Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

14 novembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

1 janvier 1995

Entrée de l'Autriche, la Finlande et la Suède dans l'Union européenne

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Gro Harlem Brundtland

À la suite de référendums tenus en 1994, l'Autriche, la Finlande et la Suède joignent officiellement les rangs de l'Union européenne (UE). Cette organisation compte maintenant 15 membres.

Après l'entrée de pays du sud de l'Europe (Espagne, Grèce, Portugal) au cours des années 1980, l'UE se tourne ensuite vers le nord pour sa prochaine expansion. En 1994, des référendums se tiennent dans quatre pays. En Autriche, les tenants de l'intégration remportent une victoire décisive le 12 juin avec 66,4% des voix. Puis, à l'automne, c'est au tour de la Finlande (16 octobre) et de la Suède (13 novembre) d'emboîter le pas. L'opposition y est bien organisée. En Finlande, le monde rural exprime de vives inquiétudes, la compétition de certains pays de l'UE étant perçue comme une menace à l'agriculture du pays qui est fortement subventionnée. Des groupes de gauche et les environnementalistes suédois tentent aussi de bloquer l'accession à l'UE qui reçoit néanmoins l'approbation des électeurs, tant en Finlande (56,9%), qu'en Suède (52,2%). Le débat le plus chaud est en Norvège où les adversaires de l'intégration dominent dans les sondages, alors que la première ministre travailliste Gro Harlem Brundtland et son gouvernement souhaitent le rattachement. La perte de souveraineté, notamment le contrôle des programmes sociaux, alimente les craintes qui sont également exprimées par les agriculteurs et les pêcheurs dont l'industrie profite d'importantes subventions. La victoire du Oui en Finlande et en Suède donne une impulsion aux défenseurs de l'UE. Mais comme ce fut le cas au cours des années 1970, les Norvégiens décident de ne pas joindre l'UE. Près de 89% des électeurs prennent part au vote que le Non remporte à 52,4%. Les nouveaux adhérents (Autriche, Finlande, Suède) intégreront l'UE le 1e janvier 1995. Lors d'une rencontre tenue le 10 décembre, cette dernière confirme sa volonté de poursuivre son expansion du côté des pays de l'Est.

Dans les médias...


Christophe Leonzi, « L'union européenne et les glaces du Nord »

«...On peut donc s'étonner de la puissance du bouleversement du Nord. Quoi, sous la seule force de l'intégration européenne, l'équilibre nordique deux fois centenaire et subtilement réglé autour de la neutralité suédois s'écroule sous nos yeux ! La Suède risque son modèle et le fondement de sa réputation internationale ! Le frère norvégien est isolé ! En vérité, ces divisions se dessinent aussi selon une donnée fondamentale et millénaire : l'instabilité de l'ancien Empire russe. Et si, après la fin de l'ordre bipolaire et simple de la guerre froide, la Norvège peut encore essayer de tendre vers un groupe atlantique, même diminué, ses frères suédois et finlandais ne peuvent plus que se tourner vers l'Europe compliquée. Ainsi, avec l'englobement de la Suède et de la Finlande, l'Union européenne s'ouvre déjà à l'Est ; elle recueille les effets de l'effondrement des systèmes de glacis et de neutralisation érigés par les Empires russe et soviétique. Car les neutralités suédoise et finlandaise étaient aussi la défense secrétée par la liberté du Nord contre la menace russe. Cette menace orientale qui a tant contribué au consensus d'« union sacrée » nordique. »

Esprit (France), janvier 1995, p. 182.

Lorraine Millot, « Autriche, Finlande et Suède, trois nouveaux prêts à jouer les bons élèves »

«...Après des campagnes référendaires souvent traumatiques, en Suède particulièrement où le oui ne l'a emporté que par 52,3% des suffrages, les trois gouvernements adhèrent avec le besoin pressant de réaliser leurs promesses. « En maints domaines, nos lois sont meilleures que celles de l'UE, mais nous devons adhérer pour pouvoir maintenir nos standards élevés et les généraliser à toute l'Europe », disaient en substance les partisans du oui. Les trois adhérents partagent notamment une série d'exigences en matière d'environnement, de lutte contre le chômage et de protection sociale, de démocratisation de l'Union, de libre-échangisme, d'égalité des sexes ou d'ouverture rapide aux pays de l'Est, aux républiques baltes et à la Russie. « On peut déjà prédire que la Finlande veillera à ce qu'aucune décision de l'Union ne provoque la Russie », estime le directeur de l'Institut finlandais des affaires internationales. »

Libération (France), 2 janvier 1995, p. 6.

Alain Debove, « Suédois et Finlandais, des nouveaux membres de l'UE plus sérieux qu'enthousiastes »

«...Le drapeau bleu orné des quinze étoiles jaunes flotte depuis le 1e janvier devant les ministères des affaires étrangères à Stockholm et à Helsinki. Mais, au Nouvel An, personne n'a allumé des feux de Bengale pour l'entrée officielle dans l'Union européenne. Les débats sur l'adhésion qui avaient précédé les référendums en octobre 1994 en Finlande et le mois suivant en Suède ont fini par lasser l'opinion. Les adversaires les plus acharnés de l'UE sont rentrés dans le rang, pour le moment du moins, et certains siègent désormais au Parlement de Strasbourg, où ils cherchent des alliés anti-Maastricht plus fréquentables que les amis de MM. de Villiers et Le Pen. (...) Suédois et Finlandais ont préparé soigneusement leur entrée dans l'Union. Les dossiers économiques, le chômage, l'intégration de l'Europe de l'Est, la protection de l'environnement, la défense du consommateur, la « démocratisation » de l'UE sont les sujets sur lesquels ils comptent faire entendre leur voix. Pour Helsinki, la « dimension nordique » et les problèmes d'environnement comme le désastre écologique de la presqu'île de Kola, où les Russes ont entreposé des déchets nucléaires, sont également importants. »

Le Monde (France), 6 janvier 1995, p. 4.

Gouvernance et gouvernement [ 1 janvier 1995 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Autriche
ÉlevéThomas KlestilFranz Vranitzky

Finlande
ÉlevéMartti Oiva Kalevi AhtisaariEsko Tapani Aho

Norvège
ÉlevéHarald VGro Harlem Brundtland

Suède
ÉlevéCharles XVI (Gustave)Ingvar Gösta Carlsson

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1990 - 2000



octobre
1990
[Résultats] Élections législatives

avril
1992
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
1994
[Résultats] Élections législatives

janvier
1995
Entrée de l'Autriche, la Finlande et la Suède dans l'Union européenne

décembre
1995
[Résultats] Élections législatives

avril
1998
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
1999
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


février
2017
Décembre 2016 : entente pétrolière à Vienne teintée de scepticisme

septembre
2016
L'immigration en Autriche : vers une politique de « tolérance zéro »?

novembre
2013
Peu de surprise aux élections autrichiennes

septembre
2010
Heinz Fischer réélu facilement président de l'Autriche

novembre
2008
Mort de Jörg Haider : l'extrême droite autrichienne sous le choc

novembre
2006
Il y a 25 ans : Kurt Waldheim quittait le poste de Secrétaire général de l'ONU

octobre
2006
L'Autriche à l'heure des négociations


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016