18 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

12 mars 1973

Retour à la démocratie en Argentine et élection à la présidence de Hector J. Campora

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Hector J.Campora

Le retour à la démocratie en Argentine permet la tenue d'élections libres qui donnent la majorité des sièges au Front justicialiste de libération (Fréjuli) et portent Hector J. Campora à la présidence du pays. L'instabilité persistante entraînera cependant le départ de ce dernier et le retour à la tête de l'État de l'ex-président Juan Peron.

Les militaires, qui dirigent l'Argentine depuis 1966, manifestent au début des années 1970 le désir de redonner le pouvoir aux civils. Le processus démarre toutefois dans un contexte inquiétant, le pays étant miné par une situation économique difficile, dont une inflation élevée. Tensions sociales, grèves et même terrorisme accompagnent ce retour à la démocratie qui mène à l'élection, le 12 mars 1973, d'un président civil, le péroniste Hector J. Campora du Front justicialiste de libération (Frejuli). Il obtient 49,6% des voix, ce qui incite ses adversaires à lui concéder la victoire même s'il ne détient pas la majorité. Le Fréjuli triomphe également lors des législatives, mais la violence et le chaos se poursuivent néanmoins. Le retour au pays de l'ex-président Juan Peron, le 20 juin 1973, suscite de fortes réactions, dont une altercation sanglante à Ezeiza. Chassé du pouvoir en 1955, Peron, qui bénéficie de larges appuis, apparaît comme le seul homme capable de rétablir une certaine stabilité. Campora quitte ses fonctions le 13 juillet, ouvrant la porte au retour de Peron qui est élu avec 73,6% des voix, le 23 septembre 1973. Son règne, ponctué d'attaques de plus en plus directes contre l'extrême gauche, sera de courte durée. Lorsqu'il décède, le 1e juillet 1974, c'est la vice-présidente, sa femme Isabelita, qui lui succède. La première femme à diriger un pays d'Amérique du Sud se retrouve rapidement devant une situation précaire. La détérioration de l'économie et la violence inciteront l'armée à reprendre une fois de plus les commandes de l'Argentine, en 1976. Ils ne les céderont qu'en 1983, après leur échec cinglant lors de la guerre des Malouines avec le Royaume-Uni.

Gouvernance et gouvernement [ 12 mars 1973 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Argentine
IntermédiaireAlejandro Agustín Lanusse Gelly

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1968 - 1978



mai
1969
Déclenchement d'une grève majeure à Cordoba, en Argentine

janvier
1970
Création du mouvement Montoneros en Argentine

mars
1973
Retour à la démocratie en Argentine et élection à la présidence de Hector J. Campora

juin
1973
Fusillade lors du retour de Juan Peron en Argentine

juillet
1975
Démission du ministre argentin José Lopez Rega

mars
1976
Renversement de la présidente Isabel Peron en Argentine

avril
1977
Première marche des mères de la Plaza de Mayo en Argentine


Dans l'actualité


octobre
2019
Présidentielle argentine : la crise économique en arrière-plan d'un affrontement Fernandez-Macri

novembre
2017
Le désir d'un regain économique souffle sur les élections de mi-mandat en Argentine

janvier
2017
Une première année difficile pour l'Argentine de Macri

février
2016
L'Argentine profite de l'investissement chinois pour construire des centrales nucléaires

novembre
2015
Premier tour à la présidentielle en Argentine: Kirchner contrainte de rester spectatrice

décembre
2014
L'ombre des «fonds vautours» plane sur l'Argentine

septembre
2014
Percée de l'extrême-droite en Argentine: Bandera Vecinal intègre le paysage politique

janvier
2014
Argentine : manoeuvres de la dernière chance pour la présidente et son parti

novembre
2013
Trafic d'armes à hauteur de 200 millions $ : l'ex-président argentin Carlos Menem condamné

avril
2013
Le FMI presse Buenos Aires de remettre à jour ses statistiques


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019