17 juillet 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

8 août 2008

Ouverture des Jeux olympiques de Beijing

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin

Les Jeux olympiques de Beijing s'avèrent un retentissant succès pour la Chine dont l'organisation et les athlètes épatent le monde entier. Cette quinzaine se déroule après des mois d'anticipation, marqués par le périple tumultueux de la flamme olympique, des appels au boycott et les protestations en faveur des droits des Tibétains.

Dès l'obtention des Jeux olympiques par Beijing, le 13 juillet 2001, des mouvements s'organisent afin de contester cette décision du Comité international olympique. Certains pensent que l'occasion est propice à exiger de la Chine des améliorations dans le domaine des droits de l'Homme, alors que d'autres réclament tout simplement un boycott des Jeux. Au cours des mois qui précèdent l'ouverture de l'événement, les pressions s'accentuent. En mars 2008, des manifestations de moines bouddhistes, qui demandent la libération de moines emprisonnés, se soldent par des actes de violence qui font plusieurs morts. Le passage de la flamme olympique dans plusieurs pays se fait également dans la controverse, des groupes de protestation profitant de la situation pour exprimer leur désaccord avec la tenue des Jeux à Beijing. D'autres problèmes potentiels -présence du smog, censure des médias étrangers, etc.- sont évoqués avant que les Jeux ne prennent leur envol, le 8 août 2008. Des cérémonies d'ouverture flamboyantes, auxquelles assistent plusieurs chefs d'État et de gouvernement, donnent le ton à une quinzaine qui se déroule sans anicroches. D'une part, les Chinois s'avèrent, de l'avis des athlètes et des journalistes sur place, des hôtes impeccables. De l'autre, cette image positive de la Chine est rehaussée par le succès de ses athlètes qui terminent en tête du classement des médailles d'or avec 51. Au cours de ces Jeux, l'empire du Milieu a été le point de mire d'un déploiement médiatique sans précédent qui a contribué, malgré certaines restrictions au travail des journalistes, à le faire connaître davantage du reste du monde.

Pour en savoir plus: Discours de clôture du président du Comité organisateur des Olympiques de Beijing

Dans les médias...


Jean-Philippe Béja, « Une Chine moderne pour des jeux Olympiques exemplaires ? »

«...L'organisation des jeux Olympiques permet de jeter un éclairage sur la manière dont le Parti communiste exerce le pouvoir. Au départ, il avait l'intention de convier le monde à assister à l'émergence d'une puissance pacifique, moderne et responsable, et de montrer aux Chinois qu'il avait réalisé le rêve de la construction d'un pays puissant et prospère (fuguo meng). C'est ainsi que la destruction du vieux Pékin a été accélérée, que les travailleurs migrants ont été renvoyés dans leurs campagnes, les dissidents forcés à se taire, les protestataires empêchés de se rendre dans la capitale. Ce nettoyage aurait dû se faire dans la discrétion. Mais les nombreux incidents qui ont émaillé la marche vers cet événement planétaire ont contrarié sa volonté. Les émeutes au Tibet ont montré que le pouvoir refusait d'accorder une véritable autonomie aux « minorités nationales » et qu'il se livrait à une politique d'assimilation brutale. Elles ont également révélé au monde que les autorités chinoises continuent de considérer toute critique comme une menace contre leur pouvoir. »

Esprit (France), août-septembre 2008, p. 21.

Cédric Voisard, « Les Jeux passent de l'ombre à la lumière »

«...Une nuit de Chine. Câline et féerique dans le magnifique stade où les Jeux ont enfin fait leur nid. Une ouverture en Chine majeure, grandiose, entre prouesse artistique et trouvailles technologiques, entre hier et demain, le temps suspendu, le temps de jouer, le temps des Jeux. 2008 joueurs de fou, « tambour ancien », frappent ainsi un compte à rebours à mesure que leurs instruments s'illuminent. 91 000 spectateurs s'agitent sur leurs sièges, quelques milliards d'autres devant leur télévision, vraisemblablement. Nous sommes le 8 août 2008, il est 8 heures, la Chine est à l'heure de son chiffre porte-bonheur. Le monde est à l'heure des Jeux de Pékin. Confucius est cité. « N'est-ce pas un bonheur d'avoir des amis qui viennent de loin ? » Puis une enfant chante : « Gloire à notre pays qui marche désormais vers la prospérité. » À peu de chose près, tout est dit. »

Le Figaro (France), 9 août 2008, p. 2.

