Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Dimanche 21 septembre 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

16 août 1972
Tentative de coup d'État au Maroc

Texte rédigé par l'équipe de Perspective Monde,

Général Mohamed Oufkir

Après l'échec du coup d'État du 10 juillet 1971, le général Mohamed Oufkir devient ministre de la Défense du Maroc et homme de confiance du roi Hassan II. Des divergences avec ce dernier amènent Oukfir à orchestrer à son tour un coup à l'été 1972. Il se solde par un échec.

Responsable de l'appareil de sécurité de l'État, le général Oukfir est un homme craint qui a la réputation de torturer personnellement les prisonniers politiques. Un des principaux instigateurs de l'affaire Ben Barka, en 1965, il est nommé ministre de la Défense du Maroc à la suite de la tentative de coup d'État ratée de juillet 1971. Oukfir est très critique en privé des politiques du roi qui, pour sa part, devient soupçonneux à l'égard de son ministre. Au début de 1972, le Maroc adopte une nouvelle Constitution qui élargit le nombre de parlementaires, sans toucher au pouvoir du roi qui demeure un monarque de droit divin. Convaincu qu'il faut changer la situation et établir une république, comme en Irak, en Égypte ou en Lybie, Oufkir élabore différents scénarios pour renverser Hassan II. Aucun n'aboutit. Puis, le 16 août 1972, il décide de faire abattre le Boeing 727 du roi alors qu'il approche de l'aéroport de Rabat, au retour d'un voyage à Paris. Une brigade de blindés est placée en état d'alerte pour intervenir rapidement, une fois l'opération réussie. Quatre avions de combat participent également au coup qui se solde néanmoins par un échec. Les instigateurs du renversement, dont le général Oufkir, sont éliminés. Plusieurs autres officiers supérieurs sont aussi exécutés alors que le roi a de nouveau recours aux pouvoirs d'urgence. Comme celle du 10 juillet 1971, la tentative de renversement du 16 août 1972 démontre l'isolement relatif dans lequel est confiné le souverain.

Gouvernance et gouvernement [ 16 août 1972 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Maroc
FaibleHassan II ben MohammedMohammed Karim Lamrani

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie [1967 - 1977]



7 juillet 1967 Mohammed Benhima : chef du gouvernement (investiture/assermentation)
6 octobre 1969 Ahmed Laraki : chef du gouvernement (investiture/assermentation)
21 août 1970[Résultats] Élections législatives
10 juillet 1971 Tentative de coup d'État dans le palais de Skhirat, au Maroc
6 août 1971 Mohammed Karim Lamrani : chef du gouvernement (investiture/assermentation)
16 août 1972 Tentative de coup d'État au Maroc
2 novembre 1972 Ahmed Osman : chef du gouvernement (investiture/assermentation)
20 mai 1973 Fondation du Polisario au Sahara occidental
6 novembre 1975 Début de la « marche verte » au Sahara occidental

 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension