25 juin 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

7 octobre 2012

Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Hugo Chavez, Fidel Castro

Le président sortant du Venezuela, Hugo Chavez, est réélu avec 55,2% des voix. Il s'agit d'une quatrième victoire électorale consécutive pour Chavez qui devance Henrique Capriles, le candidat de la Coalition pour l'Unité démocratique (CUD). Celui-ci obtient l'appui de 44,1% des électeurs.

Au pouvoir depuis 1999, Chavez a connu un dernier mandat difficile depuis sa victoire de 2006. Son état de santé est sujet aux spéculations, le cancer qui l'affecte l'ayant forcé à subir des traitements sur une base régulière. Son Parti socialiste unifié (PSU) voit également sa majorité diminuer lors des législatives de septembre 2010. Le leader de la Révolution bolivarienne reste néanmoins très populaire, particulièrement auprès des couches les plus pauvres qui profitent des politiques sociales mises en place sous son règne. Pour lui faire face lors de l'élection présidentielle, plusieurs partis se réunissent sous le chapeau de la CUD. Lors de primaires tenues le 12 février, cette coalition choisit Henrique Capriles comme candidat. Gouverneur de l'État de Miranda de 2008 à juin 2011, cet homme politique de centre droit se dit favorable à l'entreprise privée, tout en étant attaché à une répartition équitable de la richesse et à la justice sociale. Admirateur de l'ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, Capriles, qui est âgé de 40 ans, fait bonne figure dans les sondages. Le jour du scrutin, il récolte 44,1% des voix, un score nettement plus élevé que le principal opposant à Chavez lors de l'élection de 2006. Représentant la coalition Grand Pôle patriotique, celui-ci est tout de même réélu avec 55,2% des votes. Malgré une campagne hargneuse, marquée par de dures attaques de part et d'autre, les deux candidats adoptent une attitude conciliante après le dévoilement des résultats. Chavez, maintenant âgé de 58 ans, tend même la main à l'opposition afin qu'elle travaille avec lui. Fait à souligner, plus de 80% des Vénézuéliens se sont exprimés à cette occasion, un pourcentage important dans un pays où le vote n'est pas obligatoire.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Vincent Taillefumier, « Hugo Chavez porté par « l'amour du peuple »

«...tandis que la fête continuait sous le «Balcon du peuple» jusqu'à 4 heures du matin, le secret qui entoure sa santé alimentait toujours les spéculations. S'il devait mourir, qui pourrait diriger la révolution? En 14 ans de pouvoir centralisateur, l'ex-officier a écarté les têtes promptes à briller ou à critiquer, et il n'a pas de dauphin désigné. Depuis l'an dernier, des noms circulent: le terne mais efficace vice-président, Elias Jaua, l'ex-syndicaliste et indéboulonnable ministre des Affaires étrangères, Nicolas Maduro, le controversé dirigeant de parti Diosdado Cabello, accusé d'affairisme... Plusieurs se mesureront à l'opposition lors des élections régionales de décembre. Le président est arrivé en tête dans la quasi-totalité des 24 Etats, mais les derniers scrutins locaux, encourageants pour l'opposition, ont montré que l'attachement au Comandante ne se traduisait pas nécessairement par la victoire de ses candidats. Les aspirants à la succession devront démentir la thèse selon laquelle «il n'y a pas de chavisme sans Chavez». »

Le Temps (Suisse), 9 octobre 2012.

Cathy Ceïbe, « Une victoire sans appel pour Hugo Chavez »

«...L'opposition a très vite reconnu le verdict des urnes, contrairement à ce que la majorité présidentielle redoutait. « Pour savoir gagner, il faut savoir perdre, a déclaré doctement Henrique Capriles Radonski. La parole du peuple est sacrée. » La droite avait pourtant placé beaucoup d'espoir en la figure de ce jeune avocat qui a su mener sa campagne électorale avec dynamisme et une certaine finesse démagogique en vue de séduire l'électorat populaire, plutôt favorable à son adversaire. Au point même que la presse, surtout étrangère, le voyait déjà à Miraflores. « Nous avons semé beaucoup d'arbres et ces arbres donneront beaucoup de fruits », a-t-il dit, en allusion aux prochaines élections des gouverneurs en décembre, mais, surtout, dans la perspective des municipales d'avril 2013. Manière aussi pour le gouverneur de l'État de Miranda de placer ses pions face à certains de ses partenaires de la MUD, dont « l'unité » pourrait souffrir de tensions internes dans la prochaine période. »

L'Humanité (France), 9 octobre 2012.

