25 mai 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

juin 2013

Manifestations d'envergure au Brésil

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Dilma Rousseff

La hausse du prix des transports en commun dans des villes du Brésil est à l'origine d'importantes manifestations au cours desquelles s'expriment différentes revendications politiques. Elles dégénèrent en un mouvement de protestation nationale, le plus imposant dans ce pays depuis une vingtaine d'années.

D'abord évoquée à Natal, en 2012, puis à Porto Alegre, en avril 2013, la question de la hausse des coûts du transport en commun mobilise des milliers de personnes dans plusieurs villes brésiliennes. En mai, des altercations surviennent avec les policiers à Goiânia, contribuant à la grogne. Le nombre de manifestants est à la hausse et les motifs de leur mécontentement se diversifient : brutalité policière, taxes trop élevées, mesures sociales inadéquates, dépassement des coûts des grands événements sportifs, corruption au sein de l'appareil gouvernemental, inflation, etc. Des centaines de milliers, voire des millions de personnes prennent la rue à quelques occasions en juin, un phénomène dont le retentissement international est amplifié par la tenue au Brésil d'un tournoi de football d'envergure : la coupe des Confédérations. Il s'agit des plus importants rassemblements du genre au Brésil depuis une vingtaine d'années. Lors d'un discours télévisé, la présidente Dilma Rousseff s'engage à rencontrer des élus afin de trouver une solution aux principales récriminations. Elle propose aussi la tenue d'un référendum sur des réformes politiques. À court terme, des mesures sociales sont adoptées et des villes annulent la hausse prévue dans les transports en commun. Cette réaction ne met pas fin aux démonstrations qui se poursuivent, notamment avant les parties de football, avant de cesser à la fin juin. Les analystes continuent néanmoins de s'interroger sur les motivations profondes derrière cette éruption de colère (ralentissement économique, accroissement des inégalités sociales, etc.). Rousseff, une femme de gauche, est d'ailleurs en chute libre dans les sondages. Dans ce contexte, la capacité du Brésil de tenir de grands événements internationaux - coupe du Monde de football de 2014, Jeux olympiques d'été de 2016 - est également matière à spéculations.

Dans les médias...


Laurette Coen, « La jeunesse brésilienne exige un avenir hors les Jeux »

«...Stupeur: les jeunes Brésiliens se détournent de leur sport favori! Ils dénoncent l'inversion des priorités, les dépenses colossales consenties pour la Coupe du monde 2014 et les Jeux olympiques de Rio 2016, les stades construits à coups de milliards et à grande vitesse alors que les exigences les plus élémentaires de la population - santé, éducation, mobilité, sécurité, justice - ne sont pas satisfaites et que les réformes promises sont éternellement différées. La Coupe des Confédérations, répétition générale de la Copa, grande fête d'un Brésil émergent et triomphant, se déroule sous forte protection policière. Gênant pour la guérillera que fut la présidente Dilma Rousseff et pour son prédécesseur, l'ancien syndicaliste Lula, devenu son mentor. Ni l'un ni l'autre n'ont rien vu venir, pas plus qu'aucune autre instance du pouvoir central ou des États de la Fédération brésilienne. Cette surprise, de même que l'incompréhension initiale et avouée du gouvernement, constitue le meilleur indice du fossé qui s'est creusé entre la population et ses représentants, si populaires soient-ils. Ce que dénoncent les jeunes gens dans la rue, c'est précisément qu'il faille y descendre massivement pour se faire entendre. »

Le Temps (Suisse), 20 juin 2013.

Chantal Rayes, « Ce n'est pas la Turquie, c'est le Brésil qui sort de l'inertie ! »

«...La présidente qui briguera sa propre succession l'an prochain est toujours donnée gagnante au premier tour mais, pour la première fois, sa popularité est en baisse: moins sept points depuis mars, selon une récente enquête. Car l'euphorie des années Lula est bien passée. La mauvaise gestion économique a fait repartir l'inflation à la hausse. La croissance s'essouffle. Comme le dit le sociologue Rudá Ricci (...), l'absence d'un leader charismatique se fait sentir. Or, à l'inverse de Lula, qui savait parler à son peuple pour lui demander patience, Dilma Rousseff est une technocrate dénuée de talents oratoires. Face à la révolte, la présidente ne veut montrer ni indifférence ni inquiétude excessive, se bornant à déclarer que «les manifestations pacifiques sont légitimes». Le ministre Gilberto Carvalho a reconnu, lui, que le gouvernement «n'a pas encore compris ce qui en est train de se passer». L'opposition semble elle aussi dépassée par les événements. Reste à savoir si le mouvement va se consolider. »

Le Soir (Belgique), 19 juin 2013, p. 8.

