entraîneront un cessez-le-feu quelques jours plus tard. Conformément à une résolution de l'Organisation des Nations unies (ONU), une force internationale remplacera les troupes qui devront quitter la région. voir : La nationalisation du Canal de Suez

Pour en savoir plus: La nationalisation du Canal de Suez

Dans les médias...


G.S., « Semaine sanglante »

«...Il ne viendrait à l'esprit de personne de comparer l'assassinat hongrois et la ridicule intervention franco-anglaise en Égypte. D'un côté un crime impardonnable, de l'autre côté un épisode médiocre et peut-être terminal de la longue histoire de la domination occidentale sur le monde arabe. Les insurgés de Budapest comprenaient des milliers de communistes, qui au soir de leur vie n'avaient plus ni idéologie ni confiance, mais seulement la fidélité ancestrale à la patrie. Les Égyptiens défendaient leur droit à la vie, leur patrie trop longtemps humiliée et maintenant toute gonflée d'un orgueil dérisoire qui n'avait ni sens, ni objectif raisonnable. D'un côté une boucherie commise par le pays du socialisme qui n'a pu exister que grâce aux hommes de 1848, de Commune, de 1917; de l'autre, une bataille coloniale imbécile comme il y en eut tant, un épisode grandiloquent qui ne changera rien au cours majestueux et lent de l'histoire des civilisations.»

Esprit (France), décembre 1956, p. 881.

Édouard Sablier, «Le prestige du colonel Nasser dans les pays arabes n'a jamais été plus grand dans la masse mais les dirigeants s'inquiètent des conséquences de sa politique»

«...aucune des questions qui se posent au Proche-Orient depuis plusieurs années avec une acuité croissante n'a encore été résolue, bien au contraire; et l'on estime ici que l'action franco-britannique ne sera complète que si les deux pays maintiennent leur unité pour proposer des solutions concrètes à partir des données nouvellement acquises. Parmi les tâches urgentes qui se présentent, deux doivent être menées à bien dans l'immédiat : le rétablissement du libre passage à travers le canal de Suez et la restauration du circuit pétrolier inconsidérément détruit ces jours derniers. Deux sont de plus longue haleine : le règlement définitif du conflit israélo-arabe, enfin et surtout, l'établissement de nouveaux rapports entre l'Occident et chaque pays arabe. Il convient pour cela de mettre fin à la politique sinueuse et dépourvue de franchise qui, selon l'expression d'un des meilleurs spécialistes britanniques du Proche-Orient, faisait du monde arabe un débiteur généreux et l'Occident un créancier honteux.»

Le Monde (France), 8 novembre 1956, p. 3.

Gérard Filion, «Les Hongrois seront les victimes de l'agression de Suez»

«...L'agression anglo-française met de plus en plus en danger l'alliance occidentale. Le Comité de sécurité a été témoin d'un phénomène qu'on aurait cru impossible il y a quelques semaines : les États-Unis et l'Union soviétique étant d'accord pour condamner l'attitude de la Grande-Bretagne et de la France. Renversement d'alliance, comme on en a rarement vu d'aussi rapide dans le monde. Washington est visiblement irrité d'avoir été placé devant un fait accompli sans consultation ni même sans l'information préalable. L'Alliance atlantique ne vole pas en éclats pour autant, mais la confiance réciproque que se portaient les signataires paraît dangereusement ébranlée. On savait que l'Alliance Atlantique, depuis la détente entre Washington et Moscou, tirait dangereusement de l'aile. Le geste anglo-français n'est pas de nature à lui insuffler de la vie.»

Le Devoir (Québec, Canada), 3 novembre 1956, p. 4.

S.A., «Suez Balance Sheet»

«...it seems clear that much more has been lost than gained. It will take long to live down the initial blow to the United Nations, the shock to the conscience of the Western World, the renewed conviction of the Arab-Asian world that imperialism and colonialism are still alive and the equally strong Arab conviction that the Western powers were in league with Israel. We stand now with the Middle East in a state of extreme tension, with the Russian position strengthened, the Western position (including that of the United States) weakened, Nasser as great or greater a menace than ever and the United Nations flouted, though with a partial comeback. A new era begins in the Middle East, one fraught with dangers and difficulties. The Western ranks must be closed again - and quickly. This task is the easier because of Israel's reversal of her previous policy.»

New York Times (États-Unis), 9 novembre 1956, p. 28.

Gouvernance et gouvernement [ 30 octobre 1956 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Égypte
FaibleGamal Abdel NasserGamal Abdel Nasser

Royaume-Uni
ÉlevéElizabeth IIAnthony Eden

France
ÉlevéRené CotyGuy Mollet

États-Unis
ÉlevéDwight D. Eisenhower

Russie
FaibleKliment VoroshilovNikolai Bulganine

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1951 - 1961



juillet
1952
Abdication du roi Farouk I d'Égypte

octobre
1956
Crise du canal de Suez

janvier
1958
Proclamation de la création de la République arabe unie


Dans l'actualité


avril
2019
Égypte : le régime de la terreur d'al-Sissi

octobre
2018
La dette égyptienne : difficile de s'en sortir

mars
2017
Le canal de Suez : un tremplin pour l'économie égyptienne

février
2017
Boutros Boutros-Ghali : un « dirigeant mémorable » des Nations unies

novembre
2016
La justice égyptienne sévère à l'endroit d'un ex-président

novembre
2015
Al-Sissi : de l'armée à la présidence égyptienne

septembre
2015
Afrique : un pas de plus vers l'intégration économique

février
2015
Égypte : la liberté d'expression en danger

décembre
2014
L'armée égyptienne : acteur immuable du pouvoir présidentiel

avril
2014
Égypte : une économie asphyxiée, une destination délaissée


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019