15 novembre 2019 Recherche  
Pays     Statistiques    Années     Événements     Analyses     Biographies     Vidéos     Documents     Glossaire     Notes     Valeurs     Jeux   

30 avril 1993

Élargissement de l’accès public au World Wide Web

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Le 30 avril 1993 marque l’élargissement de l’accès public au World Wide Web. Cette plateforme informatique permet au monde entier de communiquer de manière instantanée et d’avoir accès à une quantité d’informations sans précédent. Son usage va sa répandre à une grande vitesse avec la prolifération des ordinateurs personnels.

En mars 1989, Tim Berners-Lee, un physicien de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN), en Suisse, inventa le web (la toile). Le premier site, hébergé sur l’ordinateur de Berners-Lee, décrit ce qu’est le web et explique la démarche à suivre pour accéder à des documents et configurer un serveur. À l’origine, la logique derrière le World Wide Web est la possibilité pour les chercheurs d’échanger instantanément des informations, des données et des documents grâce aux ordinateurs. L’équipe du CERN reconnait rapidement que le World Wide Web a un potentiel plus grand qu’une utilisation purement scientifique. Ce qui l’amène, le 30 avril 1993, à renoncer aux droits d’auteur en lien avec la technologie et à rendre publiques les spécifications de création de serveurs. On donne donc un libre accès aux logiciels nécessaires afin de faire fonctionner un serveur web, un navigateur et la bibliothèque de code associée. C’est alors la naissance du web, comme espace public qui croît rapidement, notamment grâce à la prolifération des ordinateurs personnels. Un an après l’accès, on compte déjà 500 serveurs dans le monde. En 1995, quelque 2000 sites différents sont accessibles, un chiffre qui passera à plus de 300 millions en 2011. Cette plateforme informationnelle entraîne une véritable révolution dans le monde des communications. L’Internet permet une décentralisation, c’est-à-dire une liberté d’expression des idées dans un espace auquel des milliers de personnes peuvent accéder, et ce, sans des intermédiaires comme les maisons d’édition ou les médias traditionnels. Ceux-ci doivent d’ailleurs s’ajuster à cette nouvelle réalité, le livre et la presse faisant leur apparition « en ligne ». Cette situation provoque la disparition de certains journaux imprimés. Malgré des efforts de censure dans certains pays, le World Wide Web permet également une universalisation de l’accès aux connaissances, car sa plateforme met en relation des personnes provenant du monde entier qui échangent des informations et des idées à l’aide de moyens de plus en plus diversifiés (tablettes, téléphones intelligents, etc.).

Dans les médias...


Roberto Bissio, « Cyberespace et démocratie »

«…LA "bataille électronique" sur la biodiversité n'est qu'un cas intéressant parmi des milliers d'interactions qui se produisent actuellement. Prenons par exemple n'importe quelle journée d'activité de Chasque, le noeud uruguayen du réseau de l'Association for Progress Communications (APC) basé à l'Institut du tiers-monde (Instituto del Tercer Mundo). Les articles rédigés par des journalistes à la campagne arrivent au bureau de Montevideo; des familles écrivent à leurs parents à l'étranger; des organismes de défense des droits de la personne transmettent leurs réclamations aux services de l'ONU; des chercheurs échangent des bibliographies avec leurs collègues ailleurs dans le monde; des programmeurs collaborent au développement de logiciels au sein d'équipes dont les membres ne se sont jamais rencontrés physiquement; des administrateurs de marché des pays du Mercosur échangent des renseignements sur le cours des fruits et légumes; des écoliers communiquent avec d'autres enfants à l'étranger... La communication informatisée ("courrier électronique") est moins coûteuse que les moyens de communication point à point (téléphone, télécopie, télex). Elle fait de chaque personne qui l'utilise un éditeur en puissance, capable de rejoindre un public composé de milliers, voire de millions d'autres usagers répartis à la surface du globe. La préparation du Sommet de Rio a montré de façon impressionnante le potentiel des réseaux télématiques: des milliers de groupes de citoyens, petits et grands, dispersés dans toutes les régions du monde, ont pu connaître dans le détail les textes les plus récents parfois avant que les diplomates ne consultent les imprimés déposés dans leur casier et y répondre sur-le-champ. »

Le Monde diplomatique (France), 1er juillet 1994, pp. 16-17.

Michel Colonna D’Istria, « Internet, un « réseau de réseaux »»

«...après les militaires, puis les chercheurs des centres universitaires qui avaient les premiers trouvé un moyen simple de partager leurs travaux et leurs ressources informatiques (celles des grands centres de calcul), de plus en plus d'entreprises ont saisi l'occasion, à travers Internet, de pouvoir communiquer d'un bout à l'autre de la planète sans plus se soucier ni des réseaux traversés ni du type de machine connecté. Le courrier électronique, ou E-mail, est ainsi la base du système, avec des adresses personnelles qui obéissent à une syntaxe particulière. Celle du président Clinton est : President () whitehouse.gov, mais la réponse obtenue en retour est stéréotypée. La publication récente d'une liste d'adresses électroniques de célébrités a relancé les polémiques sur la protection de la vie privée. A travers Internet, suivant les débits et les protocoles utilisés (on désigne ainsi les conventions qui permettent aux ordinateurs de communiquer) peuvent circuler des fichiers contenant aussi bien du texte que des sons ou même des images (mais fixes ou faiblement animées). Tout le problème devient de se repérer dans cette masse d'informations en expansion. C'est pourquoi ont été developpés des logiciels de recherche, de plus en plus sophistiqués. Et les chercheurs travaillent sur des " agents " intelligents, capables, à la demande, d'aller explorer pour votre compte les réseaux et de ramener l'information souhaitée. »

Le Monde (France), 15 juin 1994, p. 20.

Christophe Agnus, « Communication : la folie Internet »

«...Pour les Français, cela ressemble à du déjà-vu: le Minitel. Pas faux. « Les Français, dit Robert Cailliau, du Cern, à Genève, détiennent le record de terminaux informatiques par habitant. Ils sont les plus « branchés » du monde. » Un atout aujourd'hui transformé en obstacle. Car le Minitel, force extraordinaire au début des années 80, est désormais le plus grand frein à l'ère virtuelle. Question de cylindrée. Comparer notre gloire télématique à Internet, c'est imaginer une course entre une 4 L et une Porsche. Bien sûr, via le 36.15 Internet, vous pouvez, sur votre petit écran, vous connecter au grand réseau. A faible vitesse. Sans l'image. Ni le son. En noir et blanc. La préhistoire. En juin dernier, lors du Festival des sciences de la Terre, à Chamonix, Philippe Quéau, responsable du programme Imagina, à l'Institut national de l'audiovisuel, pousse un cri qui réveille un public accablé par la chaleur: « Nous assistons à une révolution aussi importante que l'apparition de l'imprimerie, et la France est en retard. Dans le monde d'Internet, notre pays est quasi absent, sous-développé, les yeux fixés sur le Minitel et sa technologie dépassée. Nous sommes en train de nous « tiers-mondiser » dans l'univers du virtuel. » Terrible accusation, malheureusement argumentée: une balade online est accablante tant l'offre française est rare. Devant l'obstacle, nous hésitons, supputons le devenir de la bête, alors que les Anglo-Saxons ont déjà commencé à la découper en morceaux. »

L’Express (France), 29 septembre 1994, p. 90.

André Salwyn, « Internet : un monde utile mais difficile d’accès »

«...Avec déjà 25 millions d'abonnés, un nombre qui double chaque année, le réseau global de réseaux Internet est non seulement devenu la plus grande autoroute électronique du monde, c'est maintenant un véritable phénomène mettant en contact des gens de cultures diverses, de milieux divers qui ont appris à utiliser leur ordinateur et un jargon qui leur est propre. L'attrait que présente la possibilité d'accéder à des milliers de banques de données à travers le monde, de pouvoir entrer en contact avec des correspondants répartis sur toute la planète et de pouvoir obtenir ainsi n'importe quel type de renseignement est indiscutable. Mais accéder au réseau Internet n'est pas si facile que cela, même si l'on dispose de logiciels dont le but est de rendre la tâche facile aux néophytes. Il y a, en fait, tout un vocabulaire et toute une série de commandes à apprendre et à maîtriser. (...) Chaque hiérarchie est si vaste en fait qu'à moins d'être conseillé par quelqu'un de très familier avec Internet, on risque de passer beaucoup de temps à chercher et trouver ce qu'on cherche. Mais, une fois qu'on a trouvé sa niche, on se sent comme au sein d'un club très privé au milieu d'utilisateurs partageant les mêmes soucis, les mêmes intérêts et cherchant les mêmes solutions. »

Le Devoir (Québec, Canada), 8 septembre 1994, p. B3.

Gouvernance et gouvernement [ 30 avril 1993 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Suisse
ÉlevéAdolf Ogi

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1983 - 2003



octobre
1983
[Résultats] Élections législatives

octobre
1987
[Résultats] Élections législatives

octobre
1991
[Résultats] Élections législatives

avril
1993
Élargissement de l’accès public au World Wide Web

octobre
1995
[Résultats] Élections législatives

octobre
1999
[Résultats] Élections législatives

septembre
2002
Admission à l'Organisation des Nations unies (ONU)

octobre
2003
[Résultats] Élections législatives


Dans l'actualité


octobre
2019
Une vague verte lors des législatives suisses

février
2019
La dynamique inégalitaire mondiale se poursuit

septembre
2017
Le référendum suisse: abolissons le nucléaire!

décembre
2016
La Suisse : toujours sur la liste noire ?

septembre
2016
L'argent se gagne en travaillant : l'échec du référendum suisse sur le revenu garanti

février
2015
Couse à la présidence de la Fifa : Blatter s'accroche

septembre
2011
La santé de la couche d'ozone inquiète l'OMM

novembre
2010
XIIIe Sommet de la Francophonie en Suisse : plusieurs défis pour les francophones dans le monde

mars
2010
La Suisse verte

janvier
2009
La Suisse tente un rapprochement avec l'Union européenne


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour nous suivre sur Facebook
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 16.7.2019