Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

14 novembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

29 octobre 2006

Élection de Joseph Kabila à la présidence de la République démocratique du Congo

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Joseph Kabila

Les premières élections législatives et présidentielle considérées libres sont organisées en République démocratique du Congo (RDC). La présidentielle est remportée au second tour, le 29 octobre 2006, par le président sortant, Joseph Kabila, avec près de 58 % des voix.

Après avoir été plongé dans plus de quarante années d'une guerre qui a fait plus de 4 millions de morts, la RDC tente de retrouver une certaine stabilité politique. Les élections législatives et le premier tour de la présidentielle, le 30 juillet 2006, constituent un grand espoir pour la population locale ainsi que pour la communauté internationale. Les Nations unies (ONU) ont d'ailleurs déployé près de 17 000 Casques bleus sur le territoire. On compte 33 candidats à l'élection présidentielle, dont le président sortant, Joseph Kabila, et son principal rival, Jean-Pierre Bemba. Lors du premier tour de la présidentielle, Kabila arrive en tête avec près de 45% des voix. Bemba reçoit pour sa part l'appui de près de 20% des électeurs. Un second tour, prévu le 29 octobre 2006 pour l'obtention d'une majorité absolue, accentue les tensions entre les deux principaux rivaux et leurs partisans. Kabila remporte alors la victoire avec 58 % des suffrages exprimés. Du côté des législatives, le parti du président Kabila, l'Alliance de la majorité présidentielle (AMP), remporte 42% des sièges au Parlement. C'est environ le double du Regroupement des nationalistes congolais (RNC), regroupant les partisans de Bemba, qui recueille environ 20% des sièges. Malgré certaines irrégularités signalées, la Communauté internationale voit dans ce processus électoral une réussite et un pas positif vers la démocratisation du pays et le rétablissement de la paix.

Pour en savoir plus: Vision pour un Congo nouveau

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Colette Braeckman, « Les rivaux Kabila et Bemba progressent au coude à coude »

«...Même s'il est trop tôt pour conclure, on peut déjà avancer que les deux rivaux progressent au coude à coude. Or, même si le président sortant l'emporte in fine (ce qui n'est pas sûr...), une victoire sur le fil signifierait déjà une semi-défaite pour Kabila, un résultat bien éloigné de la confirmation éclatante qu'attendaient ses partisans. Il est vrai que l'état-major présidentiel a péché à la fois par nonchalance et par excès d'optimisme, tant au premier qu'au deuxième tour : afficher prématurément « Kabila le gagnant » a incité de nombreux électeurs à rester chez eux, persuadés que les jeux étaient faits... De plus, si le président, au premier tour, a négligé de se rendre dans le Bas Congo, qui le lui a fait chèrement payer, et s'est montré faible à Kinshasa, au deuxième, il n'a plus bougé du tout, se contentant d'envoyer sa mère au Maniéma et son épouse partout ailleurs. Mais ces visites sont apparues comme trop tardives. En outre, l'annulation du débat télévisé a été mal ressentie dans l'ensemble du pays. »

Le Soir (Belgique), 3 novembre 2006, p. 11.

Christophe Ayad, « Un « président par héritage » légitimé par les urnes »

«...Ce n'est pas le moindre paradoxe du scrutin congolais, sans précédent par son ampleur, ses contraintes logistiques et son coût, que l'incontestable vainqueur soit... moins légitime dans sa propre capitale qu'à l'époque où il n'était qu'un président par héritage. Certes, le jeune - 35 ans - Joseph Kabila a reçu l'onction du suffrage démocratique, qui lui faisait défaut depuis son arrivée météorique au pouvoir au lendemain de l'assassinat de son père, le 16 janvier 2001. (...) Mais force est de reconnaître qu'il est désormais le président « démocratiquement élu » d'un pays plus divisé que jamais entre l'Est, qui a massivement voté pour lui, et l'Ouest, qui lui est largement hostile. A Kinshasa, la rebelle capitale de la RDC, Kabila a recueilli moins du tiers des suffrages, 3 % dans l'Equateur, fief de son rival Jean-Pierre Bemba et de son mentor, feu le maréchal Mobutu. Ce pays-continent reste plus fracturé que jamais, et la principale tâche de Joseph Kabila sera de le réunifier, après avoir contribué à sa pacification. »

Libération (France), 17 novembre 2006, p. 8.

Jean-Philippe Rémy, « Le maître de l'ombre »

«...Dans les vides béants de sa biographie, le Congo tout entier semble s'être engouffré, tentant de définir qui, au juste, peut bien être Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo (RDC). Pour bon nombre de Congolais, il n'est au mieux qu'une énigme, au pire un hologramme inapte à endosser des habits de président, voire un étranger, un imposteur. Lui se tait. Timide, peu loquace, il déteste paraître en public et haranguer les foules, handicap sérieux dans un pays habitué à être dirigé par des magiciens du verbe. Ses succès n'y changent rien. Depuis son arrivée au pouvoir, en 2001, Joseph Kabila, qui devient le premier président démocratiquement élu de l'histoire du pays, a négocié la fin de la guerre et obtenu le départ, inespéré, des troupes étrangères qui se taillaient des fiefs dans l'ex-Zaïre, sans devenir, tant s'en faut, un héros national, comme si son pays s'inquiétait de le voir se refuser à dissiper les mystères qui entourent son existence. »

Le Monde (France), 17 novembre 2006, p. 1.

Gouvernance et gouvernement [ 29 octobre 2006 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Congo (rep. dem.)
TransitionJoseph Kabilaposte aboli

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2001 - 2016



décembre
2002
Signature d'un accord de paix relatif au conflit en République démocratique du Congo

juillet
2006
[Résultats] Élection présidentielle

juillet
2006
[Résultats] Élections législatives

octobre
2006
Élection de Joseph Kabila à la présidence de la République démocratique du Congo

mars
2012
Verdict de culpabilité de la Cour pénale internationale contre le Congolais Thomas Lubanga

octobre
2012
Ouverture du quatorzième Sommet de la Francophonie


Dans l'actualité


septembre
2018
La RDC : cobalt congolais ou chinois?

janvier
2018
Le barrage Grand Inga en République démocratique du Congo : rêve économique ou désastre environnemental?

octobre
2013
RDC : l'éveil d'un mouvement de résistance au sein de la diaspora

octobre
2013
Une situation précaire en République démocratique du Congo

septembre
2012
La déforestation : un problème pris au sérieux par les Africains

janvier
2012
Élection en République démocratique du Congo : l'investiture de Kabila contestée

novembre
2011
RDC : un double scrutin législatif et présidentiel de tous les risques

septembre
2011
Renouvellement de la Monusco : beaucoup de travail à faire pour sécuriser le Congo

février
2011
Le viol : arme de guerre

septembre
2010
République démocratique du Congo : mince espoir pour la liberté de presse malgré la libération de Jullson Eninga


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016