26 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

17 septembre 1961

Décès du secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, Dag Hammarskjöld

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Dag Hammarskjold

Alors qu'il se rend en Rhodésie du Nord pour rencontrer le président du Katanga, Moïse Tshombe, le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU), Dag Hammarskjöld, perd la vie dans un accident d'avion.

Le Suédois Hammarskjöld avait succédé à Trygve Lye en 1953 au poste de secrétaire général de l'ONU. Il a été réélu pour un deuxième mandat en septembre 1957. À l'été 1961, l'ONU est confrontée à l'épineux problème congolais et à la sécession de la province du Katanga, survenue un an plus tôt. Les casques bleus de l'ONU interviennent sur le terrain alors que Hammarskjöld tente de trouver une solution politique au conflit. Après avoir rencontré le président congolais Joseph Kasavubu et le premier ministre Cyrille Adoula, il se rend en Rhodésie du Nord le 17 septembre afin de discuter d'un cessez-le-feu possible avec Moïse Tshombe. Toutefois, l'avion dans lequel prend place le secrétaire général et une dizaine d'autres personnes s'effondre près de Ndola. Il n'y aura aucun survivant de cette tragédie dont l'origine reste encore nébuleuse. Le 3 novembre 1961, c'est le Birman U Thant qui succédera à Hammarskjöld.

Pour en savoir plus: Discours d'aceptation du prix Nobel de la Paix attribué à Dag Hammarskjold

Dans les médias...


S.A., « Sinistre présage »

«...Sa succession, qui ne devait s'ouvrir que dans un an, pose un problème insoluble. L'U.R.S.S. avait répété qu'elle en avait moins à la personne de M. « H » - encore que sa presse l'ait à plusieurs reprises couvert d'incroyables injures - qu'à la structure du secrétariat qu'il dirigeait. Elle avait fait campagne pour une formule tripartite - la troïka - dont personne, à part ses satellites et une poignée de sympathisants, ne veut entendre parler. Si elle renonçait par miracle à ses exigences, ce ne saurait être qu'au profit d'une personnalité qui serait acquise pour l'essentiel à ses vues, puisque aussi bien M. Nikita Khrouchtchev a dit lui-même au président Kennedy, à Vienne, qu'il ne pouvait exister de personne neutre entre le capitalisme et le communisme. (...) En tout cas on ne reverra pas de sitôt à la tête de l'administration des Nations unies et de leurs « casques bleus » un homme qui assume tant de responsabilités et croit autant possible de faire jouer à l'Organisation internationale le rôle de médiateur et d'ultime recours bien nécessaire aussi longtemps que les grands de ce monde se montreront incapables d'organiser eux-mêmes la paix. »

Le Monde (France), 20 septembre 1961, p. 1.

Paul Sauriol, « La mort de M. Hammarskjold »

«...Sa mort atténuera les critiques que ses idées et ses méthodes avaient attirées sur lui, mais les problèmes qu'il a tenté de résoudre demeurent entiers, et c'est pourquoi le choix de son successeur va ouvrir un nouveau conflit entre Moscou et l'Occident. (...) M. Hammarskjold avait de son rôle comme secrétaire général une conception plus dynamique que son prédécesseur : en particulier pour donner suite aux résolutions de l'Assemblée et dans l'utilisation de la force à cette fin par l'envoi de contingents militaires internationaux. Il voyait là pour les Nations unies le moyen d'exercer une « diplomatie préventive » dans le but de maintenir les nouveaux conflits en dehors des rivalités des deux blocs, et de trouver des solutions qui évitent d'aggraver ces oppositions des grandes puissances et qui puissent rester en dehors de leur influence. »

Le Devoir (Québec, Canada), 19 septembre 1961, p. 4.

S.A., « Servant of a world unknown »

«...We could spare him almost, least of all. One would say least of all if the President of the United States did not carry, with greater power for good, greater responsibility. The void left by Dag Hammarskjöld's death is a measure of what he had managed to do in the eight years since his appointment. He came to the Secretary-Generalship when it was like a barque tossed year in year out between Soviet hostility and Western partisanship. He leaves it still a contested office - but contested because of the very strength he fitted it to carry on behalf of the United Nations. Those who noticed the increasing strength and initiative of the Secretary-General sometimes thought he was trying to set himself up as a world executive. It would be truer to say that he was the servant of a world unborn - a world in which collective action should stand in the path of war and which he did all he could, by his own modest yet firm and dedicated effort, to bring into being. »

Manchester Guardian (Royaume-Uni), 19 septembre 1961, p. 10.

