Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

13 novembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

17 septembre 1988

Ouverture des Jeux olympiques de Séoul

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Jeux olympiques de Séoul

La capitale de la Corée du Sud, Séoul, est l'hôte des 24e Jeux olympiques d'été de l'ère moderne. Cette fois, aucun boycott majeur ne vient entacher la présentation des épreuves auxquelles participent 159 pays, un nouveau record.

Après la tragédie de Munich, en 1972, les Jeux de Montréal (1976), Moscou (1980) et Los Angeles (1984) sont marqués par d'importants boycotts qui minent le mouvement olympique. L'annonce de l'obtention des Jeux de 1988 par Séoul suscite aussi des réactions, notamment de la part de la Corée du Nord qui réclame le statut de co-hôte de ce prestigieux événement. Malgré des compromis du Comité organisateur olympique (CIO), les Nord-Coréens, insatisfaits des ouvertures proposées, resteront à l'écart des Jeux. Leur geste est imité par Cuba ainsi que par une poignée d'autres pays (Albanie, Éthiopie, Madagascar, Nicaragua, Seychelles) qui évoquent différentes raisons. Le Corée du Sud est également en proie à des protestations étudiantes, ce qui n'empêche pas un nombre record de 159 pays de prendre part aux compétitions qui se déroulent du 17 septembre au 2 octobre. La présence de toutes les grandes puissances (Etats-Unis, Union des républiques socialistes soviétiques, Chine, etc.) donne un nouvel élan à l'olympisme et confère à la quinzaine de Séoul un cachet particulier. Aucun problème politique ne perturbe les Jeux qui sont toutefois ternis par une controverse d'envergure : la disqualification du médaillé d'or de l'épreuve du 100 mètres, le sprinter canadien Ben Johnson, reconnu coupable de dopage.

Dans les médias...


Olivier Péretié, « Jeux : les Coréens ont déjà gagné »

«...Pour la première fois depuis la nuit des temps, les États-Unis, la Chine, l'URSS et le Japon vont s'affronter en Asie avec autre chose que des canons. Et comme c'est l'année du retrait soviétique en Afghanistan, du cessez-le-feu en Iran et des conversations en Angola, on se dit que ça doit être ça un monde en paix, un monde qui fait la fête en regardant les meilleurs d'entre les siens s'affronter en des jeux futiles mais pas du tout gratuits. Sur les 167 pays membres du Comité international olympique (CIO), six ont trouvé de bonnes raisons de boycotter Séoul. Six pays rassurants où l'on a vraiment envie d'aller passer des vacances, mais pas tout de suite : la Corée du Nord, Cuba, le Nicaragua, l'Éthiopie, les Seychelles et l'Albanie. (...) En gros, (...) le monde entier est là pour la grande fête de l'histoire. Et les pavillons qui font cercle en claquant devant l'aéroport de Kimpo et sous la voûte du stade olympique emmêlent leurs croix, leurs bandes et leurs croissants pour célébrer leur fraternité des races et des langues. Le stade olympique, c'est l'arche de Noé des peuples du monde. »

Le Nouvel Observateur (France), 16 au 22 septembre 1988, p. 46.

Bruno Frappat, « Les tricheurs »

«...Le millésime 1988 restera dans la mémoire - qui est la matrice des mythologies - synonyme de manque, de tricherie, de tromperie sur la marchandise. (...) L'oeil était dans le stade et regardait Ben Johnson. Là-haut, sur la plus haute marche du podium, son regard laiteux fixait le drapeau du Canada. Il ne souriait pas. On pensait, sur le moment, qu'il était au-delà du triomphe, et que son extase était telle que la gravité lui imposait ce masque d'indifférence. (...) Sans doute savait-il ce qui allait advenir, et cette connaissance d'un secret aussi provisoire qu'insupportable imprimait sur son visage le voile de la perdition. Triomphant, dopé, chassé. Et, pour parachever l'humiliation, plaint. Quand même, cet homme ne valait-il pas commisération, songerie sur les aléas du destin, les excès du cirque moderne que sont les Jeux, et le sport en général ? Allait-on tout lui mettre sur le dos, lui faire payer les sept péchés des cinq anneaux ? Serait-il le seul débiteur poursuivi par les créanciers de la bonne conscience, les gros manteaux des fédérations sportives, les fiers notables de la sueur des autres ? La sanction était à la hauteur de l'exploit. Il ne fallut que quelques minutes pour que l'homme le plus rapide du monde devienne l'homme le plus humilié du monde. »

Le Monde (France), 2 et 3 octobre 1988, p. 31.

