Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

15 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

15 décembre 2013

Élection de Michelle Bachelet à la présidence du Chili

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Michelle Bachelet

La gauche revient au pouvoir au Chili alors que Michelle Bachelet, la candidate de la coalition Nouvelle Majorité (NM), devance nettement Evelyn Matthei de la Coalition pour le changement. Cette victoire marque le retour à la présidence de Bachelet qui avait occupé ce poste entre 2006 et 2010.

Selon la Constitution chilienne, le président Sebastian Pinera, en poste depuis 2010, ne peut effectuer un deuxième mandat consécutif. Malgré de bonnes performances économiques, celui-ci a connu une fin de mandat difficile, marquée par une forte contestation étudiante. L'écart croissant entre riches et pauvres est un autre facteur de mécontentement. L'ex-présidente Michelle Bachelet, candidate de la coalition de gauche Nouvelle Majorité au premier tour de l'élection du 17 novembre 2013, promet de s'y attaquer. En plus d'une révision de la fiscalité, qu'elle veut plus exigeante à l'endroit des entreprises et des hauts salariés, elle souhaite réformer les systèmes d'éducation et de santé ainsi que la Constitution de 1980, adoptée sous le régime d'Augusto Pinochet. Son adversaire la plus sérieuse est Evelyn Matthei. Cette économiste et ex-ministre du Travail et de la Sécurité sociale sous Pinera est la candidate de la Coalition pour le changement, un regroupement de partis de droite. La popularité de Bachelet, qui a été secrétaire générale de l'organisation ONU (Nations unies) femmes de 2010 à 2013, se confirme dans les sondages. Lors du premier tour, le 17 novembre, elle arrive nettement en tête des neuf candidats en lice avec 46,7% des voix, devançant Matthei (25%), Marco Enriquez-Ominami (11%), de centre gauche, ainsi que Franco Parisi (10,1%), un indépendant. Aucun candidat n'ayant obtenu 50%, un second tour est tenu le 15 décembre. Il oppose deux femmes, Bachelet et Matthei, une première dans l'histoire politique chilienne. Sans surprise, Bachelet triomphe avec 62,2% des votes. Nouvelle Majorité connaît aussi du succès aux législatives, remportant 67 des 120 sièges. Selon les analystes, la nouvelle présidente aura toutefois fort à faire afin de tenir ses engagements dont les coûts risquent d'excéder les revenus disponibles.

Résultats du scrutin

Dans les médias...


Gérard Thomas, « Chili : Bachelet retrouve le sommet »

«...Les jeunes, surtout, ont boudé les urnes, car «ils se méfient d'un système politique en pleine crise de représentativité», selon Miguel Crispi, 28 ans, ancien leader étudiant et l'un des fondateurs du mouvement Révolution démocratique (gauche). «Aujourd'hui, Michelle Bachelet a toutes les cartes en main, estime-t-il. Elle peut s'appuyer sur une majorité parlementaire obtenue lors des élections législatives du 17 novembre. (...) À elle de nous démontrer qu'elle veut réellement changer la donne.» Même son de cloche pour Marco Enriquez-Ominami, 40 ans, chef de file du Parti progressiste (gauche) arrivé en troisième position lors du premier tour : «Bachelet incarne désormais tous les espoirs des Chiliens. Mais pourra-t-elle s'imposer face aux parlementaires de son mouvement qui ont bloqué les réformes durant vingt-quatre ans ?» En ligne de mire, les élus de la démocratie-chrétienne qui font partie de la Nouvelle Majorité de Bachelet, une coalition dans laquelle ils cohabitent avec les socialistes et les communistes. Depuis le retour des civils au pouvoir, le Parti démocrate-chrétien, qui avait appelé au coup d'État contre le président socialiste Salvador Allende en 1973, tente principalement de conserver ce qu'il considère comme un «acquis» de la dictature, à savoir une économie florissante bien qu'imposée à coups de bottes et au prix de grandes injustices sociales. »

Libération (France), 17 décembre 2013, p. 8.

