Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

23 novembre 2017

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

4 décembre 2011

Réélection du parti Russie unie en Russie

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Vladimir Poutine

Le parti Russie unie est reporté au pouvoir avec 238 sièges sur les 450 que compte la Douma. Cette récolte constitue un net recul pour la formation du premier ministre Vladimir Poutine qui est également la cible de contestations pour la façon dont le scrutin a été orchestré.

Le parti Russie unie de l'ex-président Vladimir Poutine (1999 à 2008) domine la vie politique russe au cours du XXIe siècle. Lors des législatives de 2008, il remporte une victoire écrasante avec plus de 64% des voix et 315 sièges. Cela permet à Poutine, qui ne peut exercer un troisième mandat consécutif à la présidence, d'accéder au poste de premier ministre alors qu'un autre membre de sa formation, Dmitri Medvedev, devient président. Les choses sont plus corsées en 2011, les sondages laissant entrevoir une autre victoire de Russie unie, mais par une marge inférieure. De fait, celle-ci remporte la majorité des sièges, 238 sur 450, mais n'obtient que 49,3% des voix. À cause du système en vigueur, seulement trois autres partis seront représentés à la Douma : le Parti communiste de la Fédération de Russie, Russie juste et le Parti libéral-démocrate de Russie. Les trois sont en hausse dans les intentions de vote par rapport à 2008, ce qui démontre une certaine insatisfaction à l'endroit du gouvernement. L'impuissance de Russie unie à obtenir deux tiers des sièges signifie également qu'elle aura besoin de l'appui d'une autre formation si elle souhaite faire adopter un amendement constitutionnel. Les analystes s'entendent pour dire qu'il s'agit d'un net recul pour le gouvernement. D'autant plus que des accusations d'irrégularités pleuvent contre Russie unie, alimentant une grogne qui s'exprime dans les rues. Le 24 décembre, une imposante manifestation se déroulant à Moscou attire des dizaines de milliers de mécontents. Cette démonstration est suivie par une autre des partisans du gouvernement. À la lumière de ces rebondissements, plusieurs s'interrogent déjà sur l'allure que prendra l'élection présidentielle de mars 2012 à laquelle Poutine compte participer.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Veronika Dorman, « Claque surprise pour Russie unie »

«...La cote de popularité de ce parti omnipotent est en baisse depuis longtemps, surtout dans les grandes villes comme Moscou ou Saint-Pétersbourg. Son nom évoque désormais dans l'esprit de beaucoup d'électeurs les grosses bedaines repues, les promesses « soviétiques » de lendemains chantants qui n'arrivent jamais, les mouvements de jeunesse écervelés et agressifs. Dévoilées au grand jour grâce aux ONG et à Internet, les fraudes et les violations qui ont émaillé la campagne ont fini par jouer contre le parti de Poutine. (...) Même l'OSCE - Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe - , d'habitude circonspecte sur les accusations de fraudes massives, a rendu un rapport accablant hier, dénonçant des bourrages d'urnes pendant le décompte des voix et le manque d'indépendance des autorités électorales et des médias durant la campagne. Pour autant, l'image de Vladimir Poutine en est-elle affectée ? Doit-on interpréter ces résultats comme un désaveu du Premier ministre qui compte revenir à la présidence au mois de mars ? On est tenté de rapprocher cette dernière « claque » aux sifflets de la foule qui ont récemment accueilli Poutine, lorsqu'il est sorti sur le ring après un match de boxe. C'était le premier crime massif de lèse-majesté de l'histoire des relations de l'homme fort avec le peuple. »

Libération (France), 6 décembre 2011, p. 12.

Benjamin Quenelle, « Le Kremlin l'emporte mais essuie un sérieux échec aux législatives »

«...Certains, parmi les kremlinologues, affirment que la victoire étriquée de Russie unie pourrait servir de prétexte à Vladimir Poutine pour avancer la présidentielle et rompre son pacte, se séparant d'un Dmitri Medvedev affaibli et tenu responsable. Une issue improbable. Parce que Vladimir Poutine est réputé homme de paroles. Et parce que, pour appliquer leur accord, Dmitri Medvedev a calé sa campagne sur les discours et méthodes de son mentor. Le futur premier ministre sera désormais jugé sur la réalisation de ses promesses initiales. Principal critère aux yeux des Russes : la lutte anti-corruption qui, lancée haut et fort par Dmitri Medvedev, est, de son propre aveu, un échec. L'omniprésence de l'économie grise ne cesse de croître. Dans l'éducation, notamment, où, de la garderie d'enfants à l'université, le marché annuel des pots de vin brasse 5,5 milliards de dollars. Autre chantier sur lequel les promesses de Dmitri Medvedev tardent à se concrétiser : l'État de droit. L'absence d'une justice indépendante, d'une police non corrompue et d'un système pénitentiaire décent mine la confiance des Russes dans les structures de l'État. »

La Croix (France), 6 décembre 2011.

