19 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

4 avril 2002

Signature à Luanda d'un accord sur la paix en Angola

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

José Eduardo dos Santos

À Luanda, capitale de l'Angola, les Forces gouvernementales angolaises (anciennement le Mouvement populaire de libération de l'Angola) et l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA) signent un accord mettant fin à plus de 27 ans de guerre civile.

Un point tournant dans la guerre civile en Angola survient le 22 février 2002 lorsque le chef de l'UNITA, Jonas Savimbi, est assassiné par les forces gouvernementales. Le 30 mars suivant, l'UNITA signe sa reddition en présence de représentants de l'Organisation des Nations unies (ONU), de la Russie, des États-Unis et du Portugal. Puis, le 3 avril suivant, à la veille de la signature d'un cessez-le-feu permanent, le président José Eduardo Dos Santos promet le retour à des élections libres le plus rapidement possible. Pour sa part, l'UNITA rend définitivement les armes et espère entrer dans le processus démocratique en formant à nouveau un parti politique. Le 4 avril, le président dos Santos et le secrétaire général de l'UNITA, Paolo Lukamba, successeur de Jonas Savimbi, signent un accord de paix. Il prévoit l'amnistie pour l'ensemble des combattants, ainsi que l'intégration des rebelles de l'UNITA au sein des forces gouvernementales. Après de nombreuses tentatives infructueuses d'en arriver à un accord, il semble que l'entente du 4 avril pave la voie à une paix durable. La guerre civile déchire l'Angola depuis la proclamation de l'indépendance, en 1975. Elle a coûté la vie à près d'un million de personnes sur une population de 12 millions d'habitants, en plus de forcer le déplacement de plus du tiers de la population angolaise.

Pour en savoir plus: Manifeste pour la paix en Angola

Dans les médias...


Jean-Dominique Geslin, «Faut-il croire à la paix?»

«...Il est vrai que le conflit a longtemps permis au régime de justifier la situation d'exception qui prévaut dans le pays depuis un quart de siècle. Une bonne partie des revenus pétroliers (6 milliards de dollars en 2001), destinés à alimenter l'effort de guerre, s'évapore inexorablement sous l'effet de la corruption généralisée, alors que la majorité de la population vit largement en dessous du seuil de la pauvreté. L'épouvantail Savimbi (l'ancien chef de l'Unita) disparu, Luanda n'aura plus d'argument imparable à opposer aux revendications des Angolais usés par les privations. Et risque de se retrouver en butte à un fait social très virulent.»

Jeune Afrique (France), 8 au 14 avril 2002, p. 99-101.

Augusta Conchiglia, «Fin d'une guerre civile»

«...Le rôle des officiers de l'Unita (Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola) restés fidèles à Savimbi (l'ancien chef de l'Unita), tel que le signataire du mémorandum de paix, le général Abreu Muengo «Kamorteiro», a cependant été crucial dans le dénouement de la crise. Ce sont eux qui, les premiers, ont fait le pas vers la négociation avec leur contrepartie des FAA (Forces armées angolaises). Certes, le rapport de force leur était extrêmement défavorable, affaiblis physiquement et moralement qu'ils étaient par ces derniers mois de guerre. Mais comme l'a affirmé Gato (le chef de l'Unita) : «le gouvernement a gagné la guerre, mais l'Unita a négocié librement la fin du conflit.»

Le Nouvel Afrique-Asie (France), mai 2002, p. 28-30.

Gouvernance et gouvernement [ 4 avril 2002 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Angola
FaibleJosé Eduardo dos SantosFernando Dias van Dúnem

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1992 - 2012



septembre
1992
Tenue d'élections législatives et présidentielle en Angola

novembre
1994
Signature à Lusaka d'un accord de paix sur la guerre civile en Angola

avril
2002
Signature à Luanda d'un accord sur la paix en Angola


Dans l'actualité


septembre
2019
Angola : une arrestation qui prend une tournure inattendue

octobre
2018
L'immigration portugaise en Angola : un aller-retour?

octobre
2016
L'efficience médicale freine la fièvre jaune en Angola

octobre
2015
Baisse du prix du pétrole : l'Angola dans une situation économique délicate

février
2014
Isabel dos Santos : une «princesse africaine »

novembre
2013
Élan économique de l'Afrique : entre optimisme et réalisme

octobre
2013
Une économie florissante en Angola

septembre
2008
Angola : des élections législatives sans surprise


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019