15 décembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

1 janvier 1997

Assermentation de Kofi Annan au poste de secrétaire général des Nations unies

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Kofi Annan

Après le mandat de l'Égyptien Boutros Boutros-Ghali, le Ghanéen Kofi Annan est élu au poste de secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU). Malgré des conditions difficiles, il s'acquitte de ses fonctions à la satisfaction des pays membres qui le rééliront en 2001.

Après avoir étudié les sciences, l'économie et la gestion, Annan entre à l'ONU en 1962 comme fonctionnaire pour l'Organisation mondiale de la santé où il occupe différents postes. À la suite de la guerre du Golfe, en 1991, il est chargé de négocier le programme «pétrole conte nourriture» avec le gouvernement irakien. Ce programme le hantera une décennie plus tard alors que son fils sera accusé d'en avoir tiré des avantages personnels. Responsable des opérations de maintien de la paix à titre de secrétaire général adjoint (1994-1996), Annan accède au poste de secrétaire général en 1997. Prenant acte des erreurs du passé, il propose une réforme en profondeur de l'organisation, dont la mise en place d'une structure de direction plus souple et plus cohérente. Cette initiative, qui satisfait les États-Unis, a également pour but de faire face au déficit causé par les retards de paiement de nombreux États membres. Devant les échecs de certaines missions au cours des années 1990, Annan tente aussi de restaurer l'image de l'ONU en consacrant davantage d'efforts au respect de la dignité humaine. Le secrétaire général propose notamment qu'en certaines circonstances les droits de l'Homme aient préséance sur la souveraineté des États. Dans cette optique, il attire l'attention du Conseil de sécurité sur des conflits domestiques comme ceux qui ont lieu au Kosovo, au Sierre Leone et au Timor-Oriental. En 2000, l'ONU publie un rapport sur le millénaire : «Nous les peuples : le rôle des Nations Unies au XXIe siècle». Il est à la base de l'adoption des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) qui doivent être atteints avant 2015. En 2001, Kofi Annan est réélu pour un second mandat et obtient le prix Nobel de la paix. Il quittera ses fonctions en 2006.

Dans les médias...


Ridha Kéfi, « Indifférence arabe »

«...Si elle a suscité l'intérêt des classes politiques à Riyad, Tunis ou Damas, la non-réélection de Boutros Boutros-Ghali à la tête des Nations unies n'a pas passionné les foules. C'est à peine si, entre deux bouffées de narguilé, l'Arabe moyen s'est rendu compte que le nouveau patron de l'organisation internationale ne sera pas un Arabe. (...) Méconnu au Maghreb et au Machrek, où il a été très peu vu, et favori des Américains, le Ghanéen Kofi Annan serait « coupable » d'avoir « trahi » Boutros, acte sacrilège s'il en est dans une région où l'on ne badine pas avec la hiérarchie. Les questions que les analystes arabes se posent avec le plus d'insistance sont, toutefois, les suivantes : par-delà sa nationalité ou sa religion, le nouveau secrétaire général des Nations unies aura-t-il suffisamment de personnalité et de conviction pour résister à la pesante mainmise américaine sur les affaires de l'organisation ? Un secrétaire général non africain, non musulman et non arabe, mais suffisamment attaché aux principes de la Charte des Nations unies et imprégné de ses buts, ne serait-il pas, en définitive, plus utile aux musulmans et aux Arabes, comme le fut, en son temps, Dag Hammarskjöld ? »

Jeune Afrique (France), 18 au 31 décembre 1996, p. 10.

