20 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

13 août 1961

Érection du Mur de Berlin

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Willy Brandt

Des difficultés économiques persistantes incitent les autorités de la République démocratique allemande (RDA) à construire un mur qui mettra un frein à la libre circulation des personnes et des marchandises entre Berlin-Est et Berlin-Ouest.

Des performances économiques insatisfaisantes entraînent le départ de milliers de paysans et de travailleurs industrialisés de Berlin-Est vers Berlin-Ouest. Dans la nuit du 13 août 1961, les autorités de la RDA ordonnent l'érection de barbelés, puis d'un mur, afin de mettre un terme à la libre circulation des personnes et des marchandises. Des incidents isolés surviennent, mais des appels au calme sont lancés, notamment par le maire de Berlin-Ouest, Willy Brandt. Même si l'on promet de ne pas interférer dans le trafic entre la République fédérale d'Allemagne (RFA) et Berlin-Ouest, qui est enclavée à l'intérieur de la RDA, l'initiative est dénoncée dans le monde occidental comme une entrave aux ententes de juin 1949. Quelques jours plus tard, le vice-président américain Lyndon B. Johnson se rendra à Berlin-Ouest pour assurer la population de son appui. Ceinturé par des chars américains et soviétiques, le mur restera néanmoins un symbole physique de la division entre les blocs de l'Est de l'Ouest. En juin 1963, le président John F. Kennedy réaffirmera son appui dans un discours intitulé «Je suis un Berlinois» Le mur ne sera démoli qu'en 1989. Voir : Statut de Berlin selon le président Kennedy

Pour en savoir plus: Je suis un Berlinois

Dans les médias...


S.A., «Une manoeuvre de M. Khrouchtchev»

«...Pendant douze ans les Allemands de l'Est ont enduré leur sort en pensant que le jour où celui-ci deviendrait insupportable ils auraient la possibilité d'émigrer. Cette perspective s'effondre brusquement. Il faudrait faire un crédit illimité à la malléabilité humaine pour imaginer qu'il ne s'ensuivra pas des remous. En serrant la vis M. Ulbricht fait ainsi monter la tension; en durcissant son système il renforce l'opposition qu'il rencontre. S'il vient de gagner une bataille contre les récalcitrants -et ils sont nombreux- il n'a pas pour autant gagné la guerre d'usure qu'il leur livre (...) La crise actuelle n'est pas encore la grande crise qui menacerait Berlin-Ouest et les droits des alliés dans les secteurs occidentaux de l'ancienne capitale. Mais elle n'en constitue pas moins une violation flagrante des accords quadripartis et met à l'épreuve la résolution, bien souvent affirmée par l'Occident, d'en assurer la sauvegarde. Elle constitue, dans le jeu de M. Khrouchtchev, un acte de plus pour pousser les Occidentaux à la négociation qu'il réclame.»

Le Monde (France), 15 août 1961, p.1.

Paul Dehem, «Le Mur»

«...Même aux yeux de celui qui comprend que c'était devenu une nécessité vitale pour l'État est-allemand d'arrêter l'hémorragie qui menaçait le pays, même aux yeux de celui qui est assez sensé pour reconnaître que la fuite de millions de travailleurs, aussi compréhensible qu'elle fût, allait acculer à la misère ou à une révolte désespérée ceux qui n'avaient pas les moyens de partir, ou trop de fidélité au sol natal pour cela, ou justement trop de ce sens des responsabilités qui manquait à leurs compatriotes fugitifs ; même aux yeux de celui qui a gardé assez de lucidité pour réfléchir à tout cela, le mur est une monstruosité. Des dizaines d'Allemands de l'Est, qui l'avaient bravé, ont été assassinés au pied de ce rempart destiné à les protéger ; si je n'écris pas «en principe», c'est que justement le moment était venu où la majorité de la population condamnée à rester, ne pouvait plus être préservée autrement des conséquences de l'exode de ceux dont le travail était nécessaire à sa subsistance. Mais le mur ayant décuplé l'envie de s'en aller, sans mitraillettes il n'aurait servi à rien. Il est donc là, hérissé de barbelés, d'éclats de verre et de canons de fusil, et c'est une chose horrible ; mais pour certains édifiante ; il est un mauvais point pour l'Est, donc une certaine propagande exulte ; il a coûté son tribut de sang, il a ses martyrs : cela contribue à le déifier.»

Esprit (France) décembre 1962, p. 937-938.

P.S., «Le rideau de fer à Berlin»

«...Risquer la guerre pour protéger Berlin-Ouest c'est une chose, mais la risquer pour que la route des fugitifs reste ouverte, c'est fort différent. Les Russes sont probablement disposés à respecter le secteur ouest et ses voies de communication avec l'Allemagne occidentale, pourvu qu'il soit isolé de l'Allemagne de l'Est. Exiger davantage c'est pour l'Occident s'exposer à une défaite et à une perte de prestige. Puisqu'on ne veut pas la guerre et qu'on devra arrêter avant, surtout pour une cause aussi fragile que cette route des fugitifs, les Russes auront le dessus car ils disposent d'avantages géographiques décisifs. Dans ce conflit de Berlin, il faut trouver une solution politique, sinon ce serait la guerre dont nous ne voulons pas plus que les Russes, il s'agit donc de proposer quelque chose que Moscou puisse accepter.»

Le Devoir (Québec, Canada), 17 août 1961, p. 4.

S.A., «Berlin : the Wall»

«...As the troops arrived at scores of border points, cargo trucks were already unloading rolls of barbed wire, concrete posts, wooden horses, stone blocks, picks and shovels. When dawn came four hours later, a wall divided East Berlin and West for the first time in eight years. The wall was illegal, immoral and strangely revealing -illegal because it violated the Communists' solemn contracts to permit free movement throughout the city; immoral because it virtually jailed millions of innocent people; revealing because it advertised to all the world the failure of East Germany's Communist system, and the abject misery of a people who could only be kept within its borders by bullets, bayonets and barricades.»

Time (edition canadienne), 25 août 1961, p. 20-25.

Gouvernance et gouvernement [ 13 août 1961 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Allemagne
ÉlevéKarl Heinrich LübkeKonrad Adenauer

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1956 - 1966



septembre
1957
Élection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Konrad Adenauer

septembre
1957
[Résultats] Élections législatives

août
1961
Érection du Mur de Berlin

septembre
1961
Élection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Konrad Adenauer

septembre
1961
[Résultats] Élections législatives

octobre
1963
Démission du chancelier de la République fédérale d'Allemagne, Konrad Adenauer

septembre
1965
Élection en République fédérale d'Allemagne d'un gouvernement dirigé par Ludwig Erhard

septembre
1965
[Résultats] Élections législatives

décembre
1966
Élection de Kurt Kiesinger au poste de chancelier de la République fédérale d'Allemagne


Dans l'actualité


février
2019
L'Allemagne ouvre la porte au cannabis

octobre
2018
Allemagne : puissance économique n'est pas synonyme de puissance militaire

avril
2018
L'Allemagne de Merkel : Wir Schaffen Das

mars
2018
Grève historique en Allemagne

février
2018
Fin des négociations pour une coalition : le nouveau gouvernement allemand enfin formé

janvier
2018
Nord Stream 2 : une véritable saga autour d'un projet de pipeline en Europe

janvier
2018
Vers une étrange répétition de l'histoire ?

décembre
2017
Le plan Merkel : gage de prospérité pour l'Afrique?

novembre
2017
Le vieillissement démographique en Allemagne : une réalité alarmante

octobre
2017
Le B.R.I.C.S parmi les grandes puissances du G20 à Hambourg


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019