Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

21 octobre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

5 octobre 2015

Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Partenariat transpacifique

Des représentants de 12 pays de l'Asie-Pacifique et des Amériques s'entendent sur un Partenariat transpacifique (PTP) qui, s'il est ratifié par les signataires, constituera le plus important accord commercial régional de l'histoire. Les pays impliqués comptent 800 millions d'habitants et environ 40 % du produit intérieur brut mondial (PIB).

En 2005, le Brunei, le Chili, la Nouvelle-Zélande et Singapour s'entendent sur un Accord de partenariat économique stratégique transpacifique favorisant le libre-échange entre eux. Il entre en vigueur l'année suivante. Par la suite, d'autres pays expriment le désir d'élargir l'entente, entraînant de longues négociations. Il s'agit des États-Unis, de l'Australie, du Pérou, du Vietnam, de la Malaisie, du Mexique, du Canada et du Japon. En tout, les 12 pays impliqués comptent 800 millions d'habitants et environ 40 % du pib mondial. Plusieurs points litigieux font durer les discussions - l'agriculture, la durée des brevets pharmaceutiques, l'industrie automobile, etc. - , chaque pays cherchant à ce que l'abaissement des barrières douanières ou les modifications à la réglementation ne se fassent pas au détriment de son économie. À côté des enjeux traditionnels - commerce, industrie, agriculture - s'en ajoutent d'ailleurs d'autres, comme la propriété intellectuelle ou l'Internet, qui complexifient les négociations. Un accord de principe est finalement signé le 7 octobre 2015 à Atlanta. Avant d'entrer en vigueur, il faudra toutefois qu'il soit ratifié par chacun des signataires. À cet égard, si le PTP est bien accueilli par le milieu des affaires, il fait l'objet de critiques variant selon les pays. L'opacité entourant le processus ainsi que la menace qu'une déréglementation fait peser sur la souveraineté des État sont évoqués par les contestataires. À un autre niveau, plusieurs analystes perçoivent le PTP comme une volonté américaine de faire contrepoids à la Chine dans la région. Les États-Unis sont d'ailleurs impliqués dans d'autres négociations de libre-échange, cette fois avec l'Union européenne. D'autre part, d'autres pays - Corée du Sud, Philippines, etc. - pourraient participer à un éventuel élargissement du PTP.

Pour en savoir plus: Discours du nouveau premier ministre élu du Canada

Dans les médias...


Alain Ruello, Yann Rousseau, « En Asie, Washington prend sa revanche sur la Chine »

«...Sous l'impulsion de l'administration Obama, les négociations du partenariat n'ont pas porté seulement sur une réduction des tarifs douaniers imposés aux dizaines de milliers de produits échangés entre les douze partenaires, mais ont surtout poussé les capitales participantes à s'inscrire dans un modèle de développement très libéral, inspiré des valeurs américaines. Les 30 chapitres de l'accord définissent ainsi de nouvelles règles de protection de l'environnement et demandent aux États de mettre à niveau leur droit du travail, notamment en définissant un salaire minimum. Le traité va renforcer dans les pays émergents la protection de la propriété intellectuelle et contraindre la Malaisie ou encore le Vietnam à confronter leurs sociétés d'État, très subventionnées, à la concurrence du privé. Les marchés publics seront aussi plus ouverts. « Si nous n'écrivons pas ces règles économiques dans la région, la Chine le fera » , avait résumé, au printemps, Barack Obama, convaincu que le pouvoir autoritaire chinois rechignerait longtemps avant de se rallier au modèle économique et social défini par le TPP. Beau joueur, Pékin n'a pas pu faire autrement que de saluer la conclusion du Partenariat transpacifique : tout ce qui renforce l'intégration dans la zone est bon, le TPP est une bonne chose, a déclaré en substance le ministère du Commerce, espérant que cela favorise la croissance, mais aussi les négociations d'autres accords de libre-échange. Sous-entendu, pas question d'abandonner les discussions en vue de la mise en place du RCEP, un projet de partenariat régional économique poussé par Pékin pour créer une zone de libre-échange sans aucun acteur occidental. »

Les Échos (France), 9 octobre 2015, p. 9.

