21 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

2 août 1964

Incident naval entre Nord-Vietnamiens et Américains dans le golfe du Tonkin

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Lyndon B. Johnson

Des rapports d'altercations survenues dans le golfe du Tonkin entre des vedettes nord-vietnamiennes et les destroyers américains « Maddox » et « C. Joy Turner » entraînent l'adoption d'une résolution du Congrès donnant les coudées franches au président Lyndon B. Johnson pour intervenir en Asie du Sud-Est.

Une première altercation avec le « Maddox », le 2 août, aurait été suivie par une autre, le lendemain, qui implique également le destroyer « C. Joy Turner ». Des torpilles auraient été lancées mais aucun dommage aux vaisseaux américains n'est signalé. Le 4 août, le président américain Lyndon B. Johnson dénonce l'intervention de la marine nord-vietnamienne lors d'un discours télévisé et annonce que les États-Unis y répliqueront par un bombardement aérien. Dans les heures qui suivent, des avions pilonnent les bases navales et des installations pétrolières nord-vietnamiennes. Le 7 août, le Congrès adopte de façon presque unanime -416 à 0 à la Chambre des représentants et 88 à 2 au Sénat- une résolution autorisant le président à prendre « toutes les mesures nécessaires » dans le cadre du conflit en Asie du Sud-Est. Les attaques aériennes iront par la suite en s'intensifiant, creusant le différend avec le Viêt Nam du Nord qui rend toute négociation de paix conditionnelle à leur cessations. Il faudra attendre mai 1968 avant que les pourparlers ne soient finalement engagés à Paris. Des documents (Pentagon Papers) publiés ultérieurement mettront en doute la véracité des incidents du Tonkin ayant justifié l'engagement général des États-Unis au Viêt Nam.

Dans les médias...


Colonel XXX, « Une guerre éclair »

«...Les opérations ont été rapides et précises. Elles ont duré quelques heures à peine. Le Nord-Vietnam n'a pas été en mesure de riposter, soit par manque de moyens, soit parce que les Chinois ont été pris de court, soit en raison de l'attitude de l'Union soviétique, manifestement décidée à rester neutre. De toute manière, les thèses américaines ont été vérifiées. Jusqu'à quel point ? C'est la question qui se pose maintenant. Toute stratégie suppose l'existence de conventions - écrites ou non écrites - entre les adversaires. (...) Ces conventions supposent qu'il existe entre les deux adversaires une certaine égalité technico-économique. Cela est vrai entre l'U.R.S.S. et les États-Unis. Mais cela ne l'est plus, ou ne l'est pas encore, entre les États-Unis et la Chine. Dans ces conditions, le « grand débat » se vide d'une bonne partie de sa subsistance. Ou plutôt l'on peut se demander jusqu'à quel point la stratégie américaine, qui est adaptée à la puissance militaire soviétique, convient en face du conflit vietnamien et de la nature de la puissance chinoise. »

L'Express (France), 22 août 1964, p. 13.

Jean-Marc Léger, « La guerre au Vietnam du Sud une aventure sans issue pour les États-Unis »

«...Certes, la neutralisation, internationalement garantie et effectivement respectée, de toute l'Indochine, est une entreprise ambitieuse et difficile : il n'est pourtant pas à long terme d'autre solution. Les États-Unis ont beau la refuser : ils ne font que retarder l'inéluctable. Tôt ou tard, ils devront s'y résoudre et probablement dans des conditions moins favorables encore que les présentes. À moins d'accepter froidement le risque de la guerre totale dans le sud-est asiatique (réédition en bien plus grave de l'affaire de Corée), ils assisteront à des progrès constants du Vietcong, malgré quelques succès aussi partiels que fragiles des troupes américano-vietnamiennes. Washington persiste à dénoncer l'intervention de Pékin et à laisser entendre que si la Chine retirait son soutien au Vietcong, celui-ci disparaîtrait probablement. C'est, pour le moins, de l'exagération, et un essai d'explication de l'impuissance du corps expéditionnaire américain à redresser la situation. (...) le concours de Pékin est encore modeste, nettement inférieur en tout cas à celui, énorme, que le Vietnam du Sud reçoit de Washington. Il faut croire au père Noël pour s'imaginer que la guerre du Vietnam cesserait si Pékin se cantonnait dans une stricte neutralité. »

Le Devoir (Québec, Canada), 3 août 1964, p. 4.