Sandra Moro Santiago, « Les défis qui attendent Michelle Bachelet »

«...Avec plus de 62% des voix, la socialiste, qui fut déjà à la tête de l'État de 2006 à 2010, est la présidente la mieux élue depuis le retour du pays à la démocratie. La faible participation (41,6%) ternit cependant quelque peu sa performance. Au moment de remplacer l'actuel président Sebastian Pinera au Palais de la Moneda, la socialiste sait que son deuxième mandat n'aura rien d'une sinécure. Elle devra notamment compter avec un léger ralentissement de la croissance, même si celle-ci devrait rester vigoureuse et se situer autour de 4% l'an prochain. Le programme de Michelle Bachelet vise à affranchir un peu plus le pays du modèle économique et institutionnel hérité de la dictature. Au menu, une nouvelle Constitution pour remplacer l'actuelle charte instaurée par Pinochet en 1980, l'instauration de l'éducation gratuite d'ici à six ans, l'optimisation du réseau de santé publique, la hausse des retraites et la mise en place d'un fonds de pension d'État, ainsi qu'une réforme fiscale destinée à dégager quelque 8 milliards de dollars. Une feuille de route bien plus dense et audacieuse que celle qu'elle avait présentée en 2006, et pour laquelle elle est attendue au tournant par des mouvements sociaux toujours plus actifs dans le pays. Or, la mise en oeuvre du programme ne sera guère aisée, en raison du puissant droit de veto que le système électoral garantit à la minorité conservatrice du parlement. »

Le Temps (Suisse), 17 décembre 2013.

Dan Collyns, Jonathan Watts, « Bachelet promises radical reforms after winning Chilean poll : President-elect pledges to help students and the poor »

«...Alongside the red, white and blue of the Chilean flag there was the red of the Communist party and the multicoloured flag of the indigenous Mapuche movement. Bachelet's Nueva Mayoria bloc embraces a broad coalition of centre-left parties. Education is high on the 62-year-old president-elect's agenda. Bachelet has promised that the state will pay the tuition fees of the poorest 70% of Chile's higher education students. She is also expected to create more public universities to break the monopoly of private institutions. « [These reforms] are about making sure that the education system doesn't reproduce an unequal society, » said Ernesto Ottone, a professor at Diego Portales University in Santiago. To fund its education policies, the new administration aims to steadily raise corporate taxes from 20% to 25%, which would bring Chile closer to the norm among developed nations. This may risk a backlash from international investors, which benefited from the more business-friendly policies of the outgoing president, Sebastian Pinera, but the country is moving in a new direction. « It's the end of a political and economic cycle and the beginning of a new one. We have a new agenda in our country, » said Ricardo Lagos, Chile's president from 2001-06. Income inequality was the first issue Bachelet must face, he said. »

The Guardian (Royaume-Uni), 17 décembre 2013.

Gouvernance et gouvernement [ 15 décembre 2013 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Chili
ÉlevéSebastian Pinera

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2008 - 2016



décembre
2009
[Résultats] Élection présidentielle

décembre
2009
[Résultats] Élections législatives

janvier
2010
Élection de Sebastian Pinera à la présidence du Chili

octobre
2010
Sauvetage de 33 mineurs au Chili

novembre
2013
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
2013
[Résultats] Élections législatives

décembre
2013
Élection de Michelle Bachelet à la présidence du Chili


Dans l'actualité


novembre
2018
Le Chili : pays dépendant de l'or rouge

septembre
2018
Scandale de pédophilie : l'Église chilienne en crise

janvier
2018
Législatives chiliennes : la réforme enfin appliquée!

septembre
2017
Chili: un dur retour à la réalité pour Bachelet

janvier
2016
Une nouvelle Constitution au Chili ?

septembre
2015
Chili : un passage à vide pour Michelle Bachelet ?

octobre
2013
Présidentielle au Chili : bataille de titans entre l'ex-président Bachelet et la « dame de fer » de la droite

septembre
2013
Chili: manifestations du 1er mai mouvementées

avril
2013
L'Union européenne et la Communauté des États latino-américains et des Caraïbes se réunissent à Santiago

janvier
2012
Le Chili lève le voile sur la mort controversée d'Allende


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016