21 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

29 octobre 2015

Fin de la politique de l'enfant unique en Chine

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Confrontée à de nouvelles réalités démographiques et économiques, la Chine met fin à la politique de l'enfant unique implantée en 1980. Cette annonce signifie qu'il sera désormais possible pour tous les couples, indépendamment de leur situation, d'avoir un deuxième enfant.

La Chine approche du milliard d'habitants lorsqu'elle décide d'adopter la politique de l'enfant unique en 1980. Celle-ci prévoit des sanctions pour les contrevenants. À ce moment, le taux de fécondité des Chinoises s'élève à 2,8, ce qui confirme une tendance à la baisse observée depuis plusieurs années (selon la Banque mondiale, il était de 6,16 en 1965). Des impératifs économiques et la volonté d'assurer de meilleures conditions de vie aux citoyens influenceraient la décision du gouvernement de ralentir la croissance démographique. Au fil des ans, la politique fait l'objet d'assouplissements, notamment en milieu rural. En novembre 2013, on permet aux couples, dont un des membres est enfant unique, d'avoir un deuxième enfant. Derrière cette mesure se profile le problème croissant des aînés qui ne peuvent compter que sur un enfant pour s'occuper d'eux pendant leur vieillissement. Cette tendance ira en s'accentuant puisque l'espérance de vie est de 73 ans, alors qu'elle n'était que de 45 ans en 1950, et que l'on prévoit que le quart de la population aura 65 ans et plus en 2050. Les résultats de la réforme de 2013 sont toutefois inférieurs aux attentes. Les analystes interprètent cette situation comme un reflet des valeurs et des réalités changeantes des Chinois. Lors du 5e plénum du comité central du Parti communiste chinois, le 29 octobre 2015, la Chine rompt finalement avec la politique de l'enfant unique. Désormais, il sera possible pour tous les couples d'avoir un deuxième enfant. Plusieurs s'interrogent toutefois sur la portée qu'aura cette politique, face à d'autres facteurs comme le déséquilibre hommes femmes - 116 hommes pour 100 femmes - et l'évolution des mentalités. Malgré la politique de l'enfant unique, dont l'impact varie selon les analyses, la Chine demeure le pays le plus peuplé du monde avec 1,4 milliard d'habitants.

Dans les médias...


Michel De Grandi, « En Chine, les familles sont désormais autorisées à avoir un deuxième enfant »

«...En décidant d'abolir cette mesure, la Chine veut avant tout lutter contre le vieillissement de sa population. Les Chinois de plus de soixante ans devraient représenter 30 % de la population totale en 2050 (10 % en 2000) selon les chiffres de l'ONU. En outre, la Chine devrait perdre 67 millions d'ouvriers en vingt ans à compter de 2010. (...) Le contrôle des naissances pour l'enfant unique aboli, il n'est pas dit que les familles chinoises optent pour un deuxième enfant, tant s'en faut. L'assouplissement de 2013 n'a pas donné les résultats escomptés puisque sur 11 millions de couples potentiellement concernés par cette réforme, seulement 700.000 d'entre eux avaient, un an et demi plus tard, demandé l'autorisation pour avoir un deuxième enfant. Bien loin des deux millions attendus par les autorités. Dans cette Chine devenue hypermatérialiste, l'enfant est souvent perçu comme une charge susceptible de gêner les parents dans le déroulement de leur carrière et, bien sûr, d'entraîner des coûts - éducation, immobilier, soins - tels que beaucoup préfèrent renoncer. Le résultat est net. Ainsi, l'assouplissement de 2013 n'a pas enrayé le vieillissement de la population qui s'est poursuivi en 2014. Une tendance qui pourrait coûter cher aux finances de l'État. Alors que la croissance mollit et que les recettes baissent, le financement des retraites et celui des dépenses de santé risquent de peser de plus en plus lourd dans le budget. »

Les Échos (France), 30 octobre 2015, p. 6.

Harold Thibault, « La Chine abandonne la politique de l'enfant unique »

«...À celle des droits humains - qui d'ailleurs n'était pas évoquée dans la décision de jeudi - s'est donc progressivement ajoutée une évidence démographique. Le vieillissement constituera un fardeau pesant sur les épaules de la nouvelle génération chinoise, qui devra financer les personnes âgées, un modèle résumé par la formule « 4-2-1 », un jeune travailleur qui aurait tous ses grands-parents devant potentiellement leur venir en aide, ainsi qu'à ses père et mère. Arrivé à la tête du PCC il y a trois ans, Xi Jinping a procédé à un implacable resserrement sur le débat politique, mais s'est en revanche montré ouvert à des évolutions sur des questions de nature plus sociale, au premier rang desquelles le planning familial mais aussi le « hukou », un passeport intérieur limitant l'accès aux services publics des ruraux migrant vers les villes qui est progressivement réformé. L'annonce d'une « politique des deux enfants », fruit déjà largement mûr, contribuera à prouver que les réformes avancent à bon train dans un contexte de ralentissement économique qui laisse champ aux voix s'interrogeant sur la capacité de l'équipe du tout-puissant Xi Jinping à moderniser la Chine. »

Le Monde (France), 31 octobre 2015, p. 2.

