21 octobre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

17 juin 1984

Tenue d'élections au Parlement européen

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Parlement de Strasbourg

Les élections européennes sont marquées par un faible taux de participation de 57 % et un léger déplacement des intentions de vote vers les partis de gauche.

Le vote se tient sur deux jours. Les Britanniques, les Irlandais, les Danois et les Hollandais vont aux urnes le 14 juin alors que les Français, les Italiens, les Belges, les Grecs, les Luxembourgeois et les Allemands de l'Ouest font de même trois jours plus tard. Environ 200 millions d'électeurs sont appelés à choisir leurs 434 représentants au Parlement européen, à Strasbourg. Du nombre, seulement 57 % participent au scrutin, un résultat inférieur aux 62 % atteints lors de la première élection, en 1979. Au Royaume-Uni, moins d'un électeur sur trois (32 %) prend part au vote. Les socialistes et les chrétiens démocrates arrivent en tête des partis avec plus de 100 députés. Plusieurs autres formations sont également représentées, dont les Verts, avec 11 élus. En France, le recul marqué de la gauche et la percée du Front national (FN) de Jean-Marie Le Pen, avec 10 sièges, sont les faits saillants de cette élection. L'ex-ministre des Finances français, Jacques Delors, présidera la Commission européenne à partir de 1985.

Dans les médias...


Yves Cuau, « L'état de disgrâce »

«...À Londres, à Bonn ou à Rome, pour ne citer que ces trois capitales, les partis de gouvernement encaissent de sérieux reculs. C'est presque toujours la loi en période de crise. Mme Thatcher constate certainement sans plaisir la poussée travailliste et l'érosion sensible de ses amis conservateurs. Le chancelier Helmut Kohl va entrer rapidement dans la zone des tempêtes après le succès des Verts et l'humiliation subie par ses alliés libéraux. Le score du Parti communiste italien, malgré un « effet Berlinguer » évident, va poser de très sérieux problèmes à Bettino Craxi. La situation de la France, pourtant, n'est pas comparable à celle de ses grands voisins. L'effondrement historique du Parti communiste, l'émergence d'un fort courant d'extrême droite, le médiocre score du Parti socialiste et le résultat très moyen de la liste d'union conduite par Simone Veil créent un paysage nouveau. Les deux années qui restent à courir jusqu'aux élections législatives de 1986 seront longues et difficiles. »

L'Express (France), 29 juin 1984, p. 29.

S.A., « Sortir les sortants ? »

«...La plus manifeste des tendances du scrutin est celle qui voit les majorités sortantes, quelles que soient leurs orientations politiques respectives, sanctionnées par les électeurs. Sans doute ce « sortez les sortants » à l'échelle de l'Europe ne prend-il nulle part le caractère qu'il a eu en France, même lorsque l'avertissement adressé au pouvoir est aussi clair qu'en Grande-Bretagne ou en Belgique. Au demeurant, que ce scrutin ait un caractère si généralement intérieur ne peut faire oublier qu'il demeure en principe sans effet sur la vie nationale des États. Il ne s'agit, partout, que d'un sondage en vraie grandeur. Il n'empêche : la traversée de la crise, même si elle paraît nettement plus avancée dans certains pays que dans d'autres, pousse les électeurs européens à sanctionner les équipes au pouvoir. On serait en revanche bien en peine de trouver dans le verdict des urnes une indication claire sur la faveur - ou la défaveur - de tel ou tel courant politique considéré globalement. »

Le Monde (France), 19 juin 1984, p. 1.

Jean-Claude Leclerc, « L'Europe irréversible ! »

«...L'Europe manque encore, manifestement, du grand rêve collectif sans lequel aucune puissance politique, petite ou grande, ne peut se bâtir. Pourtant, le Vieux Continent ne manque pas de défis qui lui soient propres : missiles nucléaires, déforestration par la pollution industrielle, poudrière du Proche-Orient sur la Méditerranée, libéralisation du commerce avec les pays du bloc de l'Est, rééquilibrage du pouvoir au sein de l'Alliance atlantique. Mais une bonne « guerre du vin » fait plus de bruit qu'une initiative diplomatique à Moscou, à Beyrouth ou à Ottawa. Des entreprises communes, franchement politiques, susciteraient-elles aussi, sinon l'adhésion des électorats, au moins leur intérêt pour un effort européen ? On peut le croire. Néanmoins, nous sommes encore loin du leadership, du parti, du programme qui seraient résolument européens. Avant que les clivages idéologiques, dans chaque pays, permettent de dégager une ligne de gouvernement européenne, plusieurs élections passeront... À cet égard, le scrutin au Parlement de Strasbourg rappelle qu'aucune capitale n'a renoncé à l'essentiel de sa souveraineté et que la politique européenne de chacune reste d'abord et avant tout nationale. »

Le Devoir (Québec, Canada), 16 juin 1984, p. 10.

Gouvernance et gouvernement [ 17 juin 1984 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Belgique
ÉlevéBaudouin IWilfried Martens

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1979 - 1989



novembre
1981
[Résultats] Élections législatives

juin
1984
Tenue d'élections au Parlement européen

mai
1985
Tragédie avant une partie de football à Bruxelles, en Belgique

octobre
1985
[Résultats] Élections législatives

décembre
1987
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


novembre
2018
La Belgique : dissidences à l'intérieur du gouvernement

mars
2018
Belgique : le fléau de la pollution

novembre
2016
La réticence de la Belgique face au CETA ne passe pas inaperçue

février
2014
Élections belges : le Parti socialiste en difficulté

septembre
2013
Abdication du roi Albert II: moment historique pour les Belges

février
2011
La jeunesse belge se mobilise elle aussi par Facebook

octobre
2009
Jacques Rogge réélu sans opposition à la tête du CIO

septembre
2009
L'Europe aux urnes, les électeurs évitent le rendez-vous

mars
2009
L'UE se prépare au prochain sommet du G20

septembre
2008
Crise politique en Belgique : Le roi Albert II refuse la démission de Leterme


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019