Agnès Rotivel, « Kofi Annan succède à Boutros-Ghali à l'ONU »

«...Le diplomate ghanéen, âgé de 58 ans, a un passé solide au sein de l'ONU où il a fait toute sa carrière. Jusqu'à aujourd'hui, il était en charge des opérations de maintien de la paix. Cette expérience sera sans doute utile pour naviguer dans des eaux troublées où, d'un côté, Washington ne manquera pas de poursuivre dans la ligne : économie et soumission à la volonté américaine et, de l'autre, Paris tentera, à l'image de ce qui vient de se passer pour la désignation du secrétaire-général, d'imposer sa différence si ce n'est son opposition au diktat de Washington. Cependant, Kofi Annan devra gérer la maison à l'économie. Les Américains, premiers bailleurs de fonds et premiers débiteurs de l'Organisation, doivent encore 1,3 milliard de dollars. « Vous ne pouvez pas faire fonctionner efficacement une administration sur un budget peau de chagrin », a-t-il déclaré. Homme de compromis, Kofi Annan ne pense pas qu'il faut « impérativement taper du poing sur la table ou crier fort pour se montrer ferme ». De l'humour, il n'en manque pas : « Je commence à parler anglais avec un accent français. » Paris est rassuré! »

La Croix (France), 17 décembre 1996, p. 4.

Frédéric Wagnière, « L'ONU à l'heure africaine »

«...En dépit des tensions et des problèmes de réfugiés dans des pays comme l'Afghanistan, la Bosnie et Haïti, c'est surtout en Afrique noire qu'il y a des guerres larvées atroces et des millions de réfugiés qui croupissent dans des camps ou meurent dans la brousse. Et c'est aussi là que subsistent les pires problèmes de malnutrition et de maladies endémiques. Enfin, le développement économique et l'éducation y sont souvent dans un état de délabrement total. L'Asie, l'Amérique latine et l'Afrique du Nord peuvent à la rigueur se passer des services des Nations unies et de ses agences spécialisées. Il y a eu de réels progrès de développement économique et de démocratisation dans beaucoup de pays, ce qui assure un certain progrès social depuis une quinzaine d'années. Mais en Afrique noire, on dirait que les efforts actuels des Nations unies et d'autres organisations ne parviennent qu'à freiner la dégradation. Les Nations unies ont besoin d'un Africain à leur tête parce que, si le plus pauvre des continents continue à aller à vau-l'eau, l'organisme perdra le peu de crédibilité qui lui reste. »

La Presse (Québec, Canada), 18 décembre 1996, p. B2.

Éditorial

«...Annan (...) has held the portfolios for budgets and for personnel, and it will be the speed with which he is able to reform and streamline the UN that will be used to judge the success of his tenure. Perhaps naming all those famous statesman and lawyers to be UN secretary general hasn't been such a good idea over the years. Annan may be able to use his intimacy with the UN culture, his insider's ability to read between the lines of the UN organization chart and his knowledge of where the skeletons are buried - so hey can be dug up and exposed - in order to become the most effective UN boss in history. If he fails at bringing efficiency to the UN, he will be remembered as little more than an example of how bureaucracies, especially the clumsy ones, are self-sustaining because they spawn only the like-minded. »

Chicago Tribune (États-Unis), 18 décembre 1996.

Gouvernance et gouvernement [ 1 janvier 1997 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Ghana
LimitéJerry John Rawlingsposte aboli

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1992 - 2002



janvier
1997
Assermentation de Kofi Annan au poste de secrétaire général des Nations unies

décembre
2000
Élection de John Kufuor à la présidence du Ghana


Dans l'actualité


octobre
2019
Une éducation en évolution, aux prises avec des scandales sexuels en Afrique de l'Ouest

novembre
2018
La traite d'enfants et de femmes au Ghana : des efforts inutiles?

novembre
2018
L'Afrique : de plus en plus branchée

février
2017
Un environnement toxique persistant au Ghana

novembre
2016
Chaude lutte à prévoir pour l’élection présidentielle ghanéenne

février
2013
Des élections exemplaires au Ghana

octobre
2012
Une grande perte pour le Ghana

janvier
2009
Élection démocratique et sans violence au Ghana

avril
2007
L'indépendance ghanéenne: de l'or à la politique économique

octobre
2006
L'heure des bilans a sonné pour Kofi Annan


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019