Christian Makarian, « L'empire des vieux »

«...la fin de l'enfant unique cache une autre réalité, dont la dimension sociale, humaine pour tout dire, est également gigantesque. La politique de l'enfant unique s'est accompagnée d'une grande cruauté; dès le départ, on a dû l'assouplir dans les campagnes, car elle aboutissait à une préférence marquée pour les naissances mâles au détriment des filles. En l'absence d'assurances sociales et par conformité aux traditions, une fille mariée se doit avant tout à ses beauxparents, ce qui l'oblige la plupart du temps à abandonner ses propres géniteurs. Pour ce qui est du système social, ce qui reste à accomplir relève des travaux d'Hercule : avec une retraite à 60 ans pour les hommes et à 55 ans pour les femmes, le pays n'offre aujourd'hui que 25 places en maisons de retraite pour 1000 seniors. Quant aux usages traditionnels, un couple qui songe à ses vieux jours choisira en priorité de mettre au monde un garçon, plutôt que de donner naissance à une fille qui lui échappera une fois mariée. Résultat, les avortements sélectifs et les infanticides atteignent des niveaux record. On déplore plus de 10 millions d'avortements par an, d'autant plus qu'il est interdit de se marier avant l'âge légal (20 ans pour les femmes, 22 ans pour les hommes). Il naît aujourd'hui 116 garçons pour 100 filles au sein d'une population globale où l'on dénombre 105 hommes pour 100 femmes. 30 millions de Chinois ne trouvent pas d'épouse, source de nombreuses frustrations, dont les femmes sont, là encore, victimes. Autant de malaises très profonds, que l'avènement d'un deuxième enfant ne réglera pas. »

L'Express (France), 4 novembre 2015, p. 22.

Agnès Gruda, « Une petite révolution chinoise »

«...Cette limitation des naissances a été imposée en 1980, après des années de croissance démographique effrénée. Durant le règne de Mao Tsé-toung, de 1949 jusqu'à sa mort en 1976, la population de la Chine a presque doublé, pour atteindre 950 millions. Pour freiner cette explosion, le gouvernement chinois a imposé une limite stricte d'un seul enfant par femme. Politique qui a donné lieu aux dérapages et excès de zèle que l'on sait : amendes salées, mais aussi avortements forcés, stérilisations massives, etc. Autre effet secondaire imprévu : l'abandon massif de fillettes, et même une vague de «féminicides», dans une culture où les garçons représentent un atout économique et les filles, un poids à porter. La politique a été efficace : selon les statistiques officielles chinoises, elle a permis de prévenir la naissance de quelque 400 millions d'enfants. La courbe démographique du pays a fléchi. Mais les grands sorciers de la démographie n'avaient pas pensé à tout. Certains effets de leur politique ont échappé à leur clairvoyance. Notamment le vieillissement de la population qu'elle entraînerait et les défis que cela poserait à l'économie du pays. Aujourd'hui, la Chine compte cinq citoyens en âge de travailler par retraité. En 2030, alors que le pays pourrait compter la population proportionnellement la plus âgée de la planète, le ratio passera à deux travailleurs par retraité. Méchant casse-tête de finances publiques à l'horizon. »

La Presse (Québec, Canada), 31 octobre 2015, p. A19.

S.A., « China ends one-child policy after 35 years »

«...There were no immediate details on how or when China’s new « two-child policy » would be implemented. But Gietel-Basten (un démographe) said the policy change was good news for both China's people and its leaders, who stood to gain from ending a highly unpopular rule. « From a political, pragmatic perspective, loosening the policy is good for the party but also it is a good thing for individual couples who want to have that second child. It is a kind of win-win for everybody, » he said. « Millions of ordinary Chinese couples will be allowed to have a second child if they want to - this is clearly a very positive thing. » Experts said the relaxation of family planning rules is unlikely to have a lasting demographic impact, particularly in urban areas where couples were now reluctant to have two children because of the high cost. « Just because the government says you can have another child, it doesn't mean the people will immediately follow, » said Liang Zhongtang, a demographer at the Shanghai Academy of Social Science. »

The Guardian (Royaume-Uni), 29 octobre 2015.

Gouvernance et gouvernement [ 29 octobre 2015 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Chine
FaibleXi JinpingLi Keqiang

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2010 - 2016



novembre
2012
Ouverture du XVIIIe congrès du Parti communiste chinois

septembre
2014
Mouvement de protestation populaire à Hong Kong

octobre
2015
Fin de la politique de l'enfant unique en Chine


Dans l'actualité


octobre
2019
Alibaba : le géant chinois se sépare de son fondateur

avril
2019
Le nucléaire chinois avance à grands pas

mars
2019
La révolution sino-américaine et le piège de Thucydide

mars
2019
Persécution des musulmans en Chine

novembre
2018
Kim Jong-un et Xi Jinping : un partenariat sans faille?

octobre
2018
Le parti indépendantiste HKNP s'attire les foudres de Pékin

septembre
2018
La rencontre de Wuhan : un retour au calme entre l'Inde et la Chine?

avril
2018
La Route de la soie : un projet titanesque qui pourrait changer l'ordre mondial

mars
2018
Organisation de coopération de Shanghai : lorsque deux rivaux s'unissent

février
2018
Xi Jinping : ambitions et pouvoir


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019