François Brousseau, « Chavez pour toujours ? »

«...Hugo Chávez n'est pas qu'un caudillo, représentant d'une nouvelle caste clientéliste qui s'incruste aux commandes d'un pétro-État, manipulant un discours populiste, distribuant prébendes et subventions pour son intérêt politique. Il n'est pas que cela. Car Chávez reste aussi, en même temps, le héros authentique des masses de déshérités qui continuent à manifester envers sa personne, plus que du respect politique ou un simple réflexe d'intérêt... un véritable amour, une fascination magique. (...) Cet homme qui choque les bourgeois, les gens de goût, les économistes et bien des démocrates par ses bouffonneries, ses intimidations, ses insultes à répétition, sa suspension de l'Assemblée législative, sa gestion erratique des finances publiques, son usage éhonté de la justice et de l'État propagandiste, cet homme a néanmoins réussi à établir, avec une partie importante - voire majoritaire - de son peuple, une relation fusionnelle qui se fiche pas mal des contre-pouvoirs et autres équilibres démocratiques « bourgeois ». »

Le Devoir (Québec, Canada), 9 octobre 2012, p. B1.

Moises Naim, « Goliath wins, but Venezuela is at a turning point »

«...this election may still mark a turning point in Venezuelan politics. The opposition is better organised and, in Mr Capriles, it has found the best leader it has had since Mr Chávez rose to power. In contrast to the ideological, divisive tactics of the latter, Mr Capriles campaigned on messages of national harmony, tolerance against political opponents and pragmatism - and he succeeded in boosting the anti-Chávez vote by 60 per cent compared with the last election. Millions of erstwhile Chávez supporters have abandoned him. It is impossible to win the 6.5m votes that Mr Capriles received last Sunday without the support of millions of poor people who in past elections were stalwart Chávez voters. Nevertheless, he failed to unseat the president. This was, first, because charisma and cunning make Mr Chávez a formidable competitor who enjoys broad popular support. But in this case, oil matters more than talent. Incumbents always have advantages over their challengers, and Mr Chávez is an incumbent on steroids. He controls all the levers of power and can tap Venezuela's oil revenues at will. Mr Capriles said: « I am not running against another candidate, I am running against the Venezuelan state. » »

Financial Times (Royaume-Uni), 10 octobre 2012, p. 9.

Gouvernance et gouvernement [ 7 octobre 2012 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Venezuela
FaibleHugo Chavez

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2007 - 2016



février
2009
Tenue d'un référendum au Venezuela

septembre
2010
[Résultats] Élections législatives

octobre
2012
Réélection de Hugo Chavez à la présidence du Venezuela

octobre
2012
[Résultats] Élection présidentielle

mars
2013
Décès du président vénézuélien Hugo Chavez

avril
2013
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
2015
Victoire de l'opposition aux législatives vénézuéliennes

décembre
2015
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


octobre
2018
Pauvreté et criminalité : le cocktail explosif de Caracas

octobre
2018
L'élection présidentielle au Venezuela : des résultats contestés

janvier
2018
Le leader de l'opposition Antonio Ledezma fuit le Venezuela

octobre
2017
Une Assemblée constituante sème l'inquiétude au Venezuela

novembre
2016
Impasse institutionnelle au Venezuela : suspension du référendum révocatoire

février
2016
L'économie du Venezuela: au fond du baril

octobre
2015
Une victoire progressive pour Leopoldo López au Venezuela

février
2015
Venezuela : après Chavez, la crise

novembre
2014
Le Venezuela de Nicolas Maduro: l'essoufflement d'une révolution

février
2014
Manifestations à Caracas : la ville divisée entre les rouges et les blancs


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016