17 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

27 décembre 2002

Élection de Mwai Kibaki à la présidence du Kenya

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Mwai Kibaki

La National Alliance Rainbow Coalition (NARC), formée de dissidents de la Kenya African National Union (KANU), le parti au pouvoir, et du Parti de l'Alliance nationale (PAN), remporte les élections multipartites qui se déroulent au Kenya. Le chef de la NARC, Mwai Kibaki, remplacera Daniel Arap Moi qui préside le pays depuis 24 ans.

Le 14 octobre 2002, une convention de la KANU était organisée à Nairobi afin de désigner le successeur de Moi en prévision des élections à venir. La Constitution empêchant Moi de se représenter pour un nouveau mandat, celui-ci avait préalablement arrêté son choix sur Uhuru Kenyatta, le fils de Jomo Kenyatta, premier président du Kenya indépendant. Les 4 500 délégués réunis à Nairobi confirmaient son choix. Au même moment, plus de 20 000 personnes répondaient à l'appel de dissidents du gouvernement de Moi et s'élevaient contre la nomination de Kenyatta lors d'une importante manifestation. Ces dissidents formèrent avec le PAN une coalition d'opposition, la NARC, et désignèrent Mwai Kibaki comme candidat présidentiel. Le 29 décembre, Kibaki est déclaré officiellement vainqueur des élections qui ont eu lieu deux jours auparavant. Il obtient 62,3% des voix contre 31,2% pour Kenyatta, alors que la NARC remporte 125 des 210 sièges au Parlement contre 64 seulement pour la KANU. Cette victoire relance le processus constitutionnel. Des pourparlers démarrés en 1991 avaient en effet abouti à la rédaction d'une Constitution provisoire que n'avait pu approuver le Parlement, dissous par Moi le 25 octobre. Le président Kibaki confirme qu'il a l'intention d'introduire la nouvelle Constitution en 2004.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Stéphane Dupont, « Kenya : la reprise de l'aide, principal enjeu de l'élection présidentielle d'aujourd'hui »

«...Bon nombre de Kenyans n'ont jamais connu d'autre président. Daniel Arap Moi, soixante-dix-huit ans, dirige le Kenya depuis maintenant vingt-quatre ans. Un quart de siècle placé sous le signe de la corruption, de la mauvaise gestion, du tribalisme et de l'appauvrissement. Une page noire que les habitants de cette ancienne colonie britannique espèrent bien tourner aujourd'hui. Les trente millions de Kenyans vont élire un successeur à « Mzee » (le « vieux » en swahili) qui ne pouvait plus se représenter, en vertu de la Constitution de 1992. En espérant qu'il se comporte différemment de lui. Ce qui n'est pas assuré : les deux principaux candidats en mesure de l'emporter ne tranchent pas vraiment avec l'actuel potentat. (...) Quel que soit l'heureux élu, le Kenya devrait cependant pouvoir prendre un nouveau départ. Les bailleurs de fonds semblent, en effet, décidés à reprendre leur aide, si la nouvelle équipe au pouvoir fait montre d'un minimum de bonne volonté, en s'engageant notamment dans la lutte contre la corruption et la prévarication. Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont suspendu leurs concours au bout de quelques mois à deux reprises, en 1997 et en 2000, pour protester contre cette mauvaise gestion et le refus de Nairobi de respecter ses engagements. Et ils ne les ont pas repris ces deux dernières années. »

Les Échos (France), 27 décembre 2002, p. 5.

Alexis Masciarelli, « Vingt-quatre ans...et Daniel Arap Moi s'en va »

«...Dans les sondages préélectoraux, le parti de Moi, la Kanu, et son successeur désigné Uhuru Kenyatta, 42 ans, fils du « père de la Nation », sont loin derrière l'opposition unifiée. Kenyatta a promis « un nouveau départ » à longueur de meeting. Tout nouveau dans les eaux troubles de la politique kenyane, il tente de vendre son expérience de chef d'entreprise dans le privé et promet de lutter contre la corruption. Mais l'opposition est plus confiante que jamais. C'est la première fois qu'elle réussit à unir ses principales composantes dans une alliance surnommée la « coalition Arc-en-ciel » (Narc). Elle a aussi accueilli un grand nombre de dissidents de la Kanu déçus d'avoir été écartés lors de la montée en puissance du jeune Kenyatta. « D'après les informations que nous recevons, je crois que nous allons gagner », affirme Mwai Kibaki, le candidat de l'opposition, qui fut lui-même, pendant quelque vingt ans, ministre de l'Economie puis vice-président de Moi. « Si nous gagnons nous vous donnerons ce que nous avons promis : un gouvernement d'union nationale et un meilleur niveau de vie. »»

Libération (France), 27 décembre 2002, p. 5.

Gilles Biassette, « Le Kényan Daniel Arap Moi quitte la scène »

«...le « professeur de politique » (Arap Moi) pourrait bien avoir raté son dernier coup : en imposant la candidature d'Uhuru Kenyatta, fils du « père de l'indépendance », après avoir démis de ses fonctions son vice-président George Saitoti, qui le servait depuis treize ans et faisait figure de dauphin, il a divisé son propre camp. L'ancien dauphin et d'autres membres du gouvernement ont alors rejoint l'opposition. Dès lors, le favori de l'élection d'aujourd'hui est Mwaï Kibaki, 71 ans, vétéran de la politique kenyane, qui a servi pendant vingt-cinq ans le pouvoir en place avant de rejoindre l'opposition en 1991. La dernière manoeuvre du dictateur, pour continuer à tirer les ficelles en coulisses, pourrait ainsi échouer. Mais ses arrières sont malgré tout assurés : une solide retraite, une équipe et des agents de sécurité, une flotte de véhicules, sans oublier des funérailles nationales, lui ont ainsi été promis. A moins que des enquêtes ne se penchent sur sa façon de gouverner, en particulier sur la corruption qui a profité à lui et à sa famille. Une menace d'autant plus réelle que les sondages annoncent également une victoire de l'opposition lors des élections législatives qui se tiennent également aujourd'hui. »

La Croix (France), 27 décembre 2002, p. 7.

Gouvernance et gouvernement [ 27 décembre 2002 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Kenya
FaibleDaniel arap Moiinformation non pertinente

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1992 - 2012



décembre
1992
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
1992
[Résultats] Élections législatives

décembre
1997
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
1997
[Résultats] Élections législatives

décembre
2002
Élection de Mwai Kibaki à la présidence du Kenya

décembre
2002
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
2002
[Résultats] Élections législatives

décembre
2007
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
2007
[Résultats] Élections législatives

février
2008
Signature d'un accord de paix au Kenya


Dans l'actualité


octobre
2019
Visite importante du président kényan en Chine

novembre
2017
Incertitude, violence et crise politique après l'élection kényane du 26 octobre 2017

septembre
2017
Pouvoir centralisé et élection invalidée au Kenya

septembre
2016
La CPI retire ses accusations envers le vice-président kenyan

janvier
2015
Kenya : la «meilleure moins pire» économie

janvier
2015
Coup dur pour la CPI : les accusations contre le président kenyan retirées

octobre
2013
Région des Grands Lacs : un sommet pour la paix ?

septembre
2013
Élections historiques au Kenya

septembre
2010
La population du Kenya donne son appui à la nouvelle Constitution

septembre
2009
Le voyage africain d'Hillary Clinton


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019