Nicolas Bourcier, « Brésil : une déferlante de revendications »

«...Une internationale de la parole poétique s'est installée sur l'asphalte de ce grand Brésil avec un humour nourri d'un sens tragique de la dérision. Avec ici des résultats déjà palpables. Après deux semaines de manifestations, les protestataires ont obtenu l'annulation de la hausse des prix des transports dans plus d'une soixantaine de villes. Le Congrès vient de rejeter un projet de loi, la PEC 37, qui limitait le pouvoir des enquêteurs et des magistrats, un texte qui favorisait l'impunité des corrompus. Après l'avoir bloqué durant des années, les députés ont approuvé cette semaine un projet de loi pour destiner 75 % des revenus du pétrole au secteur de l'éducation et 25 % à la santé. Surtout, la Cour suprême a ordonné mercredi l'incarcération immédiate de Natan Donadon, membre d'un parti de la coalition au pouvoir, condamné en 2010 à treize ans de prison pour détournement de fonds publics, une première à l'encontre d'un élu en fonctions depuis l'adoption de la Constitution de 1988. Et puis, il y a eu cette exigence, « une réforme politique maintenant », une des revendications les plus reprises par les manifestants. La présidente Dilma Rousseff s'est engagée à faire un référendum sur la question. De quoi donner du sens à cet autre slogan dessiné sur une pancarte carioca : « Transformons l'euphorie en héritage. »

Le Monde (France), 29 juin 2013, p. 19.

S.A., « Protests in Brazil : Taking to the Streets »

«...There is no shortage of causes. Violent crime and political corruption are endemic; police brutality is commonplace in poor neighbourhoods. Crack cocaine is sold and consumed openly in every big city. Brazilians pay taxes at rich-world rates (36% of GDP) and get terrible public services in return. The cost of living is startling. A minimum-wage worker in Sao Paulo whose employer does not cover transport costs (an obligation for formal employees) must spend a fifth of his pay to slog to work on a hot, overcrowded bus from the city's distant periphery. But none of this is new. In fact, the past decade's economic growth has brought the biggest gains to those at the bottom of the heap. So why now? One reason is that the world is watching: the Confederations Cup, a dress rehearsal for next year's tournament, kicked off on June 15th. Another is a recent spike in inflation, which is eating into consumers' buying power just as a credit binge has left them overstretched. »

The Economist (Royaume-Uni), 22 au 28 juin 2013, p. 40.

Gouvernance et gouvernement [ 0 juin 2013 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Brésil
IntermédiaireDilma Rousseff

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2008 - 2016



octobre
2010
Élection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

octobre
2010
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2010
[Résultats] Élections législatives

juin
2013
Manifestations d'envergure au Brésil

octobre
2014
Réélection de Dilma Rousseff à la présidence du Brésil

octobre
2014
[Résultats] Élection présidentielle

octobre
2014
[Résultats] Élections législatives

août
2016
Ouverture des Jeux olympiques de Rio de Janeiro


Dans l'actualité


novembre
2018
Le Brésil paralysé par une grève des routiers

octobre
2018
Élection présidentielle au Brésil : un conservateur et misogyne au pouvoir

avril
2018
Inculpation de Luiz Inacio Lula da Silva : la déchéance d'un héros brésilien

septembre
2017
Mobilisation citoyenne au Brésil : la tête de Temer en jeu

avril
2017
Petrobras : toxique pour l'État brésilien?

novembre
2016
La situation amazonienne: un éternel débat entre environnement et économie

octobre
2016
Le Brésil au bord de la crise

septembre
2016
Des jeux Olympiques inoubliables et une facture salée

février
2016
JO Rio2016 : des Jeux olympiques à rabais

novembre
2014
Élections au Brésil : Dilma Rousseff réélue, mais il lui reste à faire ses preuves


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016