Marcel Hayoul, « La vie internationale : l’O.N.U. après l’heure « H » »

«...La nuit où à l’issue d’un dîner au Zoo de Léo, le Secrétaire Général est parti, dans un avion mal équipé, pour rencontrer, sur un terrain mal balisé, le politicien sécessionniste dont son maladroit représentant à Élisabethville avait annoncé quarante-huit heures plus tôt qu’il avait cessé de compter, Dag Hammarschjöld (sic) savait que sa carte congolaise avait été une fois encore mal jouée. S’il avait dû signer avec Tshombé l’accord qu’après sa mort signa son représentant tunisien M. Khiari, il est douteux que l’Assemblée de Manhattan eût fait au Secrétaire Général un accueil fort élogieux. C’est pourquoi la mort de cet homme courageux, qui a obéi toujours aux impératifs d’une conscience exigeante mais parfois mal éclairée, n’est donc pas l’élément d’aggravation des problèmes onusiens que l’on pourrait croire. Ces problèmes eussent existé sous une autre forme – mais pas moins lourdement – avec Dag Hammarschjöld (sic). »

La Revue nouvelle (Belgique), 15 octobre 1961.

Luis Lopez Alvarez, « Les Congolais et leurs tuteurs »

«...L’un des paradoxes de l’affaire congolaise, est que le Congo a besoin des Nations unies et que, tant que les Nations Unies resteront au Congo, le problème, exposé sur la place publique de l’opinion internationale, ne pourra être ramené à ses véritables dimensions. L’O.N.U. a peut-être réduit l’intervention militaire belge et empêché l’intervention russe mais au prix d’un affaiblissement tel de la souveraineté congolaise que l’on en vient à se demander si le Congo est en régime d’indépendance ou d’autonomie interne sous tutelle internationale. Peut-être cette période d’autonomie interne était-elle nécessaire, peut-être fait-on maintenant sous tutelle internationale ce que l’on aurait dû faire plus tôt sous tutelle belge. Toujours est-il que l’assainissement du problème congolais ne pourra arriver qu’après le départ des Nations Unies. La présence de l’O.N.U., si nécessaire soit-elle, crée des situations de dépendance politique et psychologique qui ne font que retarder le mûrissement du jeune État. »

Esprit (France), novembre 1961, p. 544.

Gouvernance et gouvernement [ 17 septembre 1961 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Congo (rep. dem.)
TransitionJoseph KasavubuCyrille Adoula

Suède
ÉlevéGustave VI (Adolphe)Tage Fritiof Erlander

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1956 - 1966



janvier
1959
Début des émeutes à Léopoldville, au Congo Belge

juin
1960
Proclamation de l'indépendance du Congo

septembre
1960
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

septembre
1961
Décès du secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, Dag Hammarskjöld

août
1964
Rébellion à Stanleyville, au Congo

novembre
1965
Coup d'État portant Joseph Mobutu au pouvoir en République démocratique du Congo


Dans l'actualité


avril
2019
Les enfants en RDC sont en état de détresse perpétuelle

septembre
2018
La RDC : cobalt congolais ou chinois?

janvier
2018
Le barrage Grand Inga en République démocratique du Congo : rêve économique ou désastre environnemental?

octobre
2013
RDC : l'éveil d'un mouvement de résistance au sein de la diaspora

octobre
2013
Une situation précaire en République démocratique du Congo

septembre
2012
La déforestation : un problème pris au sérieux par les Africains

janvier
2012
Élection en République démocratique du Congo : l'investiture de Kabila contestée

novembre
2011
RDC : un double scrutin législatif et présidentiel de tous les risques

septembre
2011
Renouvellement de la Monusco : beaucoup de travail à faire pour sécuriser le Congo

février
2011
Le viol : arme de guerre


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016