Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

22 juillet 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

11 juillet 1975

Démission du ministre argentin José Lopez Rega

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Jose Lopez Rega

Le ministre péroniste des Affaires sociales, José Lopez Rega, joue un rôle important dans la «sale guerre» qui se déroule en Argentine entre 1973 et 1975. Il est le cofondateur de la Triple A (Alliance anti-communiste Argentine), un escadron de la mort qui exercera une sévère répression sur les éléments gauchistes.

Ancien membre de la police fédérale argentine, Rega devient secrétaire personnel de Juan Peron au début des années 1970. Ministre des Affaires sociales sous le président Hector Campora, en 1973, il est farouchement opposé à la gauche péroniste, notamment le mouvement Montoneros. En 1973, il fonde un escadron de la mort, le Triple A, et planifie le massacre de l'aéroport Ezeiza de Buenos Aires, le 20 juin. Des tireurs d'élite font alors feu sur une foule venue saluer le retour de Juan Peron. Rega et Peron blâmeront ensuite les Montoneros pour ce massacre. Artisan du renversement de Campora et de l'élection de Peron, en septembre 1973, Rega fait rapidement assassiner le chef syndical gauchiste, Jose Rucci. Il utilise ensuite ce prétexte pour ordonner la fermeture des journaux de gauche. Un mois plus tard, la Triple A tente d'assassiner un sénateur radical alors que Peron déclenche une campagne contre la subversion. Après la mort de ce dernier, en janvier 1974, Rega devient de facto premier ministre. Il est ministre des Affaires sociales sous Isabel Peron et commissaire général de la police fédérale. À partir de son ministère, il finance la Triple A qui traque et abat les membres de la gauche péroniste, dont les membres du Montoneros. En tout, la Triple A aurait arrêté 10 000 gauchistes et en aurait tué plus de 1500 entre 1974 et 1976. Forcé de démissionner en juillet 1975 à cause de son association avec la Triple A, Reza est nommé ambassadeur d'Argentine en Espagne. Isabel Peron sera renversée en 1976. Comme elle, Reza devra vivre en exil. Extradé en 1986, il finira sa vie dans une prison argentine. En 2007, l'ex-présidente fait pour sa part l'objet d'une demande d'extradition afin qu'elle réponde des actes de terreur posés sous son administration.

Gouvernance et gouvernement [ 11 juillet 1975 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Argentine
IntermédiaireMaría Estela Martínez de Perón

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1970 - 1980



janvier
1970
Création du mouvement Montoneros en Argentine

mars
1973
Retour à la démocratie en Argentine et élection à la présidence de Hector J. Campora

juin
1973
Fusillade lors du retour de Juan Peron en Argentine

juillet
1975
Démission du ministre argentin José Lopez Rega

mars
1976
Renversement de la présidente Isabel Peron en Argentine

avril
1977
Première marche des mères de la Plaza de Mayo en Argentine

août
1980
Signature du traité de Montevideo entre les pays de l'Alalc


Dans l'actualité


novembre
2017
Le désir d'un regain économique souffle sur les élections de mi-mandat en Argentine

janvier
2017
Une première année difficile pour l'Argentine de Macri

février
2016
L'Argentine profite de l'investissement chinois pour construire des centrales nucléaires

novembre
2015
Premier tour à la présidentielle en Argentine: Kirchner contrainte de rester spectatrice

décembre
2014
L'ombre des «fonds vautours» plane sur l'Argentine

septembre
2014
Percée de l'extrême-droite en Argentine: Bandera Vecinal intègre le paysage politique

janvier
2014
Argentine : manoeuvres de la dernière chance pour la présidente et son parti

novembre
2013
Trafic d'armes à hauteur de 200 millions $ : l'ex-président argentin Carlos Menem condamné

avril
2013
Le FMI presse Buenos Aires de remettre à jour ses statistiques

novembre
2012
Argentine : le retour des Cacerolazos pour protester contre Cristina Kirchner


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016