Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

16 août 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

20 août 1991

Proclamation d'indépendance de l'Estonie

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Dans la foulée des bouleversements qui secouent le monde communiste, la République d'Estonie proclame, simultanément avec sa république voisine de Lettonie, son indépendance immédiate de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS).

Le 16 novembre 1988, le Parlement estonien tentait d'imposer sa souveraineté face à l'URSS, réclamant un droit de veto sur les législations soviétiques affectant la république. Pour justifier son refus, le président soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, évoquait l'inconstitutionnalité d'un tel droit et, dans un message télévisé, dénonçait la montée du nationalisme. En réaction, des protestations massives éclataient en Géorgie ainsi que dans les trois républiques baltes : l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie. Le 30 mars 1990, le Parlement adoptait une résolution amorçant une période de transition devant mener à l'indépendance. Lors d'un plébiscite qui se tient le 3 mars 1991, 77.8% des électeurs se prononcent en faveur d'une Estonie indépendante et démocratique. Ce résultat surprend en raison de la composition ethnique du pays qui compte environ 30% de Russes. La déclaration d'indépendance du 21 août, soit peu après l'échec du putsch contre Gorbatchev en URSS, est vite reconnue à l'extérieur. Le président de la République socialiste fédérative de Russie, Boris Eltsine, reconnaît officiellement l'indépendance de l'Estonie et de la Lettonie le 24 août, alors que la Communauté européenne fait de même le 27 août. Le 6 septembre, l'URSS reconnaît à son tour l'indépendance des trois républiques baltes. Plus de 100 000 Estoniens se réunissent dans un parc sur la côte du golfe de Finlande pour célébrer en entonnant des chants nationalistes.

Dans les médias...


Jean-Marc Gonin, « Baltes : À nous la liberté...»

«...L'envahisseur soviétique s'en va. Mais les Russes restent. Et ce n'est pas le moindre problème de cette indépendance tant espérée. Car leur présence a radicalement modifié la démographie. Les non-Lettons constituent près de la moitié de la population totale. Et à Riga, la capitale, plus de 70% des habitants sont russes. Le recensement estonien n'est guère plus homogène : 60% de « nationaux ». Seule la Lituanie affiche une solide majorité balte : 80%. (...) Bientôt reconnus par le monde entier, les Baltes ont le sentiment de voir réparée une injustice vieille d'un demi-siècle. « Nos pays font leur retour en Europe », se réjouit Lennart Meri, ministre estonien des Affaires étrangères. Riga va à nouveau faire admirer ses superbes immeubles de Jugendstil, Tallinn sa vielle ville gothique. Autant de témoignages d'un passé prestigieux. Mais le chemin qui conduit à l'Europe passe avant tout par la démocratie. Beaucoup dépendra de la manière dont les trois États baltes sauront surmonter le délicat problème de leurs minorités. »

L'Express (France), 6 septembre 1991, p. 15.

Yves Plasseraud et Suzanne Pourchier, « Les pays baltes : enfin l'indépendance ! »

«...Les Baltes, et notamment les Estoniens, qui ont pris une avance législative considérable (dénationalisation, lois sur les investissements étrangers, sociétés mixtes...même la loi sur les brevets est prête !), sont bien décidés à ne pas perdre de temps et à saisir toutes les occasions économiques qui se présenteront (...) Ces perspectives économiques prometteuses à moyen terme n'auraient, semble-t-il, pas peu contribué à fissurer le « front du refus » des Occidentaux vis-à-vis des revendications d'indépendance baltes; en d'autres termes, le « rush » à la reconnaissance auquel nous venons d'assister s'expliquerait - dès la brèche scandinave ouverte - par le souci de « se placer », dans la perspective de la reconstruction non seulement des économies baltes mais aussi, maintenant que cela devient envisageable, de la Russie et de l'Ukraine. Les rapports confidentiels (...) qui circulent actuellement insistent beaucoup sur l'importance du « savoir-faire » humain, intellectuel et linguistique dont disposent les Baltes vis-à-vis du marché de l'ex-URSS; et qui sera à l'avenir indispensable aux Occidentaux. Les grands principes, dont il ne faut pas sous-estimer l'importance, ne sont peut-être pas la seule explication de l'étonnant empressement de l'Ouest. »

Esprit (France), octobre 1991, p. 38-39.

S.A., « L'Estonie a proclamé son indépendance »

«...L'Estonie, l'une des trois Républiques baltes rattachées à l'URSS en 1940, avait proclamé sa souveraineté l'an dernier en annonçant une période de transition comportant des pourparlers avec le Kremlin et devant déboucher sur son indépendance. Mais des députés ont fait valoir, mardi, que la destitution du président Mikhaïl Gorbatchev, la veille, rendait impossible une accession de la République à l'indépendance par des négociations avec le pouvoir central. « La proclamation d'indépendance est un défi lancé aux ennemis de la perestroïka, de la paix mondiale et de la démocratie », a dit le député Heinz Valk, cité par l'agence estonienne ETA. « Le coup d'Etat de Moscou nous a donné une chance comparable à celle de 1918 (l'Estonie avait pris son indépendance envers la Russie en 1918, vers la fin de la première guerre mondiale). Il est essentiel que l'Estonie demande sa reconnaissance internationale à un moment aussi difficile », a pour sa part déclaré le député Enn Puldroos. »

Le Monde (France), 22 août 1991, p. 5.

Gouvernance et gouvernement [ 20 août 1991 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Estonie
Faibleinformation non-pertinenteEdgar Savisaar

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1981 - 2001



août
1991
Proclamation d'indépendance de l'Estonie

septembre
1991
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

septembre
1992
[Résultats] Élections législatives

mars
1995
[Résultats] Élections législatives

mars
1999
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


février
2015
Législatives en Estonie : un enjeu politique dans une Europe mouvementée

décembre
2013
La persistance de l'extrême droite dans les pays baltes

octobre
2013
Estonie : un taux d'homicides en baisse

janvier
2011
La « famille euro » s'agrandit

mars
2007
Estonie : un gouvernement de coalition droite-gauche à nouveau reconduit


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016