13 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

15 février 2009

Tenue d'un référendum au Venezuela

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Hugo Chavez, Fidel Castro

Pour la deuxième fois en trois ans, le président vénézuélien Hugo Chavez demande à la population de se prononcer sur des modifications à la Constitution qui permettraient, entre autres, au chef de l'État de faire plus de deux mandats. Cette fois, il reçoit l'appui d'une majorité des électeurs.

Après avoir été réélu à la présidence en décembre 2006, Hugo Chavez souhaite modifier la Constitution de 1999 qui ne permet pas au chef de l'État, ainsi qu'à d'autres élus (gouverneurs, députés, maires) de faire plus de deux mandats. D'autres modifications importantes, qui ont des implications sociales et économiques, font également partie de la proposition que les Vénézuéliens rejettent par une courte majorité le 2 décembre 2007. Cette défaite de Chavez, qui surprend plusieurs observateurs, ragaillardit l'opposition à son régime. Celle-ci se manifeste d'ailleurs lors d'élections municipales et régionales tenues en décembre 2008. Cela n'empêche pas le président de revenir à la charge avec un nouveau projet de référendum visant, comme en 2007, à prolonger les mandats d'élus, notamment le chef de l'État, au-delà de la limite fixée à deux. L'opposition conteste la légalité d'un tel projet et l'utilisation que le gouvernement fait de ses ressources en faveur de la campagne du Oui. Des manifestations étudiantes sont également réprimées par les autorités. Des observateurs étrangers se disent toutefois généralement satisfaits du déroulement du référendum qui a lieu le 15 février 2009. Il est précédé par une série de sondages peu concluants qui laissent perdurer le suspense. C'est finalement par une marge de 55% contre 45% que la proposition du président est appuyée par les électeurs. Chavez pourra donc être candidat à nouveau lorsque son mandat expirera, en 2013. Soulignons que ce vote survient quelques mois après des référendums tenus en Équateur (septembre 2008) et en Bolivie (janvier 2009) qui prévoient également le prolongement des mandats présidentiels.

Dans les médias...


Cathy Ceïbe, « « Ça roule » pour la révolution bolivarienne »

«...Personne n'ignorait le caractère décisif de ce scrutin que l'opposition voulait réduire à la caricature de la « réélection indéfinie ». Dans une tribune publiée dimanche dans Ultimas Noticias, le président résumait l'enjeu à un « dilemme » dont seul le peuple détient la clé : « Continuer d'avancer vers l'exercice plein de la souveraineté populaire ou la prétention contre-révolutionnaire (...) de faucher la démocratie révolutionnaire. » C'est en effet la poursuite des changements de fond mis en oeuvre depuis l'élection de Chavez, il y a dix ans, qui se jouait dans les urnes. Et par là même, le leadership de celui qui les incarne. Avec ce succès, le quatorzième sur les quinze scrutins qui ont eu lieu depuis 1998, la majorité chaviste voit ses responsabilités accrues pour mener à bien de nouvelles réformes. Le président a d'ailleurs annoncé que « les missions allaient être encore fortifiées ». Ces programmes sociaux dans les domaines de la santé, l'éducation, le logement, l'alimentation ont considérablement amélioré le quotidien de millions de pauvres et fortifié la légitimité du pouvoir. Mais ce ciment du chavisme ne saurait suffire à résorber l'énorme fracture sociale et politique héritée des précédents gouvernements néolibéraux. »

L'Humanité (France), 17 février 2009, p. 15.

Pierre Rousselin, « Triomphe en trompe-l'oeil pour Chavez »

