16 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

11 mars 2011

Séisme dévastateur au Japon

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Tsunami au Japon

Un tremblement de terre de force 9.0 secoue Honshu, l'île la plus populeuse du Japon. Il cause des dégâts importants et provoque un tsunami dévastateur qui sèmera la mort et la désolation dans plusieurs villes côtières du pays, en plus d'entraîner un état d'alerte nucléaire.

Le Japon est régulièrement affecté par de puissants séismes. Selon les analystes, aucun n'aurait cependant eu la force de celui qui frappe la région du Tohoku, dans le nord-est de l'île de Honshu, le 11 mars 2011. D'une durée de 2 à 3 minutes, une secousse évaluée à 9.0, soit la plus importante du XXIe siècle dans le monde, est ressentie dans plusieurs pays. C'est toutefois au Japon que son impact est le plus fort. Environ 600 kilomètres de côtes sont frappés par un tsunami dont les vagues atteignent environ 15 mètres. Des villes et villages sont submergés en quelques minutes, sous l'oeil de caméras qui permettront la retransmission d'images stupéfiantes à travers le monde. Les coûts humains du tsunami, qui varient de jour en jour, seront évalués à une vingtaine de milliers de morts et disparus, ainsi qu'à une centaine de milliers de réfugiés. Les dommages matériels sont également élevés, les pertes étant estimées à plus de 3% du produit intérieur brut de l'une des plus grandes économies du monde. Un plan d'urgence est mis en branle, mais l'on estime qu'il faudra plusieurs années avant de reconstruire ce qui a été détruit. D'autre part, les dégâts occasionnés sur des centrales nucléaires (Fukushima Daiichi et Daini, Onagawa, Tokai), où l'on observe un taux de radioactivité anormalement élevé, avivent les inquiétudes au sein de la population. Des évacuations sont ordonnées et des milliers de ressortissants étrangers quittent le Japon, alors que les médias rapportent avec détail les efforts des autorités afin d'éviter une catastrophe majeure. Cette situation a même des répercussions hors de l'archipel nippon, car elle relance dans plusieurs pays le débat sur la pertinence de l'énergie nucléaire et sur les normes de sécurité entourant son exploitation.

Dans les médias...


Dominique Moisi, « Japon : le défi de la nature »

«...Ce désastre unique va-t-il contribuer à approfondir la crise identitaire d'un pays vieillissant, qui vient d'être relégué par la Chine à la troisième place dans le classement des économies mondiales, dont la dette est abyssale et qui, à de très rares exceptions près, considère ses dirigeants politiques avec un mélange de défiance et de mépris ? Ou bien l'inverse est-il possible ? L'énormité du défi posé par la nature à l'homme va-t-il en quelque sorte conduire au « réveil du Japon » ? Un réveil économique grâce à l'ampleur des reconstructions nécessaires, un réveil moral face au caractère unique du désastre. Le coût humain de la catastrophe, celui, énorme, des destructions matérielles ne peuvent que pousser le pays à donner le meilleur de lui-même et à retrouver dans sa culture insulaire d'une très grande richesse les énergies collectives dont une autre île, la Grande-Bretagne, a su faire preuve en juin 1940 dans de tout autres circonstances, face à la folie d'un homme et non face à celle de la nature. Mais peut-il exister un Churchill Japonais ? »

Les Échos (France), 14 mars 2011, p. 17.

Jean d'Ormesson, « Japon : pour qui sonne le glas...»

«...Ce qu'il y a de bouleversant dans le désastre de ce pays techniquement si avancé qu'est le Japon, c'est la présence de la télévision. La nature se lance à l'assaut de la technique, mais la technique s'empare de sa propre déroute et la présente au monde entier. (...) Aujourd'hui, la phrase fameuse : « Aucun homme n'est une île [...] ne demande jamais pour qui sonne le glas : il sonne pour toi » prend un sens et une force que le poète John Donne n'aurait jamais osé imaginer. Ce sont les Japonais qui sont touchés et qui souffrent, mais, tous, autant que nous sommes, nous sommes déjà les victimes désignées de lendemains encore dans les limbes mais déjà dans les esprits. Notre progrès est fragile. La science est vulnérable. Dans le grand combat de l'histoire, qui prend justement, par une ruse de l'histoire, l'allure d'un de ces arts martiaux chers au Japon, la nature sait à merveille se servir de notre force pour la changer en faiblesse. Un jour, lointain peut-être, lointain espérons-le, une ville ou une région des États-Unis encore triomphants ou de notre vieille Europe, déjà sous sa gloire passée à demi endormie, sera touchée à son tour par une de ces catastrophes où la nature des choses fait plier le génie des hommes. Nous sommes tous des Japonais frappés par ce qui les dépasse. Tous, autant que nous sommes, nous sommes déjà les victimes désignées de lendemains encore dans les limbes mais déjà dans les esprits. »