Stéphane Bussard, « Traité de libre-échange transpacifique : l'accord historique »

«...L'opposition au TPP va, à n'en pas douter, monter en puissance. Les syndicats, la gauche et les milieux environnementaux préparent une vive résistance pour pousser le Congrès à rejeter un traité qui, à leurs yeux, fait le jeu des multinationales. Candidat « socialiste » à la présidence, Bernie Sanders en a déjà fait un argument de campagne, jugeant l'accord « désastreux » . Ces milieux ont tous à l'esprit l'accord de libre-échange conclu par Bill Clinton en 1993 avec le Mexique et le Canada (Aléna) qui aurait, selon eux, coûté à l'économie américaine quelque 700 000 emplois. L'opposition au TPP est multiforme. Des élus républicains du Congrès et des candidats à la présidentielle comme Donald Trump fustigent déjà l'accord. Pour Barack Obama, la bataille du Congrès, appelé à voter sur l'accord au début de 2016, promet d'être épique. Même la candidate à l'investiture démocrate Hillary Clinton, favorable aux négociations quand elle était secrétaire d'État, sera face à un choix cornélien. Elle devra montrer qu'elle n'est pas contre le libre-échange pour rassurer les milieux économiques. Mais elle devra aussi tenir compte de l'aile gauche du Parti démocrate émoustillée par la candidature de Bernie Sanders. Du côté des républicains, le dilemme n'est pas plus facile. Approuver le TPP, c'est attribuer à Barack Obama, leur ennemi de toujours, une victoire retentissante. S'y opposer, c'est risquer de saper leur image de parti de l'économie. Pour le président Obama, l'Asie est le continent qui va porter la croissance mondiale de demain.»

Le Temps (Suisse), 6 octobre 2015, p. 6.

S.A., « Le Partenariat transpacifique et l'Europe »

«...le TPP compte surtout par les normes auxquelles souscrivent ses signataires dans les domaines de l'environnement, du droit du travail, de la protection de la propriété intellectuelle et des règles sanitaires. Ces normes sont supérieures à celles que pratique la Chine, la deuxième économie du monde. Washington estime que, si les États-Unis et l'UE concluent un traité du même type - avec le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement, le TTIP, en cours de négociation - , la Chine sera obligée de s'aligner sur ces standards. Sinon, c'est elle qui soumettra le commerce mondial à ses normes - beaucoup moins exigeantes, qu'il s'agisse du droit du travail, de la propriété intellectuelle ou de la sauvegarde de la nature. Les débats seront vifs au Congrès et à la Diète japonaise, notamment. Une large fraction du Parti démocrate américain est plus que sceptique sur les mérites actuels d'une nouvelle phase de libéralisation du commerce. Elle met en avant les risques d'une autre vague de délocalisations de l'emploi américain. Elle questionne la capacité de Washington à faire respecter les normes imposées à des pays comme le Vietnam et la Malaisie en matière de droit du travail et d'environnement. Elle redoute un nouveau coup porté à une classe moyenne américaine déjà malmenée par la globalisation économique. Le débat qui va avoir lieu sur ces questions, toutes fondées, intéresse au plus haut point les Européens. Car elles seront les nôtres, ou à peu près, dès la fin de la négociation sur le TTIP. Et les réponses ne sont pas plus évidentes de ce côté-ci de l'Atlantique. »

Le Monde (France), 9 octobre 2015, p. 22.

Éric Desrosiers, « Crainte et fébrilité pour un accord historique »

«...Lancé en 2008, le PTP regroupe 12 pays : l'Australie, le Brunei, le Canada, le Chili, les États-Unis, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam. Il y régnait un certain sentiment d'urgence depuis l'échec de la rencontre précédente, à Hawaï, cet été, et avec l'approche rapide d'échéances électorales aux États-Unis et au Japon. « L'entente a été conçue de manière à ce que d'autres pays viennent s'y greffer », note Patrick Leblond, professeur à l'École supérieure d'affaires publiques et internationales de l'Université d'Ottawa. Certains se montrent déjà intéressés, comme la Corée du Sud et la Thaïlande, mais tout le monde a en tête la superpuissance économique chinoise, qui n'a pas dit non. Les États-Unis ne cachent pas que l'un des objectifs du PTP est de forcer les Chinois à adopter leurs normes en matière commerciale. Mais avant d'en arriver là, les 12 pays signataires devront faire ratifier leur entente par leurs Parlements respectifs. L'affaire ne serait pas dans le sac au Canada à en juger par la réaction des autres partis politiques. La tâche ne s'annonce pas facile non plus dans d'autres pays, comme le Japon et l'Australie, mais surtout aux États-Unis bientôt en élection présidentielle. »

