Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Samedi 1 novembre 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

10 février 1986
Ouverture du Maxi-procès contre la mafia italienne

Texte rédigé par l'équipe de Perspective Monde,

Paolo Borsellino et Giovanni Falcone

Le Maxi-procès contre le crime organisé sicilien débute à Palerme, en Italie. En tout, quelque 475 accusés doivent comparaître devant un « pool » de magistrats antimafia, dirigés par le juge Giovanni Falcone et son collègue Paolo Borsellino.

Alors que la guerre de la mafia s'intensifie en Sicile au début des années 1980, le gouvernement italien y envoie Carlo Alberto Dalla Chiesa, alors général des Carabiniers, afin de mettre fin à la violence. Celui-ci et sa femme sont assassinés dans un guet-apens le 3 septembre 1982. Les soupçons sont portés vers le puissant clan Corleondesi, alors dirigé par « Toto » Riina. L'État se dote d'une loi anti-mafia et met sur pied un Haut Commissariat dans le but de coordonner ses actions contre le crime organisé. Après avoir perdu plusieurs alliés durant la guerre de la mafia, le mafioso Tommaso Buscetta se retrouve isolé et cherche à se délier du milieu. Il devient un témoin-clé du Maxi-procès (10 février 1986-16 décembre 1987) en brisant la loi du silence (Omerta) et en divulguant les mécanismes internes de l'organisation criminelle. Grâce à ces informations, l'équipe du juge Giovanni Falcone réussit à envoyer en prison un grand nombre d'accusés. Toutefois, des dispositions apportées ultérieurement au Code pénal permettront à plusieurs d'entre eux de voir leur sentence annulée. Parallèlement à cela, la question de la violence persiste. Riina encourage ses hommes à intimider les repentis et commande l'élimination de policiers et de magistrats susceptibles de nuire à la mafia. C'est ainsi que les juges Falcone et Borselliono seront assassinés tout à tour en 1992. Ces évènements soulèveront l'indignation de la société civile, ce qui entraînera une forte mobilisation pour le changement. Les révélations sur les liens de la mafia avec l'appareil politique mèneront, entre autres, à la chute de la Démocratie chrétienne, formation centrale de la vie politique italienne qui disparaîtra au début des années 1990..

Gouvernance et gouvernement [ 10 février 1986 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Italie
ÉlevéFrancesco Maurizio CossigaBettino Craxi

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie [1981 - 1991]



13 mai 1981 Tentative d'assassinat contre le pape Jean-Paul II
28 juin 1981 Giovanni Spadolini : chef du gouvernement (investiture/assermentation)
30 novembre 1982 Amintore Fanfani : chef du gouvernement (investiture/assermentation)
26 juin 1983 Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Bettino Craxi
26 juin 1983[Résultats] Élections législatives
4 août 1983 Bettino Craxi : chef du gouvernement (investiture/assermentation)
29 juin 1985Francesco Maurizio Cossiga : chef d'État (investiture/assermentation)
10 février 1986 Ouverture du Maxi-procès contre la mafia italienne
18 avril 1987 Amintore Fanfani : chef du gouvernement (investiture/assermentation)
14 juin 1987 Élection en Italie d'un gouvernement dirigé par Giovanni Goria
14 juillet 1987[Résultats] Élections législatives
29 juillet 1987 Giovanni Giuseppe Goria : chef du gouvernement (investiture/assermentation)
13 avril 1988 Ciriaco De Mita : chef du gouvernement (investiture/assermentation)
15 juin 1989 Tenue d'élections au Parlement européen
23 juillet 1989 Giulio Andreotti : chef du gouvernement (investiture/assermentation)

 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension