24 août 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

7 juillet 2017

Début du sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Donald Trump

Les représentants des pays du G20 sont réunis à Hambourg, en Allemagne, pour discuter de sujets comme le commerce, l’environnement et le terrorisme. L’attention de la presse est particulièrement tournée vers le président américain, Donald Trump, et son homologue russe, Vladimir Poutine, qui se rencontrent pour la première fois.

Un climat de tension entoure ce sommet, avant même l’arrivée des chefs d’État et de gouvernement. À partir du 18 juin, des manifestations d’envergure mobilisent en effet des opposants aux politiques du G20 qui se frottent aux forces policières, faisant des centaines de blessés et d’arrestations. Une grand rassemblement pacifique a également lieu le 8 juillet. Sur le plan diplomatique, les observateurs s’interrogent sur l’attitude du nouveau président américain, Donald Trump. Le 1er juin, celui-ci a annoncé le retrait de son pays de l’accord de Paris sur l’environnement. Il reste sur ses positions à Hambourg, malgré le consensus favorable à cette entente au sein des autres pays. C’est le cas du président français Emmanuel Macron qui invite les pays à un autre sommet sur ce sujet, le 12 décembre à Paris. L’immigration, la lutte au terrorisme, notamment aux nouvelles stratégies sur l’Internet, et le commerce sont également à l’agenda. Les participants s’entendent sur l’importance de garder les marchés ouverts et de combattre les restrictions aux échanges commerciaux. Cette position n’est pas entièrement partagée par le nouveau président des États-Unis qui favorise une approche plus protectionniste. L’événement le plus attendu du sommet est la rencontre entre Trump et le président russe, Vladimir Poutine. Le 7 juillet, les deux discutent pendant environ deux heures, excédant de loin la durée prévue initialement. Ils font de leur conversation un compte-rendu très positif. Une entente pour un cessez-le-feu partiel en Syrie est même conclue. Le président Trump affirme aussi avoir reçu des garanties que les Russes n’avaient pas cherché à interférer dans la campagne présidentielle américaine de 2016. Cette rencontre survient alors que des spéculations persistent aux États-Unis quant à une possible intervention de la Russie à cette occasion, avec l’objectif de favoriser la candidature de Trump.

Dans les médias...


Alexandra de Hoop Scheffer, « La France doit mettre une limite aux compromis avec les États-Unis »

«...Le rôle de la France est donc de défendre le multilatéralisme et de poursuivre les coopérations autour d'intérêts communs, sans pour autant faire de compromis sur les sujets et les valeurs qu'elle défend. Or, les dirigeants du G20 ont déjà fait des concessions à Trump, quitte à contredire certains principes du G20 et à prendre le risque de faire des émules : sur le climat, l'accord de Paris est « irréversible », mais les Etats-Unis sont autorisés à vendre leur gaz de schiste dans le monde; sur le commerce, le G20 combat le protectionnisme, mais reconnaît « le rôle d'instruments légitimes de défense commerciale ». Ces concessions avaient pour objectif de maintenir Trump dans le G20, de la même manière que l'invitation de Macron à Trump pour le 14 Juillet vise à « ramener Trump dans le cercle ». La question qui se pose dès lors est de savoir jusqu'à quel point la France et ses partenaires européens sont prêts à sacrifier leurs valeurs et les fondamentaux de leur politique étrangère pour maintenir le lien avec Washington. Quels sont les aspects de l'ordre international que nous souhaitons absolument préserver et sur quels sujets sommes-nous prêts à faire des concessions qui risquent d'être irréversibles? C'est la réflexion que toutes les capitales partenaires des États-Unis devraient se poser avant de tendre la main à Trump. »

Le Monde (France), 14 juillet 2017, p. 24.

Nathalie Versieux, « Après le G20, Hambourg a la gueule de bois »

«...À l'heure des bilans, se pose plus que jamais la question de savoir si les résultats obtenus à la table des négociations justifient les sommes engagées - plus de 300 millions d'euros (environ 330 millions de francs) pour l'organisation du G20 -, le bilan de près de 500 policiers blessés et près de 300 arrestations, et les dégâts matériels considérables liés aux échauffourées. Angela Merkel, saluée par ses hôtes pour ses talents de modératrice, est parvenue à éviter l'isolement total des États-Unis que redoutaient les puissances occidentales. Mais, dans le communiqué final, il n'y a guère que la lutte contre le financement du terrorisme qui fasse l'unanimité. Le compromis de façade arraché sur le commerce international - qui d'un côté réaffirme la lutte contre le protectionnisme et de l'autre autorise à se défendre contre les pratiques commerciales déloyales - promet de futurs bras de fer entre Américains, Chinois et Européens, notamment autour de la surproduction d'acier. En amont du sommet, l'Union européenne avait eu des mots particulièrement durs pour tenter de dissuader Donald Trump d'ériger des barrières douanières autour de l'acier américain. Le dossier n'a pas été débattu en détail à Hambourg. Mais Bruxelles assure avoir déjà préparé sa riposte si Washington mettait ses menaces à exécution. »

Le Temps (Suisse), 10 juillet 2017, p. 2.

Annick Masounave, « Tiraillé et divisé »

«...La lutte contre le changement climatique figure bien dans la déclaration finale, mais les Etats-Unis sont restés fermes dans leur décision de se retirer de l'accord de Paris. Après d'âpres discussions, qui se sont prolongées bien après la session de travail des chefs d'État, le 7 juillet, les États-Unis ont obtenu que soit reconnue leur collaboration à l'accès et l'utilisation des « combustibles fossiles de manière plus propre et plus efficace ». Si des pays comme l'Inde ou la Chine ont fait front contre les États-Unis - leur qualité de membres du G77, qui a des positions fortes en la matière, les y engage - en réalité, la délégation indienne a reconnu que cette souplesse était de nature à satisfaire son pays, encore très dépendant du charbon. Les États-Unis ont consenti une concession dans le cadre de ce retrait. Il apparaîtrait, de source indienne, que la contribution américaine au Fonds Vert ne serait pas remise en question. Leur décision est-elle irrévocable ? Le président français Emmanuel Macron, qui a multiplié les gestes de rapprochement avec Donald Trump pendant le G20, reste optimiste sur la question. « Je n'abandonne pas l'espoir de convaincre Trump de changer d'avis sur l'accord de Paris », a-t-il déclaré à l'issue du Sommet. »

L’Agefi Hebdo (France), 13 juillet 2017, p. 8.

S.A., « G20 must put actions to its words if it is to deliver on its consensus »

«...it is clear there is still a lack of collective global leadership and political trust. For instance, India is provoking China by sending troops across their border, the US is aggressively displaying its military might in the Asia-Pacific region, the differences between Europe and the US are expanding and also the relations between Russia and the West are unfriendly. In the documents for the G20 summit in Washington and even those held in London and Pittsburgh in 2009, phrases such as « refrain from » were frequently included and most of the G20 members delivered on their words with actions. Now, it is obvious that such a shared political will is fading. Some members are turning to domestic market protection, geopolitical calculation and a military buildup, instead of finding ways to offer more global public goods to really turn their consensus into reality. And it is harder for the major powers to reach compromises now. The US once again, similar to its trick with the Kyoto Protocol, confirmed its withdrawal from the Paris climate change agreement. That is damaging to international cooperation as every other country believes the biggest economy should be a trustworthy partner and therefore should implement the deal as agreed. The situation is worrying. If political trust cannot be forged, the spirit of making compromises will not be sustained, and the G20consensus will be only on paper. »

China Daily (édition américaine), 11 juillet 2017.

Gouvernance et gouvernement [ 7 juillet 2017 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Allemagne
ÉlevéFrank-Walter SteinmeierAngela Merkel

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 2012 - 2016



septembre
2013
Réélection en Allemagne d'un gouvernement dirigé par Angela Merkel

septembre
2013
[Résultats] Élections législatives

septembre
2015
Adoption d'un plan par l'Union européenne afin de répartir 120 000 demandeurs d'asile

décembre
2015
Fin d’une année record pour l’immigration en Allemagne


Dans l'actualité


février
2019
L'Allemagne ouvre la porte au cannabis

octobre
2018
Allemagne : puissance économique n'est pas synonyme de puissance militaire

avril
2018
L'Allemagne de Merkel : Wir Schaffen Das

mars
2018
Grève historique en Allemagne

février
2018
Fin des négociations pour une coalition : le nouveau gouvernement allemand enfin formé

janvier
2018
Nord Stream 2 : une véritable saga autour d'un projet de pipeline en Europe

janvier
2018
Vers une étrange répétition de l'histoire ?

décembre
2017
Le plan Merkel : gage de prospérité pour l'Afrique?

novembre
2017
Le vieillissement démographique en Allemagne : une réalité alarmante

octobre
2017
Le B.R.I.C.S parmi les grandes puissances du G20 à Hambourg


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019