Le Figaro (France), 14 mars 2011, p. 18.

Claude Picher, « La tête froide »

«...malgré les apparences, l'impact du tsunami sur l'économie mondiale sera beaucoup moins important qu'on pourrait le croire à première vue. Lors des grandes catastrophes, les analystes et commentateurs ont toujours tendance à noircir les choses, surtout dans le secteur économique. (...) Vrai, le tsunami est un coup dur pour l'économie japonaise, comme le tremblement de terre de janvier 2010 a été épouvantable pour l'économie haïtienne. La différence entre les deux, c'est que le Japon est parfaitement équipé pour s'en remettre rapidement. Le pays dispose de toutes les compétences techniques, d'une expertise unique en gestion des séismes, et il a accès à tout le financement nécessaire; en quelques mois, il peut rebâtir les édifices en ruine, refaire les infrastructures, rouvrir ses centrales nucléaires et ses usines automobiles fermées à cause de la catastrophe. On voit mal, dans ces conditions, comment le tsunami japonais pourrait perturber l'économie mondiale. Tout au plus pourrait-on parler de vaguelette. »

La Presse (Québec, Canada), 12 mars 2011, cahier Affaires, p. 1.

Jason Kirby, Nancy MacDonald, Julia Belluz, « Fearing the fallout »

«...It's not just in Japan that nuclear's future suddenly looks bleak. Just a few weeks shy of the 25th anniversary of the Chernobyl disaster, it's taken nearly as long for the industry to recover from that terrible legacy. In the past couple of years, talk of a « nuclear renaissance » became more common, fuelled by worries over climate change and energy shortages. Hundreds of new reactor projects were in the planning stages. Now, across Europe, anti-nuclear protesters feel reinvigorated. In the U.S., there were calls from some legislators for President Barack Obama to rethink his support for the sector. And in Canada, uranium companies saw their stock prices plunge as investors speculated the reactor crisis in Japan means the renaissance is over before it started. For the Japanese right now, those are still distant questions for another time, when the smoke and radioactive fallout from its nuclear crisis have been contained once and for all. »

MacLean's (Canada), 28 mars 2011, p. 55.

Gouvernance et gouvernement [ 11 mars 2011 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Japon
ÉlevéAkihito (Tsugu-no-miya)Naoto Kan

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2006 - 2016



août
2009
Élection au Japon du Parti démocratique de Yukio Hatoyama

août
2009
[Résultats] Élections législatives

mars
2011
Séisme dévastateur au Japon

décembre
2012
Élection au Japon du Parti libéral démocrate de Shinzo Abe

décembre
2012
[Résultats] Élections législatives

décembre
2014
Réélection au Japon du Parti libéral démocrate de Shinzo Abe

décembre
2014
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


février
2019
Japon : la population nippone pourrait disparaître d'ici 1000 ans

novembre
2018
La peine de mort au Japon : une violation des droits de la personne?

octobre
2017
Tokyo face à plusieurs défis pour les Jeux olympiques

octobre
2017
JEFTA : la réponse euro-japonaise à l'isolationnisme

février
2017
Sommet Russie-Japon : l'économie avant la paix

janvier
2017
Japon : du pain sur la planche pour Murata à la tête de l'opposition

septembre
2016
Les élections japonaises : une ouverture vers une révision constitutionnelle

septembre
2016
Japon : une relance économique risquée

février
2016
Fukushima, Japon : les fantômes du passé ressurgissent

octobre
2015
Le règne d'Ahikito : l'empereur moderne


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016