«...Le prochain scrutin est dans trois ans. S'il tient vraiment à un troisième mandat, le champion de la « révolution bolivarienne » devra aller au-delà de ses discours enflammés pour s'occuper sérieusement des affaires de son pays. Le triomphe du « si » au référendum constitutionnel de dimanche est trompeur et n'augure pas forcément d'un avenir radieux pour le « socialisme du XXI siècle » dont Hugo Chavez se fait le chantre. Certes, à Caracas la démocratie est respectée. Le Venezuela de Chavez n'est pas le Cuba des frères Castro. Les élections y sont libres. L'opposition, puissante chez les étudiants, a le droit de s'exprimer, en dehors, bien sûr, des canaux officiels qui bénéficient de toutes les largesses de l'État. L'emporter avec 54 pour cent des suffrages dans un vote présenté comme un plébiscite n'est pas pour autant un succès aussi définitif que voudraient le faire croire les partisans du régime. Compte tenu de l'abstention où s'est réfugié un électeur sur trois, et des 46 % obtenus parmi les votants, l'opposition n'a pas démérité. Au prochain rendez-vous électoral, Chavez n'est pas à l'abri d'une mauvaise surprise. »

Le Figaro (France), 17 février 2009, p. 15.

Serge Truffaut, « Président à vie »

«...Le camp Chávez a recueilli un million de voix de plus que ses adversaires, mais un million de moins, ont soulevé bien des observateurs, que lors de la présidentielle de 2006. Tout naturellement, si l'on peut dire, les ténors de l'opposition avancent que l'étoile du leader populiste pâlit plus rapidement qu'on ne le pense. À preuve, les magouilles électorales constatées lors de la campagne. D'après des rivaux du président et des observateurs d'une ONG, ce dernier a fait un usage quelque peu abusif des ressources de l'État pour promouvoir son projet. Par exemple, les véhicules de la société pétrolière du pays ont été mis à la disposition des militants de Chávez. Pire, des permis de manifester demandés par les sociaux-démocrates n'ont pas été accordés. Pire encore, depuis que la mairie de la capitale, Caracas, est aux mains de l'opposition, soit depuis novembre dernier, la police municipale a été placée sous la tutelle du ministère de l'Intérieur. Bref, une fois tous ces facteurs consolidés, force est de reconnaître qu'il y a encore et toujours un certain déficit démocratique. »

Le Devoir (Québec, Canada), 17 février 2009, p. a6.

Éditorial

«...Chavez says the people have chosen to make his Bolivarian Revolution permanent. Maybe. But this was not democracy in action. It was the latest accretion of power by a president who essentially controls the Congress, the Supreme Court and the National Electoral Council, which supervises elections. Campaigning relentlessly, Chavez cast the vote as a referendum not just on term limits but on him personally and on voters' commitment to socialist ideology. It was a tussle between those who love the president for his allegiance to the nation's poor - Chavez warned that his education, healthcare and business programs for the underprivileged would end with his term in 2013 if he lost - and those who fear him as a power-seeking autocrat. But these are not contradictory views : Chavez is a dictatorial executive, albeit one who gives ordinary Venezuelans a share in the nation's oil wealth - even, some economists believe, at the expense of the country's long-term economic health. »

Los Angeles Times (États-Unis), 28 janvier 2009.

Gouvernance et gouvernement [ 15 février 2009 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Venezuela
LimitéHugo Chavez

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2004 - 2016



décembre
2005
[Résultats] Élections législatives

décembre
2006
Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

décembre
2006
[Résultats] Élection présidentielle

février
2009
Tenue d'un référendum au Venezuela

septembre
2010
[Résultats] Élections législatives

octobre
2012
Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

octobre
2012
[Résultats] Élection présidentielle

mars
2013
Décès du président vénézuélien Hugo Chavez

avril
2013
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
2015
Victoire de l'opposition aux législatives vénézuéliennes

décembre
2015
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


octobre
2018
Pauvreté et criminalité : le cocktail explosif de Caracas

octobre
2018
L'élection présidentielle au Venezuela : des résultats contestés

janvier
2018
Le leader de l'opposition Antonio Ledezma fuit le Venezuela

octobre
2017
Une Assemblée constituante sème l'inquiétude au Venezuela

novembre
2016
Impasse institutionnelle au Venezuela : suspension du référendum révocatoire

février
2016
L'économie du Venezuela: au fond du baril

octobre
2015
Une victoire progressive pour Leopoldo López au Venezuela

février
2015
Venezuela : après Chavez, la crise

novembre
2014
Le Venezuela de Nicolas Maduro: l'essoufflement d'une révolution

février
2014
Manifestations à Caracas : la ville divisée entre les rouges et les blancs


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019