Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

28 septembre 2016

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux | Recherche

janvier 1962

Fondation du mouvement de guérilla Tupamaros en Uruguay

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Juan Maria Bordaberry

Le mouvement de libération nationale Tupamaros de l'Uruguay constitue le plus grand mouvement de guérilla urbaine en Amérique du Sud à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Décapité par la répression militaire, il se transformera en parti politique en 1985 et deviendra la principale force politique du pays.

En 1962, Raul Sendic, un avocat socialiste désabusé par le blocage démocratique en Uruguay, crée le Mouvement de libération nationale Tupamaros. Il tire son nom de Tupac Amaru, un dirigeant indien qui orchestra une révolte contre les Espagnols au Pérou en 1780. S'inspirant de la révolution castriste, Sendic adopte une stratégie de guérilla urbaine dans le but de déstabiliser la dictature et de prendre le pouvoir. Les Tupamaros, qui s'attaquent aux riches et donnent aux pauvres de Montevideo, attirent des jeunes socialistes, des travailleurs et des intellectuels. Misant sur la stagnation économique et les troubles sociaux, ils se lancent à partir de 1963 dans l'action (sabotages, vols, attaques de dépôts d'armes). Ils font aussi des enlèvements pour obtenir des rançons ou la libération de membres du mouvement. Malgré l'état d'urgence, en 1968, les Tupamaros font leur action la plus spectaculaire en 1971, alors que 100 d'entre eux s'évadent de la prison Punta Carretas. En même temps, 38 femmes s'évadent d'une autre prison à sécurité maximum. L'enlèvement en avril 1972 de l'ambassadeur du Royaume-Uni amène le gouvernement à proclamer la loi martiale. Pour neutraliser les Tupamaros, le président Juan Maria Bordaberry radicalise son action en février 1973. Il forme une junte militaire, abolit le Congrès et les partis politiques, et recourt à une sévère répression qui vient à bout de la résistance des Tupamaros. Les principaux chefs sont arrêtés. Ils ne seront libérés qu'en 1985, année du rétablissement de la démocratie. Les anciens Tupamaros renonceront à la lutte armée, accepteront de respecter la légalité démocratique et formeront un parti politique : le Mouvement de participation populaire. Il deviendra en 2004 la principale formation politique du pays. (Note : le mois de janvier dans la présentation ne sert que de référence générale, la date exacte de l'événement étant inconnue)

Gouvernance et gouvernement [ 0 janvier 1962 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Uruguay
IntermédiaireEduardo Víctor Haedo

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1952 - 1972



janvier 1962 Fondation du mouvement de guérilla Tupamaros en Uruguay

Dans l'actualité


septembre 2014Uruguay : les élections générales annoncent les adieux d'un président coloré
février 2014Légalisation du cannabis : un pas osé pour l'Uruguay
novembre 2013Un pays dont on parle peu : l'Uruguay
janvier 2012Adoption d'un projet de loi sur l'avortement par le Sénat en Uruguay, prise 2
février 2010Le passé rattrape Bordaberry
novembre 2008Le Sénat accorde le droit à l'avortement en Uruguay
novembre 2007Argentine versus Uruguay : Non aux papetières, oui à la vie !

Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016