Jocelyn Coulon, « Le tsar ébranlé »

«...Le tsar est ébranlé, car les Russes sont exaspérés par la situation du pays. Et cette situation n'est pas rose, ni aujourd'hui ni pour demain. Certes, le pouvoir en place peut se vanter d'avoir propulsé le pays parmi les 10 grandes puissances économiques de la planète et d'avoir amélioré le niveau de vie de quelques millions d'habitants. Cependant, ce résultat a toutes les allures d'un village Potemkine: beau de l'extérieur, délabré de l'intérieur. La nouvelle richesse de la Russie est essentiellement le résultat d'une hausse vertigineuse du prix des matières premières, comme le pétrole et le gaz, les minerais et le bois. Avec les produits de l'industrie militaire, les matières premières constituent l'essentiel de ses exportations. Tout ceci est conjoncturel et profite à une petite classe d'entrepreneurs et à certains segments de la minuscule classe moyenne. Pour la très grande majorité des Russes, la Russie est un pays du tiers-monde avec des armes nucléaires. »

La Presse (Québec, Canada), 7 décembre 2011, p. A22.

Charles Clover et Courtney Weaver, « Putin's party loses support in Russian vote »

«...The fall in support represents a serious setback for the dominant party, which has been the target of a citizenry fed up with what it claims is official corruption, having dubbed it the « party of crooks and thieves ». (...) The strengthening of the opposition opens up the possibility of political dealmaking in the Duma, with United Russia potentially forming a coalition with Just Russia and/or the Liberal Democrats to acquire a supermajority. But there is a possibility in the changed political environment, that the Duma will become less manageable. « If everyone unites against United Russia, then there is colossal potential, » said Mr Mitrofanov (un député de l'opposition). Fearing Sunday's poor showing, Russian authorities launched a full-scale political crackdown against both opposition groups and neutral observers, evidently aimed at trying to intimidate people from questioning the results of the election. Falsification undoubtedly played a role, with many critics saying that United Russia totals would have been much lower but for massive violation in the voting and counting. »

Financial Times (Royaume-Uni), 5 décembre 2011.

Gouvernance et gouvernement [ 4 décembre 2011 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Russie
LimitéDimitri MedvedevVladimir Poutine

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2006 - 2016



décembre
2007
Élection en Russie du parti Russie unie de Vladimir Poutine

décembre
2007
[Résultats] Élections législatives

mars
2008
Élection de Dmitri Medvedev à la présidence de la Russie

mars
2008
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
2011
Réélection du parti Russie unie en Russie

décembre
2011
[Résultats] Élections législatives

mars
2012
Élection de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie

mars
2012
[Résultats] Élection présidentielle

février
2014
Ouverture des Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, en Russie

mars
2014
Tenue d'un référendum en Crimée

juillet
2014
Écrasement d'un avion de la Malaysia Airline au-dessus du territoire ukrainien

janvier
2015
Chute importante du prix du baril de pétrole

octobre
2015
Attentat contre un avion de la compagnie russe Metrojet

septembre
2016
Réélection en Russie du parti Russie unie

septembre
2016
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


septembre
2017
L'Europe à la rencontre des Russes

mars
2017
La réticence russe face à la COP 21

février
2017
Quand les traditions conservatrices l'emportent en Russie

octobre
2016
La guerre du Donbass et l'escalade des tensions OTAN-Russie

octobre
2016
La mer Baltique agitée par des discordes politiques

octobre
2016
La Russie à Rio 2016 : le bouc émissaire du dopage sportif

mars
2016
25 ans plus tard : un retour sur l'héritage de Gorbatchev

septembre
2015
La Russie fête le 70e anniversaire de sa victoire contre l'Allemagne nazie

avril
2015
L'énergie et l'arsenal nucléaire : une importance capitale pour la Russie

décembre
2014
Le gaz naturel au coeur du bras de fer Russie-Europe


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016