21 septembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

7 novembre 2015

Poignée de main historique entre les présidents de la Chine et de Taïwan

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Présidents de Taiwan et de Chine

Pour la première fois depuis la révolution communiste de 1949 et le départ des nationalistes pour l'île de Taïwan, le président de la Chine et de Taïwan se serrent la main. Des différends subsistent néanmoins entre les deux pays, ce dont on fait très peu mention à cette occasion.

En 1945, Tchang Kaï-chek et Mao Zedong avaient échangé une poignée de main alors que nationalistes et communistes étaient en lutte contre le Japon. Après la révolution communiste de 1949, Tchang Kaï-chek trouve cependant refuge dans l'île de Taïwan, séparée de la Chine par un détroit de 180 kilomètres. C'est le début de relations tendues qui deviennent un symbole de la guerre froide. Taïwan clame son indépendance alors que la Chine la considère comme une de ses provinces qui lui reviendra un jour. L'arrivée à la présidence de Taïwan de Ma Ying-jeou, en mai 2008, marque une volonté de rapprochement, notamment sur le plan économique. Des dicussions ont lieu à un haut niveau, mais sans impliquer les présidents des deux pays. Le 7 novembre 2015 constitue donc un précédent. À cette occasion, le président chinois Xi Jinping et son homologue taïwanais se serrent la main pendant plus d'une minute à l'hôtel Shangri-la de Singapour. Les deux hommes prononcent une déclaration générale, puis discutent à huis clos. Cette rencontre ne constitue pas une reconnaissance officielle : il n'y a d'ailleurs aucun drapeau et les deux interlocuteurs s'adressent la parole sans utiliser le mot « président ». Il n'y a pas d'ententes ou de déclaration commune, les sujets litigieux ne faisant l'objet d'aucun commentaire. Les observateurs parlent d'un moment historique, mais essentiellement symbolique pour le moment. Certains prêtent aussi des visées électoralistes à Ma Ying-jeou, en baisse dans les sondages. Celui-ci ne peut plus être sur les rangs lors des élections de janvier 2016, mais son successeur au Parti nationaliste (Kuomintang) tire de l'arrière face à la candidate du Parti démocratique progressiste, Tsai Ing-wen, qui prône l'indépendance complète face à la Chine. Selon les sondages, cette option ne rejoint pas une majorité de Taïwanais, pas plus qu'une éventuelle intégration à la Chine continentale.

Pour en savoir plus: Discours du président chinois lors de sa poignée de main avec le président de Taïwan

Dans les médias...


Alain Ruello, « La Chine et Taiwan font un petit pas l'un vers l'autre »

«...Et après ? Au-delà du caractère historique de la rencontre, les avis diffèrent sur sa portée. Pour certains, Pékin a réussi un bon coup en s'affichant comme un « faiseur de paix » au moment où les tentions en mer de Chine restent vives. Xi Jinping a prêté une oreille attentive aux appels de Taiwan pour plus de reconnaissance internationale. Pour mieux serrer l'île dans son orbite ? Les capitales vont en tout cas établir une ligne de communication directe au plus haut niveau. Il n'empêche, des divergences diplomatiques fondamentales demeurent entre les deux États, malgré leur forte dépendance économique. L'histoire se répétera-t-elle au bénéfice d'une plus grande normalisation des relations ? Le Taïwanais l'a appelé de ses voeux, sauf que la réponse appartiendra probablement à Tsai Ing-wen. Donnée favorite pour la présidentielle, la chef du Parti démocrate progressiste (pro-indépendantiste) a déclaré que la rencontre n'a pas apporté plus de sécurité aux Taïwanais. Mais elle n'a pas exclu que Xi Jinping, un jour, lui donne du « Bonjour Madame »...»

Les Échos (France), 9 novembre 2015, p. 8.

Brice Pedroletti, « La poignée de main historique qui secoue Taïwan »

«...la poignée de main de samedi « représente bien, symboliquement, le couronnement de tout ce que Ma Ying-jeou a mis en oeuvre ces dernières années », note le chercheur J. Michael Cole, basé à Taipei pour l'Institut de politique chinoise de l'Université de Nottingham. Elle sera historique, poursuit-il, dans la mesure où elle crée un précédent. « Mais il est aussi évident qu'au-delà de la symbolique, il n'y aura que très peu de substance : Xi rencontre un dirigeant qui dans six mois n'est plus rien, et dont le taux de popularité est inférieur à 20 %! » Le timing de la rencontre, en pleine campagne électorale, « pervertit » sa portée historique, analyse Stéphane Corcuff, de l'antenne de Taipei du Centre d'études français sur la Chine contemporaine (CEFC). « La Chine a donné un coup de pouce énorme à Ma Ying-jeou, sciemment - car depuis des mois, le KMT est tellement mal parti que tout le monde se dit que l'opposition va gagner. Comment changer cette situation, si ce n'est par un énorme coup historique? Pour la Chine, une défaite du KMT à la présidentielle et aux législatives ouvrirait une nouvelle ère peu favorable. Elle a voulu sanctuariser ses acquis. »

Le Monde (France), 7 novembre 2015, p. 4.

