Université de Sherbrooke Lettres et sciences humaines École de politique appliquée

11 décembre 2018

Pays | Statistiques | Années | Événements | Analyses | Biographies | Vidéos | Documents | Glossaire | Notes | Valeurs | Jeux | Recherche

27 avril 1969

Décès du président bolivien René Barrientos Ortuño

Texte rédigé par l'équipe de Perspective monde

Le président bolivien René Barrientos, en poste depuis 1964, perd la vie lors d’un écrasement d’hélicoptère, le 27 avril 1969. Barrientos fut un chef d’État particulièrement apprécié des paysans et reconnu pour ses liens étroits avec les États-Unis.

René Barrientos a étudié dans un collège militaire et a reçu une licence de pilote aérien aux États-Unis en 1945. Cette formation militaire l’amena à devenir membre du Mouvement nationaliste révolutionnaire qui fut au cœur de la révolution bolivienne en 1952. Celle-ci permit notamment la nationalisation des mines, une réforme agraire et un élargissement du droit de vote. Son activité politique s’amorce en 1964 lorsqu’il est élu vice-président, un poste qu’il ne conserve pas très longtemps. En effet, Barrientos orchestre un coup d’État militaire plus tard en 1964 avec le général Alfredo Ovando Candia, contre le président Víctor Paz Estenssoro. Ce dernier a été président de 1952 à 1956 et de 1960 à 1964. Il le sera de nouveau entre 1985 en 1989. Barrientos devient chef de l’État bolivien ainsi que le directeur de la junte militaire avec laquelle il a pris le pouvoir. La liaison entre lui et le général Ovando, parfois qualifiée de coprésidence, prend fin en 1966 lorsque Barrientos brigue victorieusement la présidence avec un nouveau parti : le Mouvement populaire chrétien. Son mandat est marqué par plusieurs tentatives d’assassinat contre lui. Il adopte une politique économique conservatrice, est sévère à l’endroit des mineurs, mais profite d’un fort soutien de la paysannerie bolivienne. Barrientos mise sur les capitaux étrangers et se tient près des États-Unis, entre autres parce qu’il est un ardent anticommuniste. D’ailleurs, c’est pendant son mandat que l’Armée de libération nationale, dirigée par Che Guevara, tente de prendre le pouvoir. Ce dernier est capturé et exécuté le 9 octobre 1967. Barrientos, lui, meurt à 49 ans dans un accident d’hélicoptère le 27 avril 1969. Il sera remplacé par le vice-président, Luis Adolfo Siles Salinas. Ce dernier sera forcé de quitter le pouvoir la même année à cause d’un coup d’État planifié par le général Ovando. Celui-ci sera renversé à son tour un an plus tard.

Gouvernance et gouvernement [ 27 avril 1969 ]

PaysNiveau de démocratieChef de l'ÉtatChef du gouvernement

Bolivie
FaibleLuis Adolfo Siles Salinas

Les informations précédentes renvoient précisement à la date de l'événement. Le niveau de démocratie est établi à partir des travaux de l'équipe de Polity IV. L'indice renvoie à la démocratie institutionnelle. Les noms des gouvernants sont établis à partir de nos bases de données les plus récentes. Là où on ne trouve aucun nom pour chef du gouvernement, il faut conclure que le chef de l'État est aussi, et sans intermédiaire, le chef du gouvernement, ce qui est le cas des systèmes présidentiels classiques (les États-Unis par exemple).

Évolution des composantes du système politique

ProfilGouvernantsDémocratiePartis politiques

Obtenez des informations supplémentaires sur le profil général des pays, les gouvernants, le niveau de démocratie et les différents partis politiques ayant oeuvré sur la scène nationale depuis 1945.
 

Chronologie 1964 - 1974



avril
1969
Décès du président bolivien René Barrientos Ortuño

mai
1969
Création du Pacte andin

août
1971
Coup d'État contre le président Jose Torres en Bolivie


Dans l'actualité


octobre
2017
Extension de la culture de coca en Bolivie : entre viabilité économique et conflit d'intérêts

mars
2017
Une année très chaude pour les Boliviens

septembre
2015
Chili-Bolivie : un vieux conflit maritime porté devant la CIJ

février
2015
G-77+Chine veulent résoudre le problème de pauvreté mondiale

septembre
2013
L'expulsion de l'USAID en Bolivie : un geste controversé mais prévisible

février
2013
Vague de nationalisations en Bolivie

novembre
2010
L'« or blanc » de la Bolivie : l'enjeu national de la prochaine décennie

septembre
2010
Bolivie : une réplique directe à l'Accord de Copenhague

février
2010
Second mandat pour Evo Morales : entre réformes socialistes et économie précaire

janvier
2010
Les Boliviens ont dit oui à Morales


Liens internes

Les objectifs de Perspective monde
Son équipe au fil des ans
Les sources et les mises à jour
Récupérer des éléments de Perspective monde

Pour en savoir plus

Pour nous écrire un commentaire
Pour visionner la vidéo d'introduction
Bilan du siècle, sur le Québec contemporain
Dimension, sur le langage statistique R

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay, Ph.D. Tous droits réservés © Perspective monde Version 6.7.2016