S.A., « Vietnam : « We Seek No Wider War » »

«...What happened last week in the Gulf of Tonkin was, it seemed at the end, an incident. But incidents can be - and often have been - used as pretexts for war by nations bent on war. When U.S. warships came under attack off the Tonkin coast last week, there was no one in Washington who wanted war; but neither was there anyone who could say, and be sure, that the attackers or their allies did not. What were the attackers trying to prove ? For whom were they acting and why ? In the peculiar unwritten rules that had hitherto governed the U.S.-Communist conflict in Asia, there were no answers, no guidelines. It was patently absurd to postulate that the wretched little nation of North Vietnam was trying to wage naval warfare against the mightiest sea-power in history; but it was just as obvious, once the second attack was launched, that the attacks were planned and deliberate, and that the attackers must have reckoned on the consequences. »

Newsweek (États-Unis), 17 août 1964, p. 17.

S.A., « Fermeté mais prudence »

«...L'absence d'une riposte vigoureuse au premier accrochage sérieux aurait immédiatement confirmé l'image du « tigre de papier » que certains se plaisent à appliquer aux États-Unis. Et s'il en était besoin, la compétition électorale ne pouvait pas permettre à M. Lyndon Johnson de se laisser déborder par le sénateur Goldwater. Les deux adversaires s'affirment solidaires. Et, pour mieux manifester l'union nationale, le président s'apprêterait à solliciter un vote du Congrès confirmant avec éclat ses pouvoirs constitutionnels. On s'interroge cependant dans la capitale américaine sur l'origine même de cette brusque flambée. S'agit-il d'une simple « erreur de calcul » ? Mais la réaction du « Maddox » lors de l'accrochage de dimanche aurait dû dissuader Hanoï de revenir à la charge mardi. On envisage aussi à Washington la possibilité que, repéré sur les radars nord-vietnamiens, le « Maddox » ait été pris pour l'un des bateaux sud-vietnamiens qui font de fréquentes incursions dans la région. Mais alors, une fois de plus, l'incident de mardi deviendrait difficilement explicable. Faut-il donc accepter l'explication du Vietnam du Nord selon laquelle ses eaux territoriales auraient été violées ? Il convient pour l'instant de se borner à poser ces questions, dont rien ne garantit qu'elles recevront dans un proche avenir des réponses convaincantes. »

Le Monde (France), 6 août 1964, p. 1.

Gouvernance et gouvernement [ 2 août 1964 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Viêt Nam
Non disponibleinformation non-pertinentePham Van Dông

États-Unis
ÉlevéLyndon B. Johnson

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1959 - 1969



décembre
1960
Création du Front national de libération du Viêt Nam

novembre
1963
Renversement du gouvernement de Ngô Dinh Diêm au Viêt Nam du Sud

août
1964
Incident naval entre Nord-Vietnamiens et Américains dans le golfe du Tonkin

janvier
1968
Offensive du Têt au Viêt Nam

septembre
1969
Décès du président de la République démocratique du Viêt Nam, Ho Chi Minh


Dans l'actualité


décembre
2018
Les relations sino-vietnamiennes et la mer de Chine : une source de conflits

mars
2018
L'économie vietnamienne : un bilan de développement remarquable

septembre
2016
Vietnam : le Parti communiste toujours au sommet

février
2014
Le général Vo Nguyen Giap : un héros national vietnamien

novembre
2009
Du communisme au capitalisme : la longue marche du Vietnam

février
2009
La Chine et le Vietnam délimitent leur souveraineté

janvier
2009
Accord Japon-Vietnam : renforcement du partenariat économique


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016