Frédéric Koller, « Quand M. Ma recnontre M. Xi »

«...La signification de cette rencontre a une autre portée pour Xi Jinping, à la tête de la deuxième économie mondiale. Lui aussi tente de peser sur les électeurs taïwanais pour les détourner du vote « indépendantiste » qui se dessine. Un pari loin d'être gagné: la dernière fois que Pékin a voulu s'immiscer dans le débat taïwanais, c'était en 1996 avec des tirs de missiles. Le résultat fut exactement l'inverse de celui recherché, le candidat « pro-Pékin » étant défait dans les urnes. Mais là n'est pas l'essentiel. En prenant le risque de rencontrer son homologue taïwanais, Xi Jinping prouve surtout qu'il est prêt à rompre avec le passé, assumant un leadership comme la Chine n'en avait plus connu depuis Mao Tsé-toung. La rencontre de Singapour ne débouchera sur aucune déclaration, aucun communiqué. Pékin ne renoncera pas à l'usage de la force pour récupérer « son » île - vers laquelle des centaines de missiles sont pointés - le cas échéant. Mais le message est clair: la Chine devient plus audacieuse pour assurer sa place dans un monde transformé par sa montée en puissance. Les manoeuvres et revendications en mer de Chine du Sud inquiètent-elles les pays voisins? Sachez que Pékin peut aussi jouer la carte de l'apaisement en tendant la main à son petit frère ennemi. Symboliquement, le message est d'une grande force. »

Le Temps (Suisse), 7 novembre 2015, p. 4.

François Brousseau, « Les deux Chines »

«...Bien qu'ils comprennent parfaitement que l'indépendance est irréalisable dans le contexte actuel, beaucoup de Taïwanais reprochent au Kuomintang - l'ancien ennemi mortel du PCC de Mao, quelle ironie ! - d'avoir poussé trop loin, au nom d'une identité chinoise profonde, l'intégration économique et les « mamours » avec la Chine continentale. Entre Pékin et Taipei, les sept dernières années ont vu se multiplier les ententes bilatérales sur le commerce, la poste, les liaisons aériennes directes... Le tourisme (dans les deux directions) a explosé. Et soudain, les Taïwanais se sont demandé si les Chinois n'étaient pas en train de leur faire la « prise du sommeil », en allant chercher par l'économie et le commerce ce qu'ils n'avaient pas obtenu par la menace. C'est ce contexte qui permet de voir le sommet de samedi comme une gesticulation tactique, censée rehausser la cote d'un Kuomintang en déroute. Pari hasardeux ! Parce que M. Xi et M. Ma, aujourd'hui, sont en porte à faux face à l'évolution de l'opinion à Taïwan. Aujourd'hui, dans l'île menacée, la défense d'une identité distincte - clturelle, linguistique - c'st aussi une défense des institutions démocratiques. »

Le Devoir (Québec, Canada), 9 novembre 2015, p. B1.

S.A., « Leaders of China and Taiwan meet for the first time in nearly seven decades »

«...Even though this is the first meeting, we feel like old friends, » he (Xi Jinping) added, according to Channel News Asia. « Behind us is history stretching for 60 years. Now before our eyes there are fruits of conciliation instead of confrontation. » Ma, who spoke for three minutes, hailed the « unprecedented prosperity » that improved ties betweenTaiwan and China had brought. « The basis behind this huge transformation has come from peace, » he said, according to Taiwan's official news agency. Despite the rhetoric, Batto, the political scientist, said the talks were unlikely to lead to any noteworthy breakthroughs. « The expectations are low. I don't think anybody is expecting any major developments. The fact of the meeting I think is likely to be the most important outcome of the event, » he said. Nor was it likely to swing next year's elections back towards the KMT, Beijing's preferred victor. « It would take a major miracle to reverse that trend. » »

The Guardian (Royaume-Uni), 7 novembre 2015.

Gouvernance et gouvernement [ 7 novembre 2015 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Taiwan
ÉlevéMa Ying-JeouMao Chi-kuo

Chine
FaibleXi JinpingLi Keqiang

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2005 - 2016



janvier
2008
[Résultats] Élections législatives

mars
2008
[Résultats] Élection présidentielle

janvier
2012
[Résultats] Élection présidentielle

janvier
2012
[Résultats] Élections législatives

novembre
2015
Poignée de main historique entre les présidents de la Chine et de Taïwan

janvier
2016
Élection de Tsai Ing-wen à la présidence de la République de Chine (Taïwan)

janvier
2016
[Résultats] Élection présidentielle

janvier
2016
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


septembre
2014
Un ministre chinois en visite à Taïwan : un voyage historique

avril
2011
Élections à Taïwan : le parti pro-chinois de Ma Ying-Jeou sous les projecteurs

février
2010
Coup de froid dans les relations diplomatiques sino-américaines

septembre
2009
Le premier ministre taïwanais et son cabinet emportés par le typhon Morakot

novembre
2008
Arrestation de l'ex-président de Taïwan : une affaire politique ?

mars
2008
Présidentielle à Taiwan : un scandale qui arrive à point pour le DPP


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019