Jean-Claude Leclerc, « Après les Jeux de Séoul »

«...Certains milieux voudraient qu'on tolère finalement le dopage, surtout qu'il serait plus largement répandu qu'on ne l'avoue et qu'il deviendrait, avec les progrès de la science, de plus en plus difficile à détecter. Le Comité international olympique rejette catégoriquement ce faux réalisme. Pareil relâchement, en effet, serait la mort des Jeux olympiques. Que vaudraient, demain, les records et les médailles s'ils étaient attribuables, en somme, à des laboratoires et à des techniques sophistiquées de tricherie ? Certes, le dopage n'est pas le seul obstacle qui mette en péril les Jeux olympiques. Le coût d'une pareille rencontre écarte de la liste des pays hôtes un bon nombre de nations incapables de bâtir des installations prestigieuses et de subventionner des équipes d'athlètes. Ces Jeux demeurent aussi un coûteux dérivatif aux problèmes sociaux des pays hôtes, autant qu'une occasion unique de rapprochement pacifique entre les peuples. Mais l'intégrité des athlètes ne saurait, sans tout corrompre, subir de compromis. »

Le Devoir (Québec, Canada), 4 octobre 1988, p. 8.

Éditorial

«...In some ways, this is a less political Olympics than many in the recent past. The United States and the Soviet Union are both competing. And fewer nations are boycotting than in years past. This year's political drama derives from the location of the Summer Games; Seoul, South Korea. Korea is one of those bloody scars on the 20th century, a country and a people divided by a war, by ideology, by personality. To the north stands one of the world's most brutal dictatorships, run by one of its most unstable dictators, the Marxist Kim Il Sung. South Korea, host of the Olympics, is a nation just emerged from the ruins of a war and the poverty of the Third World. South Korea sought the Olympics to display to the world the economic achievements of a proud and industrious people. But what the world will watch also is a nation grown rich that is still struggling to find its own particular brand of democracy. Korea's miracle was not the product of democratic government, but of military paternalism. Now the « apprentices » are grown and want to control their own destiny. »

The Dallas Morning News (États-Unis), 11 septembre 1988.

Gouvernance et gouvernement [ 17 septembre 1988 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Corée du Sud
IntermédiaireRoh Tae-wooLee Hyun-jae

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1983 - 1993



juin
1987
Levée de l'état d'urgence en Corée du Sud par le président Chun Doo-hwan

décembre
1987
[Résultats] Élection présidentielle

février
1988
Assermentation du président Roh Tae-woo en Corée du Sud

avril
1988
[Résultats] Élections législatives

septembre
1988
Ouverture des Jeux olympiques de Séoul

septembre
1991
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

mars
1992
[Résultats] Élections législatives

décembre
1992
[Résultats] Élection présidentielle


Dans l'actualité


janvier
2018
Soixante-cinq ans plus tard : l'armée sud-coréenne plus forte que jamais

février
2017
Corée du Sud : face à un vieillissement de la population sans équivalent

février
2017
Corée du Sud : destitution de la présidente sur fond de corruption

septembre
2016
Élections sud-coréennes 2016 : conservatisme en crise

février
2016
Du tintamarre à l'endroit de la présidente en Corée du Sud

septembre
2015
Rapprochement Corée du Sud - Japon : la sécurité avant tout

février
2015
La Corée du Sud : un dragon asiatique

janvier
2015
Visite surprise de dirigeants nord-coréens en Corée du Sud

septembre
2014
Un accueil à bras ouverts pour le pape François en Corée du Sud

février
2014
Ban Ki-moon : un diplomate qui sait étonner


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016