Le Devoir (Québec, Canada), 6 octobre 2015, p. A1.

Jackie Calmes, « Trans-Pacific Partnership is Reached, but Faces Scrutiny in Congress »

«...Now the deal faces months of scrutiny in Congress, where some bipartisan opposition was immediate. That debate will unfurl against the backdrop of a presidential campaign in which populist anti-trade talk against the deal is already prominent. Still, for Mr. Obama the accord could be a legacy-making achievement, drawing together countries representing two-fifths of the global economy, from Canada and Chile to Japan and Australia, into a web of common rules governing trans-Pacific commerce. It is the capstone both of his economic agenda to expand exports and of his foreign policy « rebalance » toward closer relations with fast-growing eastern Asia, after years of American preoccupation with the Middle East and North Africa. « When more than 95 percent of our potential customers live outside our borders, we can't let countries like China write the rules of the global economy, » Mr. Obama said in a statement. « We should write those rules, opening new markets to American products while setting high standards for protecting workers and preserving our environment. » That argument - that the Pacific pact would be a bulwark against China's power and a standard-setter for global commerce - will be central to the president's hard sell ahead to Congress, administration officials said. »

New York Times (États-Unis), 5 octobre 2015.

Gouvernance et gouvernement [ 5 octobre 2015 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

États-Unis
ÉlevéBarack H. Obama

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2010 - 2016



mars
2010
Adoption d'une réforme majeure du système de santé aux États-Unis

avril
2010
Déversement de pétrole dans le golfe du Mexique

novembre
2010
Tenue des élections de mi-mandat aux États-Unis

novembre
2010
[Résultats] Élections législatives

août
2011
Abaissement de la cote de crédit du gouvernement des États-Unis

septembre
2011
Début du mouvement « Occupons Wall Street » à New York

octobre
2012
Déferlement de l'ouragan Sandy sur les Caraïbes et les États-Unis

novembre
2012
Réélection de Barack Obama à la présidence des États-Unis

novembre
2012
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
2012
[Résultats] Élections législatives

septembre
2014
Tenue d'une marche en faveur de la lutte aux changements climatiques

novembre
2014
Entente entre les États-Unis et la Chine sur la lutte aux changements climatiques

novembre
2014
[Résultats] Élections législatives

décembre
2014
Annonce des présidents des États-Unis et de Cuba sur les relations entre leurs pays

octobre
2015
Signature du Partenariat transpacifique à Atlanta, aux États-Unis

janvier
2016
Dévoilement de données confirmant l'établissement d'un record de chaleur en 2015

juin
2016
Attentat meurtrier dans une boîte de nuit d'Orlando, aux États-Unis

novembre
2016
Élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis

novembre
2016
[Résultats] Élection présidentielle

novembre
2016
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


octobre
2018
Cinquante ans plus tard: retour sur l'élection de 1968 et la présidence de Richard Nixon

juin
2018
L'immigration : une stratégie de mi-mandat risquée des républicains

juin
2018
Le pacte faustien de Mike Pence

mai
2018
La seconde plus longue période de prospérité américaine

avril
2018
Les mémoires de James Comey

avril
2018
Une escalade dans les tensions commerciales sino-américaines

avril
2018
Un nouveau Tea Party aux États-Unis

avril
2018
Criminalité en Californie : au-delà des idées reçues

mars
2018
Une nouvelle dynamique en faveur du contrôle des armes aux États-Unis?

mars
2018
Le Nebraska donne enfin son feu vert pour le pipeline Keystone XL


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016