Dominique Berns, « Les Jeux de Pékin ne sont pas le triomphe que le régime souhaitait »

«...La Chine organise ses Jeux sous l'oeil très vigilant de la presse et de l'opinion publique internationales. La presse et la télévision, dans les articles et dans les reportages, offrent une vision très réaliste de ce qu'est la Chine aujourd'hui et soulignent les problèmes très graves auxquels elle fait face, comme la pollution, le droit du travail, la vie des travailleurs migrants... L'image du miracle économique chinois, d'une superpuissance économique, a laissé la place à une vision beaucoup moins « positive », mais sans doute plus proche de la réalité. Et ça, c'est lié aux Jeux. Pékin n'a pas compris que le monde actuel n'est plus celui de la guerre froide et que les opinions publiques, notamment dans les pays développés, attendent autre chose qu'un discours de propagande. Jusqu'ici, les JO ont plus servi de révélateur de ce qui ne va pas en Chine qu'à la glorification du modèle chinois. »

Le Soir (Belgique), 8 août 2008, p. 15.

Guy Taillefer, « Les jeux polémiques »

«...Plus que tout, son (le gouvernement chinois) attitude se trouve à éclairer avec une acuité qui devrait le gêner la profondeur de sa culture autoritaire. Il montre à quel point, finalement, son esprit olympique laisse à désirer: les Jeux ne seraient pas tant, pour Pékin, une grande fête organisée sous le signe de l'amitié mondiale que l'opportunité d'affirmer sa puissance à la face du monde et de flatter son orgueil patriotique. Il n'échappe donc à personne que le gouvernement chinois, dénonçant la politisation des jeux pour tout ce qui le vexe et qu'il ne veut pas montrer, ne se privera point de s'en servir, par ailleurs, pour se bomber le torse sur la scène internationale. Il ne se comporte pas différemment de l'ex-URSS qui, organisant les JO de Moscou en 1980 de manière à mettre en vitrine son système politique, avait préalablement muselé toute dissidence. Avant Moscou, le CIO avait fait le choix controversé, en 1936, de Berlin, qu'Adolf Hitler avait ouvertement voulu utiliser à des fins de propagande nazie. Ni l'un ni l'autre de ces Jeux n'a défait les autoritarismes politiques. L'histoire piège, là encore, le mensonge qui prend les Jeux pour un vecteur de changement. Que la règle souffre une importante exception, celle de Séoul, en 1988, ne fait que la confirmer. »

Le Devoir (Québec, Canada), 8 août 2008, p. a8.

Éditorial

«...We look forward to the Games' high competitive drama and the sheer physical beauty of top-flight sports, and we hope the Games go smoothly. Yet wonderful as it may be, this quadrennial spectacle, the first in which all countries of the « Olympic movement » have met in the capital of an authoritarian country since the 1936 Berlin Olympiad, comes at a price. We do not refer to the $866 million in fees that 12 multinational corporations have paid for the privilege of sponsoring the show. We do not even mean, exactly, the price that Beijing is imposing on muzzled dissidents and other persons it deems inconsistent with a harmonious extravaganza. Rather, it's the intangible cost that these two weeks of Olympian international comity will exact on the cause of democracy itself. That cause can only seem a little bit weaker - a bit more hypocritical - if, for the sake of a transitory « Olympic spirit, » we avoid, or play down, issues of human freedom that are far more consequential than any gold. »

The Washington Post (États-Unis), 8 août 2008.

Gouvernance et gouvernement [ 8 août 2008 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Chine
FaibleHu JintaoWen Jiabao

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2003 - 2016



mars
2003
Alerte au SRAS par l'Organisation mondiale de la santé

octobre
2003
Première mission chinoise envoyant un homme dans l'espace

octobre
2007
Ouverture du XVIIe Congrès du Parti communiste chinois

mars
2008
Montée de la violence dans les rues de Lhassa au Tibet

août
2008
Ouverture des Jeux olympiques de Beijing

novembre
2012
Ouverture du XVIIIe congrès du Parti communiste chinois

septembre
2014
Mouvement de protestation populaire à Hong Kong

octobre
2015
Fin de la politique de l'enfant unique en Chine


Dans l'actualité


avril
2019
Le nucléaire chinois avance à grands pas

mars
2019
La révolution sino-américaine et le piège de Thucydide

mars
2019
Persécution des musulmans en Chine

novembre
2018
Kim Jong-un et Xi Jinping : un partenariat sans faille?

octobre
2018
Le parti indépendantiste HKNP s'attire les foudres de Pékin

septembre
2018
La rencontre de Wuhan : un retour au calme entre l'Inde et la Chine?

avril
2018
La Route de la soie : un projet titanesque qui pourrait changer l'ordre mondial

mars
2018
Organisation de coopération de Shanghai : lorsque deux rivaux s'unissent

février
2018
Xi Jinping : ambitions et pouvoir

décembre
2017
La peine de mort en Chine : l'évolution d'un phénomène culturel


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019