Université de Sherbrooke
École de politique appliquée     Vendredi 18 avril 2014      Accueil              
       
Pays | Statistiques | Années | Événements | Conflits | Organisations | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Valeurs | Jeux     

28 août 1992
Début de procès collectifs en Tunisie

Texte rédigé par l'équipe de Perspective Monde,

Abidine Ben Ali

Les procès collectifs de 279 islamistes tunisiens se tiennent devant une cour militaire entre le 28 et 30 août 1992. La grande majorité des accusés est reconnue coupable. Ces procès permettront, entre autres, d'entraîner la disparition du mouvement d'opposition islamiste an-Nahdha.

Le mouvement d'opposition islamiste an-Nahdha, qui voit le jour dans les années 1980, devint un parti politique en 1988. Bien qu'il ne soit pas reconnu légalement, il présenta des candidats indépendants aux élections de 1989. Ses candidats, qui ne purent faire campagne, reçurent 14% des suffrages. Des actes violents, commis en 1990 et 1991, incitent les autorités à s'attaquer au mouvement islamiste. Accusant celui-ci d'être responsable de la violence, le gouvernement lance une série d'arrestations dont les membres du parti an-Nahdha sont la principale cible. Cette répression s'accentue en septembre 1991, après la découverte d'un complot visant à assassiner le président Zine El Abidine Ben Ali avec un missile. Entre 1990 et 1992, 8000 islamistes sont arrêtés, dont plusieurs militaires. Selon les règles adoptées dans la lutte contre le terrorisme, les accusés sont jugés par une cour militaire. En violation de la Constitution tunisienne et des normes internationales, ils sont incarcérés pendant des mois, souvent en solitude prolongée, sans connaître les motifs de leur arrestation. De plus, la torture est utilisée pour leur tirer des aveux, ce qui entraîne la mort de certains détenus avant la tenue des procès. Plusieurs sont accusés d'être des extrémistes musulmans ayant comploté afin d'établir un État théocratique. D'autres sont simplement accusés de faire partie d'un parti politique non-autorisé. Le procès se déroule entre le 28 et le 30 août 1992. N'ayant pas accès à un avocat pour se défendre, 265 des 279 accusés sont reconnus coupables. De plus, les condamnations par les cours militaires ne peuvent faire l'objet d'un appel. Une des conséquences de ce procès sera de miner le mouvement an-Nahdha qui disparaîtra rapidement par la suite.

Gouvernance et gouvernement [ 28 août 1992 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Tunisie
FaibleZine El Abidine Ben AliHamed Karoui

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie [1987 - 1997]



7 novembre 1987 Destitution du président tunisien Habib Bourguiba
7 novembre 1987Zine El Abidine Ben Ali : chef d'État (investiture/assermentation)
28 août 1992 Début de procès collectifs en Tunisie

 Dir: Jean-Herman Guay Faculté des lettres et sciences humaines       Version 9.6 2014    ©Tous droits protégés     Bilan du siècle   Dimension