Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

24 février 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

20 juillet 1979

Ouverture d'une conférence internationale sur les réfugiés de la mer en Asie du Sud-Est

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Boat people

Une conférence internationale, tenue sous les auspices de l'Organisation des Nations unies (ONU), tente de solutionner le problème des réfugiés qui ont quitté le Viêt Nam par la mer au cours des dernières années. Les pays du G7, réunis à Tokyo en juin 1979, qualifient cette crise de «problème humanitaire aux proportions historiques».

La chute du régime de Saïgon, en 1975, incite des milliers de Vietnamiens à quitter leur pays sur des embarcations de fortune. Au fil des ans, des motivations politiques et ethniques, des conflits armés -qui touchent aussi le Cambodge et le Laos- ainsi que les promesses d'accueil formulées par certains pays, contribuent à accentuer le nombre de réfugiés. Ils arrivent dans des pays de la région (Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Philippines, colonie britannique de Hong Kong, etc.) qui sont débordés par cet influx d'arrivants. Des pays occidentaux acceptent de faire leur part. En juin 1979, le président américain Jimmy Carter annonce que son pays fera passer de 7000 à 14000 le nombre de réfugiés qu'il recevra mensuellement. La situation reste précaire. Selon l'ONU, en plus des centaines de milliers de personnes décédées pendant la traversée, il y aurait eu plus de 200 000 Boat People depuis 1975. Des familles sont séparées et vivent pauvrement dans des conditions d'attente, alors que certains pays d'Asie du Sud-Est décident même de leur fermer leurs frontières. Les 20 et 21 juillet 1979, l'ONU organise une conférence à Genève afin de trouver des solutions. Des représentants de 26 pays y participent. Pressé d'agir, le gouvernement vietnamien assure qu'il fera cesser les départs illégaux et permettra à ceux qui le désirent de quitter le pays en sécurité. Des centaines de milliers de personnes le feront. Pour leur part, les Occidentaux s'engagent à accroître leur contribution financière et à accepter davantage de Boat People. Le problème des réfugiés continuera toutefois de hanter l'Asie. Une autre conférence sur le sujet aura d'ailleurs lieu à Genève, en juin 1989.

Dans les médias...


Olivier Todd, « Le mur des moratoires »

«...Ce moratoire de Genève, scandale moral et juridique, secrète déjà un immense malaise à l'Onu même, et surtout au Haut-Commissariat aux réfugiés : c'est la première fois qu'une organisation internationale encourage un de ses membres à limiter le droit de libre circulation de ses citoyens. On autorise Hanoi à se débarrasser de ses Sino-Vietnamiens et à enfermer ses Vietnamiens. On renforce son mur de bambou. On accepte presque de jure ce goulag. (...) Sur la forme et sur le fond, on a cédé à Hanoi. Tous les experts estiment que 2 000 000 de Vietnamiens au moins veulent partir. Les diplomates de Hanoi, en privé, disent qu'ils laisseront sortir, au maximum, une dizaine de milliers de personnes par mois. Ils veulent surtout se débarrasser des Sino-Vietnamiens et des éléments considérés comme improductifs, irrécupérables ou asociaux. Dans les semaines qui viennent, ils « réuniront » sans doute quelques familles, sous les projecteurs de la propagande, pour faire preuve de leur « bonne volonté ». Puis, le mur se refermera. »

L'Express (France), 4 août 1979, p. 33.

Michel Roy, « Bilan rassurant de Genève »

«...Le bilan de la conférence de Genève sur les réfugiés est inespéré. Beaucoup d'observateurs avaient en effet prédit que cette réunion des représentants de 65 États ne serait qu'une longue accumulation de fastidieux discours sans lendemain comme il arrive si souvent, hélas, dans les forums internationaux. Au surplus, il avait été dit que le secrétaire général, en interdisant les débats politiques sur les causes du drame indochinois, condamnait l'entreprise à la stérilité et à l'hypocrisie. En réalité, c'est M. Waldheim qui avait vu juste. Tout d'abord, il avait raison de penser que cette tragédie des damnés de la mer imposait à la conscience mondiale l'effort supplémentaire qu'il invitait les gouvernements à déployer dans une perspective purement humanitaire; ensuite, il devait s'assurer de la présence du Vietnam à la table des discussions, donc éviter que celles-ci ne dégénèrent en réquisitoire systématique; enfin, malgré l'interdit, le secrétaire général savait qu'il devait tolérer les interventions condamnant la politique de Hanoi, tout en faisant en sorte que celles-ci ne viennent pas compromettre les actions de secours. On peut donc se féliciter des résultats obtenus aux plans humain, matériel et politique. »

La Presse (Québec, Canada), 24 juillet 1979, p. 4.

Éditorial

«...Up until now, in the face of that horror, the rest of the world has been looking on and making only minimal and convenient measures to help, while waxing eloquent on how very difficult the whole thing has become and how very complicated to resolve. The world has got very good - very skilled and very adept, really - at spotting these great mass abuses of populations. But only from a distance of about 40 years. Up close it's different. Then no one can see. Ethnic Chinese by the hundreds of thousands who fled Cambodia are being send back there by a desperate Thai government. Thousands upon thousands more Indochinese are drifting around in flimsy boats to nowhere, starving, drowning. The thing about all this is not that it's politically awkward or economically burdensome or diplomatically tricky. The thing about it is that it's happening - now, to real people. And the world - including and especially the world that could help - can't get the thing in focus. »

The Washington Post (États-Unis), 22 juin 1979.

Gouvernance et gouvernement [ 20 juillet 1979 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Viêt Nam
Non disponibleTón Dúc ThángPham Van Dông

États-Unis
ÉlevéJimmy Carter

Cambodge
TransitionHeng SamrinHeng Samrin

Laos
FaiblePrince Thao SouphanouvongKayson Phomvihan

null
Non disponible

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1974 - 1984



juillet
1976
Réunification du Viêt Nam en un seul État

septembre
1977
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

juillet
1979
Ouverture d'une conférence internationale sur les réfugiés de la mer en Asie du Sud-Est


Dans l'actualité


septembre
2016
Vietnam : le Parti communiste toujours au sommet

février
2014
Le général Vo Nguyen Giap : un héros national vietnamien

novembre
2009
Du communisme au capitalisme : la longue marche du Vietnam

février
2009
La Chine et le Vietnam délimitent leur souveraineté

janvier
2009
Accord Japon-Vietnam : renforcement du partenariat économique


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016