Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

14 novembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

2 décembre 1993

Décès du criminel colombien Pablo Escobar

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Pablo Escobar

La chasse à l'homme du tsar de la drogue et dirigeant du cartel de Medellin, Pablo Escobar, prend fin le 2 décembre 1993. Escobar est alors abattu dans le cadre d'une opération spéciale orchestrée par la police colombienne.

Pablo Escobar prend le contrôle du trafic de la drogue en Colombie au cours des années 1970. Travaillant avec impunité, il neutralise les représentants de l'autorité en les achetant ou en les éliminant. Il abat même ses lieutenants s'il considère qu'ils sont une menace pour lui. À la tête du cartel de Medellin, Escobar émerge au début des années 1980 comme le plus puissant trafiquant de drogue au monde. Au sommet de son pouvoir, il contrôle 80% du commerce de la cocaïne. Son réseau de production s'étend de la Bolivie au Pérou alors que son réseau d'exportation déborde l'Amérique du Nord et s'étend en Europe et en Asie. Les revenus de son cartel sont estimés à 30 milliards de dollars par année et, en 1989, le magasine Forbes le classe au 7e rang des plus grandes fortunes du monde. Escobar est un héros à Médellin où il distribue régulièrement de l'argent aux pauvres, ce qui l'aide à recruter des supporteurs et à établir des refuges pour se protéger. Élu député libéral au Congrès colombien en 1982, il manifeste le désir de jouer un rôle politique plus important. Son offre rejetée, il réagit en lançant une campagne de terreur, s'attaquant aux policiers, journalistes et juges, et faisant même assassiner trois candidats à la présidence en 1989. Il fait également exploser un avion et un édifice sécuritaire de Bogota. En 1991, Escobar accepte de cesser sa campagne et de se livrer aux autorités contre la promesse de ne pas être extradé aux États-Unis. Confiné dans une luxueuse résidence, il continue de diriger son cartel. Mais en 1992, il s'évade et recourt de nouveau à la violence. Les autorités colombiennes, assistées des services américains, le cernent le 2 décembre 1993 et le tuent. Après la mort d'Escobar, son cartel se divisera, avant de disparaître en 1995.

Dans les médias...


Xavier Raufer, « La seconde mort d'Escobar »

«...Des millions de Colombiens ont suivi ses funérailles en criant « Viva Pablo, le peuple est avec toi ! » De son côté, le président colombien, Cesar Gaviria, s'est réjoui : « C'est la fin du pire cauchemar colombien. » Bill Clinton a également salué le succès... Il est pourtant à craindre que la mort de Pablo Escobar, abattu le 2 décembre par les tireurs d'élite de l'armée colombienne, ne tarisse en aucune façon le flux de cocaïne colombienne vers l'Amérique du Nord, États-Unis en tête, et, désormais, vers l'Europe. Au contraire : si le chef du cartel de Medellin, poursuivi depuis dix-huit mois par 2 000 policiers et militaires, a finalement pu être abattu, c'est probablement parce qu'il était déjà politiquement mort. Pis : exclu d'une réorganisation du trafic de la cocaïne mieux adaptée au marché des années 90. »

L'Express (France), 16 décembre 1993, p. 12.

Anne Proenza, « La mort du chef du cartel de Medellin »

«...Cette disparition, annoncée depuis plusieurs semaines par certains membres haut placés du gouvernement qui déclaraient qu'il n'était plus question de l'arrêter vivant, est sans conteste une victoire pour le gouvernement Gaviria. Le président a déclaré : « La communauté internationale ne peut plus avoir de doute sur la volonté de la Colombie dans la lutte contre les cartels. » Il a ajouté que son gouvernement possédait à présent « tous les éléments, tous les instruments pour démanteler les organisations criminelles en activité » dans son pays. Une tâche qui paraît encore titanesque, compte tenu de l'importance de la corruption et du trafic de drogue dans ce pays. (...) La fin du cartel de Medellin signifie-t-elle pour autant la fin des cartels ? Les activités du cartel de Medellin sont depuis longtemps largement dépassées par celles du cartel de Cali. En tout cas, et à l'heure du début de la campagne électorale pour l'élection présidentielle, qui aura lieu l'année prochaine, c'est une victoire pour le gouvernement colombien. Et un espoir pour que cette campagne soit plus calme qu'à son début : elle a déjà coûté la vie, le mois dernier, au vice-président du Sénat. »

Le Monde (France), 4 décembre 1993, p. 3.

Éditorial

«...It matters little that his drug empire was on the decline or that his gang of traffickers was on the run from the government and other drug rivals when he was gunned down. While Pablo Escobar sat on top of the drug world with tentacles reaching around the globe, he managed to inflict damage on a scale that will be felt for generations. That he was aided in this country by Americans eager to peddle or consume his drugs made him no less a menace. Thanks in large part to the Medellin cartel, drug money is fueling gun sales and street shootings, the lives of innocent infants have been deformed, and jails are being packed to record numbers with big-time and penny-ante traffickers. As is the case sometimes with slain drug lords in the United States, you will hear some Colombians who've reaped benefits from Mr. Escobar's blood money say, « He did a lot for poor people. » He did nothing of the sort. He contributed massively - for profit - to their anguish and destruction. »

The Washington Post (États-Unis), 4 décembre 1993.

Gouvernance et gouvernement [ 2 décembre 1993 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Colombie
ÉlevéCésar Augusto Gaviria Trujillo

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1988 - 1998



mars
1990
[Résultats] Élections législatives

mai
1990
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
1991
[Résultats] Élections législatives

décembre
1993
Décès du criminel colombien Pablo Escobar

mars
1994
[Résultats] Élections législatives

mai
1994
[Résultats] Élection présidentielle

mars
1998
[Résultats] Élections législatives

mai
1998
[Résultats] Élection présidentielle


Dans l'actualité


octobre
2018
Il y a 25 ans : la fin du règne d'Escobar en Colombie

janvier
2018
Visite papale en Colombie : vers une réconciliation durable?

octobre
2017
La Colombie hôte du Congrès de l'Internationale socialiste pour la paix et l'unité

septembre
2014
Les FARC au coeur des élections en Colombie

octobre
2013
Sommet de l'Alliance du Pacifique en Colombie : inclusif et prometteur de changement

février
2013
Un climat peu favorable à la paix se poursuit en Colombie

octobre
2010
Une grande victoire pour la Colombie : la mort de Mono Jojoy

septembre
2010
Colombie : l'élection de Santos permet d'enterrer la hache de guerre avec Chavez

avril
2009
Les FARC sur une pente descendante

décembre
2008
Ingrid Betancourt encourage les négociations avec les FARC


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016