25 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

11 juin 2009

Confirmation d'une pandémie de grippe A (H1N1) par l'OMS

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Logo de l'OMS

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) réagit à la propagation de la grippe A (H1N1) en élevant son niveau d'alerte de 5 à 6, soit de pandémie imminente à pandémie. Il s'agit d'une première en plus de 40 ans.

Les premiers cas de grippe A (H1N1) apparaissent au Mexique en mars 2009, avant que la propagation ne s'effectue dans d'autres pays. Il s'agit d'une grippe respiratoire aigüe contagieuse qui force l'adoption de mesures d'urgence au Mexique. Des cas identifiés aux États-Unis et au Canada suscitent également des inquiétudes qui se confirment alors que la grippe A (H1N1) touche bientôt tous les continents. En juin 2009, au moment où la directrice de l'OMS, Margaret Chan, annonce que le niveau d'alerte passe de 5 à 6, donc de pandémie imminente à pandémie, on estime que cette grippe a atteint 28 000 personnes, dont 144 sont décédées, dans 74 pays. Ces chiffres, qui peuvent varier selon les estimations, continuent leur progression au cours des semaines qui suivent. Même si l'OMS n'a pas encore eu recours à des mesures radicales, comme la fermeture de frontières par exemple, ses dirigeants redoutent les conséquences de ce fléau, particulièrement dans les pays pauvres moins préparés à y faire face. De plus, il n'y a pas de vaccin au point pour le moment. La décision de hausser le niveau d'alerte est justifiée par la transmission rapide qui s'effectue entre les humains et la par la propagation qui se fait maintenant dans plusieurs pays du monde. C'est la première fois que l'OMS élève son niveau à 6 depuis 1968. À cette époque, c'est la grippe de Hong Kong qui avait provoqué cette décision. On estime qu'elle a fait près d'un million de morts en l'espace de deux ans.

Dans les médias...


Étienne Dubuis, « Grippe A (H1N1) : Vigilance et sang-froid »

«...Une pandémie représente un risque sanitaire sérieux. Mais un risque seulement. Pour que la maladie se transforme en grande faucheuse, deux autres conditions doivent être réunies: elle doit être virulente et l'humanité doit être désarmée. Or, son « taux de mortalité » a été faible jusqu'ici, puisqu'il se situe, à l'instar des grippes saisonnières, à hauteur de 0,5%. Le problème est que les virus mutent constamment et que celui-ci est susceptible de devenir plus dangereux. Il est par conséquent vital que la quatrième condition ne soit pas remplie, à savoir que la maladie n'affronte pas une humanité désarmée. Un effort est dès lors nécessaire. La probabilité que le virus devienne plus virulent ces prochains mois est limitée. Mais le drame que représenterait un tel développement justifie amplement l'application du principe de précaution. Le tout sera de trouver le bon dosage entre les mesures à prendre pour limiter le danger et les gestes à éviter pour ne pas nuire exagérément à l'activité économique ou à la qualité de vie du citoyen ordinaire. Pour mener l'exercice à bien dans un contexte de grande incertitude, il faudra de la vigilance mais aussi du sang-froid. »

Le Temps (Suisse), 12 juin 2009.

Jean-Francis Pecresse, « Précautions de principe »

«...Si la mondialisation peut être le meilleur ami des maladies, la médiatisation en est l'un des pires ennemis. A n'en pas douter, la grippe A(H1N1) est une pandémie et l'OMS n'a fait que son devoir en édictant une vérité scientifique. Cela n'en fait pas - pas encore - une pandémie dangereuse et c'est cette appréciation qualitative de la menace qui fait défaut dans l'échelle des risques des autorités sanitaires mondiales. Il est regrettable que l'OMS ne soit pas parvenue à compléter sa mesure de la propagation d'un virus par une évaluation de sa dangerosité. Or ce risque-là, c'est maintenant aux Etats de l'estimer, de le prévenir et, le cas échéant, de le combattre. A eux de suivre comme ils l'entendent les recommandations des médecins de Genève. Ce qui s'est produit hier, c'est un transfert de la gestion du risque sanitaire. Avec l'état de pandémie, la grippe devient affaire de souverainetés nationales. Compte tenu de l'ampleur des décisions à mettre en oeuvre et des enjeux économiques, il est sain que les politiques reprennent la main. En décidant de ne rien changer à son dispositif, la France apporte une réponse proportionnée au risque d'aujourd'hui. A ce stade, le principe de précaution n'impose que des précautions de principe. »

Les Échos (France), 12 juin 2009, p. 14.

Ariane Krol, « Pandémie : et après ? »

«...La directrice générale de l'OMS avait l'air d'un médecin qui annonce d'un ton grave à son patient: j'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c'est que vous êtes en pleine pandémie de grippe. La bonne? Vous ne sentirez presque rien. Et le patient de se demander: dans ce cas, pourquoi en faire tout un plat? C'est l'impression qui se dégageait de la conférence de presse de l'Organisation mondiale de la santé, hier à Genève. Un contraste frappant avec l'atmosphère qui régnait à l'assemblée annuelle de l'organisme, il y a trois semaines. Tout le monde était alors sur les dents, dans l'attente que l'alerte soit relevée au plus haut niveau. Lorsque le seuil fatidique a finalement été franchi hier, ça ressemblait plutôt à une formalité. (...) Évidemment, le virus peut muter et devenir plus féroce. Mais dans son état actuel, la pandémie s'annonce étonnamment clémente, du moins dans les pays développés. Ce sont donc les populations qui s'inquiètent le plus du virus qui risquent le moins d'en souffrir. »

La Presse (Québec, Canada), 12 juin 2009, p. A18.

Gouvernance et gouvernement [ 11 juin 2009 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Mexique
IntermédiaireFelipe Calderon

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2004 - 2016



juillet
2006
Élection de Felipe Calderon à la présidence du Mexique

juillet
2006
[Résultats] Élection présidentielle

juillet
2006
[Résultats] Élections législatives

juin
2009
Confirmation d'une pandémie de grippe A (H1N1) par l'OMS

juillet
2009
[Résultats] Élections législatives

juillet
2012
Élection d'Enrique Pena Nieto à la présidence du Mexique

juillet
2012
[Résultats] Élection présidentielle

juillet
2012
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


janvier
2019
Mexique : le PRI en chute libre

octobre
2018
Mexique et États-Unis : gagnant-gagnant?

septembre
2018
Mexique : des débats révélateurs des préoccupations citoyennes

mars
2018
Retour en force au Mexique : à la conquête d'une présidence autrefois « volée »

octobre
2017
Réouverture de l'ALENA : match nul pour le Mexique

novembre
2016
La « révolution en herbe » des Amériques : vers une libéralisation du cannabis au Mexique

novembre
2015
Le pétrole mexicain : une réforme énergétique nécessaire ?

octobre
2015
La justice mexicaine impuissante face à l'affaire des étudiants disparus

mars
2015
Un James Bond pour redorer l'image du Mexique

janvier
2015
Mexique : le déclin de Pena Nieto


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019